Permis de bâtir, décembre 2012

Publié le par Service des communications

Source: Statistique Canada

La valeur totale des permis de bâtir délivrés par les municipalités canadiennes a diminué de 11,2 % pour atteindre 5,7 milliards de dollars en décembre, et ce, à la suite d'une baisse de 14,5 % enregistrée en novembre. Cette diminution résulte d'une baisse des intentions de construction à la fois dans les secteurs résidentiel et non résidentiel.

La baisse des intentions de construction notée en décembre provient de toutes les provinces, sauf du Québec. L'Alberta, le Manitoba et l'Ontario ont affiché les plus fortes diminutions.

Les intentions de construction dans le secteur résidentiel ont fléchi de 13,1 % pour s'établir à 3,3 milliards de dollars, à la suite d'une baisse de 7,0 % le mois précédent. L'Ontario, l'Alberta et le Manitoba sont à l'origine de la majeure partie de la baisse notée à l'échelle nationale. Terre-Neuve-et-Labrador a été la seule province à afficher une hausse.

Dans le secteur non résidentiel, la valeur des permis a reculé de 8,5 % en décembre pour se fixer à 2,5 milliards de dollars, soit la troisième baisse en quatre mois. Le Manitoba a affiché la plus forte baisse, suivi de l'Alberta. Le Québec a enregistré la plus forte hausse, suivi de loin de l'Ontario.

Secteur résidentiel : baisse des intentions de construction de logements multifamiliaux et unifamiliaux

Les municipalités ont délivré pour 1,1 milliard de dollars de permis de construction de logements multifamiliaux en décembre, en baisse de 24,6 % par rapport à novembre. Il s'agit de la sixième baisse mensuelle consécutive et du niveau le plus bas depuis février 2011. Des baisses ont été enregistrées dans toutes les provinces, l'Ontario étant arrivé en tête, suivi de l'Alberta, du Québec et du Manitoba.

Les intentions de construction de logements unifamiliaux ont diminué de 5,3 % pour se fixer à 2,1 milliards de dollars en décembre. Il s'agit de la troisième baisse mensuelle d'affilée. Ce recul provient principalement d'une diminution des intentions de construction dans huit provinces, l'Ontario ayant enregistré la plus forte baisse, suivi de loin de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique. En revanche, le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador ont enregistré des hausses.

À l'échelle nationale, les municipalités ont approuvé la construction de 13 897 nouveaux logements en décembre, en baisse de 15,2 % par rapport à novembre. Cette diminution s'explique principalement par un fléchissement de 22,1 % du nombre de logements multifamiliaux, lequel s'est établi à 7 630 unités. Parallèlement, le nombre de logements unifamiliaux a diminué de 4,9 % pour se chiffrer à 6 267 unités.

Secteur non résidentiel : baisse plus marquée dans la composante commerciale

Dans la composante commerciale, la valeur des permis a diminué de 10,6 % en décembre pour atteindre 1,6 milliard de dollars, à la suite d'une augmentation de 26,1 % en novembre. Cette diminution s'explique par un recul des intentions de construction de divers immeubles commerciaux, y compris les immeubles à bureaux, les installations de loisirs et les entrepôts. Les plus fortes diminutions ont été observées en Ontario et en Alberta. Le Québec, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard ont enregistré des augmentations.

La valeur des permis dans la composante institutionnelle a diminué de 5,3 % pour se fixer à 498 millions de dollars, soit une deuxième baisse mensuelle consécutive. Cette diminution est principalement attribuable à une baisse des intentions de construction d'immeubles à vocation médicale en Alberta et en Colombie-Britannique et d'établissements d'enseignement en Colombie-Britannique et au Manitoba. Des hausses ont été notées dans quatre provinces, l'Ontario étant arrivé en tête.

Dans la composante industrielle, la valeur des permis a diminué de 3,3 % pour s'établir à 377 millions de dollars, ce qui représente la deuxième diminution mensuelle consécutive. Cette baisse résulte principalement de l'affaiblissement des intentions de construction d'usines de fabrication au Manitoba, au Québec et, dans une moindre mesure, en Saskatchewan. Les augmentations observées dans quatre provinces, l'Ontario venant en tête, n'ont pas suffi à neutraliser les baisses notées dans les autres provinces.

Baisses enregistrées dans toutes les provinces, sauf au Québec

En décembre, la valeur totale des permis a reculé dans neuf provinces, l'Alberta arrivant en tête, suivie du Manitoba, de l'Ontario et de la Colombie-Britannique.

L'Alberta a enregistré la plus forte baisse, surtout en raison d'une diminution des intentions de construction d'immeubles commerciaux, de logements multifamiliaux et d'immeubles institutionnels. Au Manitoba, la baisse survient à la suite d'un sommet inégalé atteint en novembre. Ce recul s'explique par l'affaiblissement des intentions de construction à la fois d'immeubles non résidentiels et résidentiels.

La baisse observée en Ontario résulte de la diminution des intentions de construction d'immeubles à vocation commerciale et d'immeubles résidentiels. En Colombie-Britannique, des baisses ont été observées dans les deux secteurs résidentiel et non résidentiel.

Le Québec a été la seule province à enregistrer une hausse des intentions de construction en décembre. Cette augmentation découle principalement d'immeubles commerciaux et, dans une moindre mesure, de logements unifamiliaux et d'immeubles institutionnels.

Baisse de la valeur des permis dans la plupart des régions métropolitaines de recensement

La valeur totale des permis a diminué dans 20 des 34 régions métropolitaines de recensement en décembre.

Les plus fortes diminutions ont été observées à Toronto, à Winnipeg, à Vancouver et à Ottawa. La baisse notée à Toronto résulte d'une diminution des intentions de construction dans les deux secteurs non résidentiel et résidentiel, les immeubles commerciaux et les logements multifamiliaux étant à l'origine de la majeure partie du recul.

À Winnipeg, la baisse a été principalement attribuable aux bâtiments industriels, aux logements multifamiliaux et aux immeubles commerciaux. L'affaiblissement des intentions de construction noté à Vancouver provient de toutes les composantes. De même, la valeur totale des permis délivrés à Ottawa a diminué à la suite de baisses inscrites dans toutes les composantes.

En revanche, Hamilton, Montréal et Kitchener–Cambridge–Waterloo ont affiché les plus fortes augmentations. La hausse inscrite à Hamilton s'explique en majeure partie par les bâtiments commerciaux et industriels. L'augmentation observée à Montréal provient d'immeubles commerciaux, les autres composantes ayant enregistré des baisses. À Kitchener–Cambridge–Waterloo, la progression a été principalement attribuable aux immeubles institutionnels.

Année 2012 : intentions de construction résidentielle et non résidentielle plus élevées qu'en 2011

En 2012, les municipalités ont délivré pour 80,5 milliards de dollars de permis de construction, en hausse de 8,9 % par rapport à 2011, dépassant ainsi le sommet de 74,4 milliards de dollars atteint en 2007, avant la récession.

De même, les entrepreneurs ont pris des permis de construction d'immeubles résidentiels pour une valeur de 48,3 milliards de dollars en 2012, soit 8,6 % de plus qu'en 2011.

Les intentions de construction de bâtiments non résidentiels ont également augmenté pour s'établir à 32,2 milliards de dollars en 2012, en hausse de 9,2 % comparativement à 2011.

0 Réponse à “Permis de bâtir, décembre 2012”

Laisser un commentaire