Les constructeurs de résidences pour personnes âgées devront mettre la pédale douce

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier

Source: SCHL

Les constructeurs de résidences pour personnes âgées devront mettre la pédale douce

Selon les résultats de l’enquête menée en octobre 2006, par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), et portant sur les résidences pour personnes âgées situées au Québec, presque tous les marchés québécois ont connu une détente en 2006. « Les offreurs de résidences pour aînés ont plus que répondu à la demande. À l’exception de Trois-Rivières, le taux d’inoccupation global a progressé dans tous les grands centres urbains. Compte tenu des taux d’inoccupation actuels et du rythme de la construction, nous estimons que la situation est toujours à surveiller car les prévisions démographiques annoncent une baisse temporaire de la demande » affirme Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL.

« Bien que le taux d’inoccupation ait grimpé dans les deux segments de marché (résidences à chambres et appartements), on ne peut pas dire que la hausse était généralement plus prononcée dans un segment de marché en particulier. Encore cette année, l’enquête a relevé que le taux d’inoccupation est généralement plus faible dans le segment des appartements, notamment dans les résidences de grande taille offrant des services. Est également notable la diversité des états de marché sur le plan régional même si la tendance générale est à la hausse. Comme nous le disions l’an dernier, il est plus important que jamais pour les investisseurs dans ce secteur de bien connaître le marché local et de viser juste quant au produit offert », poursuit Kevin Hughes.

Montréal

Dans le Grand Montréal, 4,7 % des appartements pour aînés étaient vacants 2006, soit 0,7 point de pourcentage de plus qu’en 2005. Il s’agit d’une troisième augmentation consécutive du taux d’inoccupation depuis le creux de 1,1 %, atteint en 2003. La construction de résidences de type appartements se poursuit à un bon rythme. Entre 2005 et 2006, l’univers d’enquête a augmenté de 1 800 unités, ce qui porte l’univers total à 24 161 appartements répartis dans 184 immeubles. Malgré une diminution de l’offre de résidences de type chambres avec pension (de 8 935 lits en 2005 à 8 620 lits en 2006), le taux d’inoccupation a progressé de 4,5 % en 2005 à 7,2 %, en 2006.

Québec

Dans la région de Québec, le taux d’inoccupation des résidences privées a légèrement remonté pour s’établir à 4,5 % comparativement à 4,2 %, en 2005. La proportion d’unités vacantes a atteint son niveau le plus élevé depuis 1999. En termes absolus, 417 unités étaient disponibles à l’automne 2006 sur un stock total de 9 367, réparti dans 134 résidences. La progression du taux d’inoccupation global est attribuable autant aux résidences composées d’appartements (3,1 % en 2005 comparativement à 3,3 %, en 2006) qu’à celles de type chambres avec pension (6,2 % contre 6,6 %).

Gatineau

Selon l’enquête, il y a eu un léger desserrement du marché dans la région de Gatineau. À l’automne 2006, le taux d’inoccupation des résidences s’établissait à 1,9 % contre 0,9 %, un an auparavant. Malgré cette hausse, le taux d’inoccupation demeure encore faible. Pour une troisième année consécutive, ce sont les résidences composées d’appartements qui affichaient le plus bas taux d’inoccupation, avec 0,4 % d’unités inoccupées. Dans les résidences de type chambres avec pension, la hausse du taux d’inoccupation était plus marquée : 3,3 % d’unités inoccupées en 2006 comparativement à 1,5 %, en 2005.

Sherbrooke

Le taux d’inoccupation s’est redressé pour une quatrième année consécutive dans la RMR de Sherbrooke, où le taux global d’inoccupation s’est établi à 4,8 % contre 3,1 %, un an auparavant. Bien que la proportion de logements vacants soit la même, peu importe qu’il s’agisse d’appartements ou de chambres avec pension, le segment des appartements a enregistré un gain plus important. En 2005, le taux d’inoccupation des appartements atteignait 2,6 %, et celui des chambres avec pension, 3,7 %.

Saguenay

Dans la région de Saguenay, le taux d’inoccupation global a fait un bond notable en 2006, passant de 1,5 % en 2005 à 3,1 % en 2006. Cette remontée fait suite à l’inclusion dans l’univers de l’enquête d’un peu plus de 80 unités arrivées sur le marché en 2006. Lors de l’enquête d’octobre 2006, les résidences composées d’appartements affichaient le taux d’inoccupation le plus faible, soit 2,4 %. Par contre, dans les résidences de type chambres avec pension, 3,7 % des unités étaient inoccupées.

Trois-Rivières

Le marché des résidences pour aînés s’est resserré de nouveau en 2006 dans la RMR de Trois-Rivières. Globalement, le taux d’inoccupation des résidences privées est passé de 3,7 % en 2005 à 2,9 % en 2006. En termes absolus, 74 unités étaient disponibles sur le territoire trifluvien l’automne dernier. Au total, le stock était composé de 2 533 unités (1 359 appartements et 1 174 chambres avec pension). La baisse du taux d’inoccupation global est largement attribuable au resserrement du marché des résidences d’appartements, pour lesquelles le taux a chuté pour s’établir à 0,8 % en 2006 comparativement à 1,9 %, un an plus tôt.

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) est l'organisme national responsable de l'habitation au Canada, et ce, depuis plus de 60 ans. Elle contribue à améliorer les conditions de vie et le bien-être des Canadiens par l’entremise de quatre secteurs d'activité : le financement de l'habitation, l’aide au logement, la recherche et la diffusion de l'information, et la promotion des exportations. La SCHL veille à ce que les Canadiens aient accès à un large éventail de logements de qualité, à coût abordable, et elle favorise la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.schl.ca  ou composer le 1-800-668-2642.

0 Réponse à “Les constructeurs de résidences pour personnes âgées devront mettre la pédale douce”

Laisser un commentaire