Toujours un bon rythme pour les intentions de construction

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier,

Source: Statistique Canada

Toujours un bon rythme pour les intentions de construction

Les intentions de construction ont maintenu un rythme frénétique ce printemps, la valeur des permis de bâtir émis ayant affiché un autre bon bilan en juin après le sommet atteint en mai. Ces résultats consécutifs laissent présager une très grande activité sur les chantiers de construction pour les mois à venir.

 

 

cliquez sur le bouton droit pour sauvegarder le graphique.

Au total, les municipalités ont délivré pour 6,9 milliards de dollars de permis de bâtir en juin, en baisse de seulement 0,4 % par rapport à mai. Le nombre de permis délivrés en juin a été le deuxième en importance, n'ayant été dépassé qu'une seule fois auparavant, soit par le sommet atteint en mai.

Les accroissements enregistrés dans le secteur résidentiel ont été épongés par un recul des intentions de construction non résidentielle. La valeur des permis de construction non résidentielle a diminué de 10,0 % pour se fixer à 2,8 milliards de dollars, chacune des trois composantes (industrielle, commerciale et institutionnelle) du secteur ayant accusé un recul. Là encore, ce niveau n'avait été dépassé qu'une seule fois auparavant, soit en mai.

Dans le secteur résidentiel, les intentions sont en hausse de 7,4 % et dépassent 4,1 milliards de dollars. Il s'agit de la deuxième fois seulement que la valeur des permis de construction résidentielle franchit la barre des 4 milliards de dollars, cette marque ayant été dépassée pour la première fois en décembre 2005.


Note aux lecteurs

Sauf avis contraire, les données du présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite la comparaison par l'élimination de l'effet des variations saisonnières.

L'Enquête sur les permis de bâtir vise 2 380 municipalités représentant 95 % de la population. Ses résultats servent d'indicateur avancé de l'activité dans le domaine de la construction. Les collectivités représentant les autres 5 % de la population sont très petites, et leurs activités de construction n'ont qu'une faible incidence sur le total.

La valeur des intentions de construction présentées ici ne comprend pas les travaux d'ingénierie (par exemple, les aqueducs, les égouts et les ouvrages de drainage) ni ceux associés au terrain.

Dans le cadre du présent communiqué, la région métropolitaine de recensement d'Ottawa–Gatineau est divisée en deux régions, soit Ottawa–Gatineau (partie Québec) et Ottawa–Gatineau (partie Ontario).


La demande de logements neufs est demeurée nettement vigoureuse, un total de 21 515 logements neufs ayant été approuvés en juin, soit un niveau qui n'a été dépassé que deux fois depuis 1990.

La valeur totale des permis de bâtir au deuxième trimestre de 2007 constitue un sommet, les intentions de construction s'étant établies à 19,5 milliards de dollars, soit 13,6 % de plus qu'au premier trimestre de 2007. Une croissance trimestrielle considérable a été enregistrée dans les secteurs résidentiel (+12,9 %) et non résidentiel (+14,5 %).

Secteur de l'habitation : Les permis de construction de logements multifamiliaux sont un facteur d'entraînement

Les municipalités ont approuvé pour 1,6 milliard de dollars de permis de construction de logements multifamiliaux, soit 14,2 % de plus qu'en mai. Il s'agit du deuxième niveau le plus élevé jamais observé. Le nombre de logements multifamiliaux approuvés a augmenté de 18,3 % et a atteint 11 726, prolongeant ainsi la tendance à la hausse amorcée en janvier.

La valeur des permis de construction de logements unifamiliaux s'est accrue de 3,3 % pour s'établir à 2,5 milliards de dollars, soit le plus haut niveau jamais enregistré. Le nombre de logements unifamiliaux autorisés a légèrement progressé de 0,5 % pour se situer à 9 789. Après le recul observé depuis septembre 2006, la tendance du nombre de logements unifamiliaux autorisés est en progression depuis mai.

La vigueur de l'emploi, la croissance du revenu disponible, la faiblesse des taux d'inoccupation des appartements dans plusieurs centres et les options de financement attrayantes ont continué de stimuler la demande de logements.

La valeur des permis de construction résidentielle n'a augmenté que dans trois provinces. Les hausses considérables observées en Alberta et en Ontario ont été suffisantes pour permettre une augmentation globale de la valeur des permis de construction résidentielle, malgré les baisses enregistrées dans sept provinces.

La valeur des permis de construction résidentielle a augmenté de 46,4 % en Alberta et a atteint un sommet de 983 millions de dollars, propulsée par une hausse de 166,3 % de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux. Plusieurs grands chantiers de construction d'appartements/immeubles en copropriété sont à l'origine de cette forte hausse. La valeur des permis de construction de logements unifamiliaux a aussi connu une nette augmentation.

cliquez sur le bouton droit pour sauvegarder le graphique.

En Ontario, la valeur des permis de construction résidentielle s'est accrue de 9,2 % pour atteindre 1,3 milliard de dollars, soutenue par un bond de 25,0 % de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux.

On note un important recul en Colombie-Britannique, où la valeur des permis a chuté de 12,6 % pour s'établir à 808 millions de dollars, en raison d'une forte baisse de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux. Le recul de cette composante est attribuable dans une large mesure à une diminution de la valeur moyenne des logements multifamiliaux approuvés.

D'un trimestre à l'autre, la valeur des permis de construction résidentielle s'est accrue dans sept provinces au deuxième trimestre. À l'échelle nationale, la valeur des permis de construction de logements unifamiliaux (+3,8 %, une valeur totale de 7,1 milliards de dollars) et multifamiliaux (+31,4 %, une valeur totale de 4,5 milliards de dollars) a atteint de nouveaux sommets en ce qui concerne la valeur trimestrielle, entraînant la valeur totale des permis de construction résidentielle à 11,6 milliards de dollars, soit 12,9 % de plus qu'au premier trimestre.

Les intentions de construction non résidentielle demeurent très élevées

La valeur des permis de construction non résidentielle a fléchi en juin par rapport à un niveau exceptionnellement élevé, la demande de locaux à bureaux à Calgary ayant gonflé les résultats en mai. Malgré un recul de 10,0 %, les 2,8 milliards de dollars de permis de construction non résidentielle délivrés en juin constituaient un niveau qui n'avait été dépassé qu'une seule fois auparavant.

Si l'on exclut l'Alberta des chiffres nationaux, la valeur des permis de construction non résidentielle aurait progressé de 13,4 % en juin.

On observe des hausses considérables dans cinq provinces. L'Ontario a réalisé la plus forte augmentation (en dollars) parmi les provinces, un bond dans les permis de la composante commerciale ayant largement compensé les diminutions des composantes de la construction industrielle et institutionnelle.

En Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse, le niveau affiché en juin a été le deuxième niveau le plus élevé jamais enregistré, grâce à des augmentations dans chacune des trois composantes non résidentielles. Au Québec, la forte augmentation de la valeur des permis de construction institutionnelle a porté la valeur des permis de construction non résidentielle à son plus haut niveau depuis mars 1998.

En Saskatchewan, le niveau atteint en juin est le plus élevé en près de 18 ans, grâce aux permis de construction commerciale.

Les intentions de construction dans la composante commerciale ont atteint 1,8 milliard de dollars en juin, soit le deuxième niveau le plus élevé jamais observé, après un sommet de 2,1 milliards de dollars atteint en mai. Plusieurs grands projets répartis entre une grande variété de bâtiments, comme des établissements voués aux loisirs, des immeubles à bureaux, des hôtels, des magasins de vente au détail et des entrepôts, ont contribué à cet excellent résultat.

La tendance de la valeur des permis de construction commerciale est à la hausse depuis la fin de 2005, et la vigueur récente des résultats est, dans une large mesure, compatible avec le grand dynamisme du secteur de la vente au détail, la diminution des taux d'inoccupation des bureaux ainsi que la vigueur des bénéfices des sociétés.

Après avoir bondi de 78,6 % en mai, la valeur des permis de construction institutionnelle a diminué de 4,8 % en juin pour s'établir à 592 millions de dollars. Malgré ce recul, ce niveau dépasse toujours de 11,4 % le niveau mensuel moyen affiché depuis le début de 2007. Une hausse de la valeur des permis pour les écoles n'a pas été suffisante pour faire contrepoids aux reculs dans les projets pour les établissements médicaux et les maisons de soins.

Dans la composante industrielle, la valeur des permis a reculé de 7,4 % pour s'établir à 403 millions de dollars, après avoir progressé de 26,1 % en mai. Ce recul est imputable à la diminution des projets d'investissement pour les usines de fabrication. La valeur des permis de construction industrielle est en régression depuis la fin de 2006. Ce résultat est compatible avec le défi que l'appréciation du dollar canadien représente pour les fabricants.

D'un trimestre à l'autre, la valeur des permis de construction commerciale a atteint son plus haut niveau trimestriel jamais enregistré (5,2 milliards de dollars) au deuxième trimestre, soit 32,9 % de plus qu'au premier trimestre. La valeur trimestrielle des permis de construction industrielle (-15,2 %, une valeur totale de 1,2 milliard de dollars) et institutionnelle (-4,0 %, une valeur totale de 1,6 milliard de dollars) a diminué au cours de la même période.

Régions métropolitaines : La valeur des permis à Calgary demeure élevée

Parmi les 34 régions métropolitaines, 19 ont accusé un recul de la valeur totale de leurs permis de bâtir. Les plus fortes baisses sont survenues à Calgary, après que cette région eût franchi la barre du milliard de dollars de permis délivrés en mai. Le niveau inscrit en juin est le deuxième niveau le plus élevé jamais observé, soit un total de 697 millions de dollars de permis délivrés.

Le terrain perdu à Calgary a été repris par des hausses à Toronto et à Edmonton, attribuables dans chaque cas à des augmentations dans les composantes résidentielle et non résidentielle. On a aussi observé de fortes augmentations à Montréal et à Regina.

La valeur des permis à Edmonton et à Regina a, dans les deux cas, atteint de nouveaux sommets en juin.

Données stockées dans CANSIM : tableaux 026-0001 à 026-0008, 026-0010 et 026-0015.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 2802.

Le numéro de juin 2007 de la publication Permis de bâtir (64-001-XWF, gratuite) paraîtra bientôt.

Le communiqué sur les permis de bâtir de juillet sera diffusé le 6 septembre.

Pour commander des données, communiquez avec Jasmine Gaudreault au               613-951-6321        ou composez sans frais le               1-800-579-8533        (bdp_information@statcan.ca). Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Étienne Saint-Pierre au               613-951-2025       , Division de l'investissement et du stock de capital.

Valeur des permis de bâtir, selon la région métropolitaine de recensement1
  Mai 2007r Juin 2007p Mai à juin 2007 Janvier à juin 2006 Janvier à juin 2007 Janvier-juin 2006 à janvier-juin 2007
  Données désaisonnalisées
  en millions de dollars variation en % en millions de dollars variation en %
St. John's 29,0 28,1 -3,0 154,0 154,2 0,1
Halifax 43,1 71,2 65,2 328,9 292,6 -11,0
Moncton 31,7 32,1 1,0 104,1 125,8 20,9
Saint John 20,2 15,7 -22,3 79,4 131,9 66,0
Saguenay 25,9 35,0 35,3 92,1 96,4 4,7
Québec 109,9 145,0 32,0 572,6 695,9 21,5
Sherbrooke 22,6 29,3 29,5 184,3 149,4 -18,9
Trois-Rivières 37,5 30,7 -18,1 101,2 144,2 42,6
Montréal 541,7 611,3 12,8 2,872,6 3,181,9 10,8
Ottawa–Gatineau, Ontario/Québec 196,1 183,8 -6,3 1,072,0 1,247,1 16,3
Ottawa–Gatineau (partie Québec) 67,9 62,8 -7,5 229,9 306,1 33,2
Ottawa–Gatineau (partie Ontario) 128,2 121,0 -5,6 842,1 940,9 11,7
Kingston 17,3 45,1 161,2 139,5 126,7 -9,2
Peterborough 12,0 9,8 -18,4 79,9 49,6 -37,9
Oshawa 62,4 52,2 -16,3 446,2 356,2 -20,2
Toronto 936,6 1,231,8 31,5 5,032,9 6,207,8 23,3
Hamilton 124,9 71,6 -42,7 407,2 558,8 37,2
St. Catharines–Niagara 46,1 41,9 -9,0 242,6 218,4 -10,0
Kitchener 101,8 77,0 -24,4 518,3 425,6 -17,9
Brantford 22,0 15,7 -28,5 88,5 96,7 9,3
Guelph 30,6 24,0 -21,5 198,7 146,8 -26,1
London 92,6 115,4 24,6 474,3 478,4 0,9
Windsor 39,6 41,8 5,5 279,5 169,2 -39,5
Barrie 41,5 61,9 49,2 277,2 193,2 -30,3
Grand Sudbury 33,9 25,0 -26,1 89,4 206,7 131,1
Thunder Bay 11,3 4,3 -61,6 37,8 44,6 18,1
Winnipeg 83,6 79,2 -5,3 408,4 452,5 10,8
Regina 30,4 88,9 191,9 145,0 203,0 40,0
Saskatoon 60,7 54,9 -9,4 224,3 305,4 36,1
Calgary 1,065,4 697,2 -34,6 2,429,2 3,511,5 44,6
Edmonton 292,6 402,8 37,6 1,570,4 2,039,1 29,8
Kelowna 72,2 95,5 32,3 273,8 430,3 57,1
Abbotsford 28,5 16,0 -43,8 228,9 158,0 -31,0
Vancouver 831,4 791,7 -4,8 2,996,6 3,828,3 27,8
Victoria 93,1 100,2 7,7 345,3 565,0 63,6
r révisé
p provisoire
1. Il est possible de consulter en ligne les subdivisions de recensement qui font partie des régions métropolitaines de recensement.
Nota:  Les données peuvent ne pas correspondre aux totaux en raison de l'arrondissement.

Valeur des permis de bâtir, selon la province et le territoire
  Mai 2007r Juin 2007p Mai à juin 2007 Janvier à juin 2006 Janvier à juin 2007 Janvier-juin 2006 à janvier-juin 2007
  Données désaisonnalisées
  en millions de dollars variation en % en millions de dollars variation en %
Canada 6 935,9 6 906,4 -0,4 30 975,8 36 619,8 18,2
Résidentiel 3 820,7 4 102,2 7,4 19 481,3 21 778,1 11,8
Non résidentiel 3 115,2 2 804,2 -10,0 11 494,5 14 841,7 29,1
Terre-Neuve-et-Labrador 46,8 45,8 -2,2 224,8 257,7 14,6
Résidentiel 32,0 31,1 -2,9 164,5 173,0 5,2
Non résidentiel 14,7 14,6 -0,6 60,2 84,6 40,5
Île-du-Prince-Édouard 13,5 11,9 -12,0 102,5 76,5 -25,4
Résidentiel 10,1 8,8 -12,9 63,7 58,5 -8,2
Non résidentiel 3,3 3,0 -9,2 38,8 18,0 -53,6
Nouvelle-Écosse 108,3 123,8 14,3 632,5 597,2 -5,6
Résidentiel 67,4 57,0 -15,5 437,2 383,8 -12,2
Non résidentiel 40,9 66,8 63,4 195,3 213,4 9,3
Nouveau-Brunswick 96,4 80,5 -16,6 446,9 469,7 5,1
Résidentiel 45,5 55,7 22,4 259,0 256,0 -1,2
Non résidentiel 51,0 24,8 -51,4 187,9 213,7 13,7
Québec 1 140,8 1 175,3 3,0 5 548,5 6 254,6 12,7
Résidentiel 704,2 682,4 -3,1 3 656,0 3 944,2 7,9
Non résidentiel 436,6 492,8 12,9 1 892,5 2 310,4 22,1
Ontario 2 103,5 2 316,8 10,1 11 134,5 12 805,2 15,0
Résidentiel 1 212,8 1 324,7 9,2 6 903,7 7 080,8 2,6
Non résidentiel 890,7 992,1 11,4 4 230,8 5 724,4 35,3
Manitoba 153,1 122,2 -20,2 640,0 749,1 17,0
Résidentiel 81,3 80,0 -1,7 407,4 468,7 15,0
Non résidentiel 71,8 42,2 -41,2 232,6 280,4 20,5
Saskatchewan 119,1 177,0 48,6 510,2 704,5 38,1
Résidentiel 67,1 65,5 -2,3 216,4 387,1 78,9
Non résidentiel 52,1 111,5 114,1 293,7 317,4 8,0
Alberta 1 790,5 1 522,8 -15,0 6 252,3 7 979,3 27,6
Résidentiel 671,4 982,6 46,4 3 798,0 4 601,0 21,1
Non résidentiel 1 119,1 540,1 -51,7 2 454,3 3 378,3 37,7
Colombie-Britannique 1 343,9 1 305,5 -2,9 5 386,5 6 593,7 22,4
Résidentiel 923,8 807,6 -12,6 3 531,3 4 359,6 23,5
Non résidentiel 420,1 497,9 18,5 1 855,2 2 234,1 20,4
Yukon 9,6 3,5 -63,1 58,4 42,9 -26,6
Résidentiel 3,1 2,1 -31,9 21,2 16,6 -21,7
Non résidentiel 6,5 1,5 -77,7 37,2 26,3 -29,4
Territoires du Nord-Ouest 9,5 14,6 52,8 13,8 40,1 190,3
Résidentiel 1,1 3,9 239,7 7,7 6,8 -11,5
Non résidentiel 8,4 10,7 27,4 6,1 33,2 446,6
Nunavut 0,9 6,8 638,7 25,1 49,4 97,2
Résidentiel 0,9 0,7 -20,6 15,2 41,9 175,9
Non résidentiel 0,0 6,1 ... 9,9 7,5 -24,1
r révisé
p provisoire
... n'ayant pas lieu de figurer
Nota:  Les données peuvent ne pas correspondre aux totaux en raison de l'arrondissement

0 Réponse à “Toujours un bon rythme pour les intentions de construction”

Laisser un commentaire