Permis de bâtir, janvier 2013

Publié le par Service des communications

Source: Statistique Canada

Les municipalités ont délivré pour 5,8 milliards de dollars de permis de bâtir en janvier, en hausse de 1,7 % par rapport à décembre. L'augmentation observée dans le secteur résidentiel a plus qu'effacé la baisse enregistrée dans le secteur non résidentiel. En dépit de cette progression, la valeur totale des permis de bâtir montre une tendance à la baisse depuis octobre 2012.

La hausse des intentions de construction provient de toutes les provinces, sauf l'Alberta et le Québec. Le Nouveau-Brunswick a enregistré la plus forte hausse, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique suivant de près.

Graphique 1 
Valeur totale des permis
Graphique 1 : Valeur totale des permis

Dans le secteur résidentiel, la valeur des permis a augmenté de 17,6 % pour atteindre 3,8 milliards de dollars en janvier, après six mois de reculs consécutifs. L'Ontario a affiché la plus forte progression, la Colombie-Britannique arrivant loin au deuxième rang, le Nouveau-Brunswick suivant de près. Ces hausses ont plus qu'effacé les baisses observées au Québec, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Manitoba. Toutefois, les intentions de construction résidentielle maintiennent une tendance à la baisse depuis juillet 2012.

Les intentions de construction dans le secteur non résidentiel ont reculé de 19,2 % pour se fixer à 2,0 milliards de dollars, à la suite d'une baisse de 7,8 % enregistrée le mois précédent. L'Ontario, le Québec et l'Alberta sont à l'origine de la majeure partie de ce recul. Les intentions de construction non résidentielle ont augmenté en Saskatchewan, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba et à Terre-Neuve-et-Labrador. La valeur totale des permis de construction non résidentielle poursuit une tendance à la hausse depuis juin 2012, à la suite d'une période relativement stable qui s'était amorcée en mai 2011.

Secteur résidentiel : hausse des intentions de construction de logements unifamiliaux et multifamiliaux

Les intentions de construction de logements multifamiliaux ont crû de 38,0 % pour atteindre 1,6 milliard de dollars en janvier. Il s'agit de la première augmentation en sept mois. L'augmentation est principalement attribuable à la hausse des intentions de construction en Ontario, en Colombie-Britannique et au Nouveau-Brunswick.

Les municipalités ont délivré pour 2,3 milliards de dollars de permis de construction de logements unifamiliaux en janvier, en hausse de 6,6 % par rapport à décembre. Il s'agit d'une deuxième augmentation en sept mois. La hausse des intentions de construction en Ontario a plus que compensé les baisses observées dans quatre provinces, le Québec et le Manitoba arrivant en tête.

Les municipalités ont approuvé la construction de 16 002 nouveaux logements en janvier, en hausse de 15,6 % par rapport à décembre. Cette augmentation est en grande partie le résultat d'une hausse de 25,9 % du nombre de logements multifamiliaux, qui a atteint 9 550 unités. Le nombre de permis délivrés pour la construction de logements unifamiliaux a crû de 3,0 % pour s'élever à 6 452 unités.

Secteur non résidentiel : baisses dans toutes les composantes

Les intentions de construction dans la composante commerciale ont reculé de 15,2 % pour se fixer à 1,3 milliard de dollars, ce qui représente une deuxième baisse mensuelle consécutive et le niveau le plus bas observé depuis février 2012. Malgré les diminutions, les intentions de construction commerciale poursuivent une tendance à la hausse depuis novembre 2011.

Les intentions de construction d'immeubles à vocation commerciale ont diminué dans toutes les provinces, sauf en Saskatchewan, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Manitoba. L'Ontario et le Québec ont affiché les baisses les plus marquées. La baisse enregistrée en janvier s'explique par diverses catégories de bâtiments, notamment les complexes de vente au détail, les hôtels et les restaurants, et les entrepôts en Ontario, de même que les immeubles à bureaux au Québec.

La valeur des permis de construction dans la composante institutionnelle a diminué de 26,7 % pour se fixer à 366 millions de dollars en janvier, soit le niveau le plus bas depuis janvier 2012. Il s'agit d'une troisième baisse mensuelle consécutive. Ce recul est en grande partie attribuable à la baisse des intentions de construction d'établissements d'enseignement en Ontario, en Alberta et au Québec, et d'immeubles à vocation médicale en Alberta. Les intentions de construction d'établissements institutionnels montrent une légère tendance baissière de huit mois.

Les intentions de construction dans la composante industrielle ont reculé de 25,6 % pour se situer à 296 millions de dollars en janvier. Il s'agit d'une troisième diminution mensuelle d'affilée, à la suite du sommet inégalé atteint en octobre. Les intentions de construction industrielle affichent une tendance à la baisse depuis juin 2012; celle-ci fait suite à une période haussière amorcée en juin 2011.

Le recul observé en janvier est en grande partie attribuable à l'affaiblissement des intentions de construction de bâtiments liés à l'exploitation minière et à l'industrie primaire en Ontario, d'usines de fabrication en Alberta et de bâtiments rattachés aux services publics en Ontario et au Québec. Les intentions de construction industrielle ont reculé dans sept provinces, l'Ontario ayant enregistré le recul le plus élevé, le Québec suivant de loin.

Augmentations dans la plupart des provinces

Les intentions de construction ont augmenté dans huit provinces en janvier. Le Nouveau-Brunswick a enregistré la plus forte hausse, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique suivant de près.

Au Nouveau-Brunswick, les intentions de construction ont plus que triplé après avoir connu deux reculs mensuels consécutifs. Cette augmentation est le résultat d'une hausse des intentions de construction d'immeubles résidentiels et institutionnels.

En Saskatchewan, les intentions de construction ont augmenté grâce à une hausse des intentions de construction de logements unifamiliaux et d'immeubles à vocation commerciale.

Une augmentation de 10,9 % en Colombie-Britannique s'explique par la hausse des intentions de construction de logements multifamiliaux et d'immeubles institutionnels.

En Ontario (+2,1 %), la hausse des intentions de construction résidentielle a effacé les baisses observées dans les composantes non résidentielles.

La plus forte baisse a été observée au Québec, où toutes les composantes, sauf les logements multifamiliaux, ont affiché une baisse.

En Alberta, la valeur des permis de construction d'immeubles à vocation commerciale et institutionnelle est à l'origine de la baisse.

Augmentations dans un peu plus de la moitié des régions métropolitaines de recensement

La valeur des permis a augmenté dans 18 des 34 régions métropolitaines de recensement.

Toronto, Vancouver et Saskatoon ont connu les augmentations les plus prononcées. À Toronto, des hausses ont été observées du côté des immeubles résidentiels. À Vancouver, les logements multifamiliaux et les immeubles institutionnels, deux composantes qui avaient affiché des baisses le mois précédent, sont à l'origine de la hausse. À Saskatoon, l'augmentation s'explique principalement par la hausse des intentions de construction d'immeubles à vocation commerciale et de logements unifamiliaux.

Les baisses les plus marquées ont été observées à Montréal et à Kitchener–Cambridge–Waterloo. À Montréal, la baisse s'explique par une diminution des intentions de construction d'immeubles à vocation commerciale et, dans une moindre mesure, de logements unifamiliaux et de bâtiments industriels. À Kitchener–Cambridge–Waterloo, l'affaiblissement des intentions de construction d'immeubles institutionnels en est la cause.


0 Réponse à “Permis de bâtir, janvier 2013”

Laisser un commentaire