Les travaux d’amélioration de l’étanchéité à l’air

Publié le par Service des communications

Sujet(s):

Source: Société canadienne d’hypothèques et de logement

Les travaux d’amélioration de l’étanchéité à l’air

Au Canada, le chauffage des locaux peut représenter jusqu’à 60 % de la facture énergétique de la plupart des propriétaires-occupants. C’est particulièrement vrai dans les maisons anciennes, qui sont souvent pleines de courants d’air, peu isolées et toujours équipées des fenêtres, portes et installations de chauffage d’origine, peu efficaces en énergie. Les coûts de chauffage peuvent s’en trouver considérablement alourdis.

L’un des meilleurs moyens de réduire la facture énergétique de votre maison, tout en la gardant chaude en hiver et fraîche en été, est d’en améliorer l’étanchéité à l’air. À ce sujet, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) vous offre les conseils suivants, qui vous aideront à économiser de l’argent, à réduire votre empreinte environnementale et à améliorer le confort de votre chez-soi.

  • Les travaux d’amélioration de l’étanchéité à l’air permettent de réduire les pertes et les gains de chaleur. En outre, ils rehaussent le confort en diminuant les courants d’air, aident à améliorer la performance de l’isolant des murs et du vide sous toit en empêchant les vents froids d’hiver d’y pénétrer, et peuvent aider à prévenir une accumulation d’humidité dans les murs et le vide sous toit.
  • Il peut être difficile de repérer les fuites d’air. On peut parfois les détecter en cherchant les courants d’air froid dans des emplacements suspects, ou les fissures par lesquelles pénètre la lumière du jour. De l’isolant noirci est souvent une autre indication de la présence de courants d’air. Pour un diagnostic plus complet, demandez à un technicien qualifié spécialisé en efficacité énergétique de réaliser un test d’infiltrométrie. Ce test permet de détecter les fuites d’air à l’aide d’appareils émettant de la fumée ou d’un scanner thermographique.
  • Un test d’infiltrométrie permet également de déterminer la taille du trou obtenu si on additionnait toutes les fuites d’air de la maison. Cette donnée est utile pour comparer entre eux les degrés d’étanchéité de plusieurs habitations. En réalisant deux tests d’infiltrométrie, le premier avant et le second après les travaux d’étanchéisation, on peut aussi déterminer la quantité de fuites d’air éliminée.
  • Les endroits les plus communs où se trouvent les fuites d’air sont les plafonniers, dont l’installation nécessite le percement du plafond jusqu’au vide sous toit, les boîtiers électriques des plafonds et des murs extérieurs; les points de pénétration du câblage intérieur-extérieur, de la plomberie et des conduits; les ventilateurs d’extraction de salles de bains installés dans les plafonds de vides sous toit; les anciennes portes et fenêtres; les joints fenêtres-murs; les joints murs-planchers.
  • Après avoir repéré l’emplacement des fuites, vous pouvez utiliser divers moyens pour les colmater. Par exemple, les fenêtres et les portes qui fuient peuvent être étanchéisées à l’aide de garnitures et de nouveaux coupe-froid. Les fissures au pourtour du câblage, de la plomberie et des conduits peuvent être bouchées à l’aide de mastic ou de mousse à pulvériser. Les boîtiers électriques peuvent être colmatés à l’aide de garnitures spéciales qui s’ajustent derrière le couvercle. Les joints entre les murs et les planchers et au pourtour de la partie supérieure des fondations peuvent être scellés à l’aide de mastic ou de mousse à pulvériser, selon la taille de la fissure. Pour déterminer les options les mieux adaptées à votre situation, consultez un entrepreneur spécialisé en élimination des fuites d’air.
  • Si vous remplacez votre parement extérieur, c’est le moment d’ajouter un pare-air extérieur (et de l’isolant), pare-air qui agit comme une enveloppe recouvrant la maison du sous-sol jusqu’au vide sous toit et la protégeant des courants d’air.
  • Les travaux d’étanchéisation à l’air sont toujours une bonne idée, mais il faut parfois leur associer une meilleure ventilation mécanique, l’ajout d’un ventilateur de salle de bains ou de cuisine, ou, mieux encore, un système de ventilation à récupération de chaleur, afin d’aider à maintenir un milieu intérieur sain. L’étanchéisation à l’air peut également nuire à la capacité de certains appareils à combustion (générateurs de chaleur, chaudières ou réservoirs à eau chaude) d’évacuer à l’extérieur en toute sécurité les sous-produits de la combustion, et une source additionnelle d’air extérieur pourrait être nécessaire. Avant de commencer les travaux, consultez un entrepreneur en mécanique qualifié pour obtenir des conseils sur les différents systèmes de ventilation et sur les besoins de votre maison en air de combustion.

0 Réponse à “Les travaux d’amélioration de l’étanchéité à l’air”

Laisser un commentaire