Les fourmis charpentières

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Divers

Les fourmis charpentières

Bien qu’elles soient très utiles dans la nature, les fourmis charpentières deviennent nuisibles et occasionnent des dommages lorsqu’elles s’immiscent dans des logements ou la structure d’immeubles.

Les plus communes sont les fourmis noires gâte-bois ainsi que les fourmis charpentières rouges. Elles mesurent entre 6mm et 25mm selon les individus. Leur corps est divisé en trois parties. Elles sont reconnaissables à leur taille fine, à leurs antennes arquées et en segments ainsi qu’à leurs couleurs.

La fourmi noire gâte-bois arbore des couleurs uniformes noir/brun tandis que la fourmi charpentière rouge se distingue par ses teintes brunes ou rouges couvrant son thorax.
Il est possible d’apercevoir des individus avec des ailes. Il s’agit de femelles et de mâles en période d’accouplement.

Ce type de fourmis cause des dommages aux structures de bois. On peut les retrouver dans les murs, les plafonds, les planchers, les cadres de fenêtres, les seuils de portes, ou ailleurs. Dans certains cas, elles peuvent également endommager l’isolant.  Elles aiment s’installer dans des milieux très humides, près des infiltrations d’eau ou dans des matériaux déjà endommagés par l’eau. Toutefois, elles peuvent également s’en prendre aux structures de bois sain.  Il est donc important de prendre au sérieux toute présence de fourmis.

Autrefois, il était difficile de localiser avec précision les nids de fourmis charpentières. L’exercice demandait parfois que l’on endommage inutilement des murs afin de vérifier leur présence et trouver les nids.

De nos jours, les techniciens peuvent utiliser des outils à la fine pointe de la technologie afin de détecter et d’éliminer le problème à sa source. Parmi ceux-ci, la caméra thermique permet de voir les variations de température à travers la structure de l’immeuble.  Ces endroits sont susceptibles d’abriter des nids de fourmis.  Ensuite, le détecteur de mouvement vient confirmer la présence des fourmis aux endroits précis où elles se retrouvent à l’intérieur des murs.

En investiguant précisément les endroits problématiques de façon non invasive, la source du problème est identifiée, l’intervention est localisée et les dommages réduits au minimum. 

Il faut également savoir que si un logement est victime d’une colonie de fourmis, il est fort probable qu’il s’agisse d’une colonie satellite en provenance d’une colonie située à l’extérieur, près de l’immeuble. Celles-ci se retrouvent souvent dans les arbres, dans les débris de bois et parfois même dans du paillis. Votre professionnel de la gestion parasitaire pourrait également devoir traiter certains endroits à l’extérieur. Il pourrait aussi vous conseiller sur certaines actions à poser à l’extérieur ou sur votre bâtiment afin d’éviter d’être à nouveau confronté à ce type d’infestation.

0 Réponse à “Les fourmis charpentières”

Laisser un commentaire