Évitons les cauchemars

Article verrouillé Publié le par Martin A. Messier

Source: Mot de l'éditeur

Une relation mal gérée avec votre locataire peut vite tourner au cauchemar.

Souvent les conflits les plus difficiles à résoudre ne sont pas liés au paiement du loyer mais bien au respect des autres obligations découlant du bail.

Dans le contexte de la vie en habitations multiples plusieurs problèmes peuvent se présenter. L’utilisation des aires communes, le niveau de bruit émanant des logements, la présence des animaux et le défaut par leurs maîtres de s’assurer qu’ils ne nuisent pas aux autres occupants de l’immeuble, l’utilisation du stationnement sont autant de situations qui peuvent poser problème.

Dans la vie comme dans votre immeuble la liberté des uns doit s’arrêter là où commence celle des autres. Les conflits entre locataires se dégradent rapidement si vous n’agissez pas afin de favoriser la résolution rapide de la situation qui pose problème. Par conséquent, à moins d’une intervention rapide, ferme, mais délicate, les positions de chacune des parties impliquées deviennent de plus en plus difficiles à concilier et deviennent bien souvent immuables. Dans une telle situation les recours devant les tribunaux sont souvent la seule possibilité qui nous reste.

Or, présenter un dossier devant le tribunal n’est pas sans inconvénient. Lorsque le dossier se judiciarise, il y aura nécessairement un gagnant et un perdant. Même en présence d’un dossier qui présente selon vous de bonnes chances de succès, il vous faut tenir compte des autres impacts de la présentation d’un dossier. Il y a d’abord les impacts financiers, qu’ils soient directement liés au dossier ou qu’ils en découlent. Il suffit de penser au temps que vous devrez consacrer à la préparation du dossier et à sa présentation devant le tribunal et à l’impact de la gestion du dossier sur votre quotidien.

En conclusion, bien que le recours devant le tribunal est souvent utile voire même nécessaire, il est important de tenter de résoudre les conflits dès le départ lorsque nous le pouvons.

0 Réponse à “Évitons les cauchemars”

Laisser un commentaire