Enquête SCHL sur les résidences pour aînés - Résultats variés en 2007

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier

Source: SCHL

Enquête SCHL sur les résidences pour aînés - Résultats variés en 2007

Les résultats de l'enquête menée en octobre 2007, par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), et portant sur les résidences pour personnes âgées situées au Québec, reflètent un portrait varié des marchés québécois en 2007. Alors que le taux d'inoccupation global a progressé dans les régions métropolitaines de recensement (RMR) de Gatineau (+6,1 points), Montréal (+1,2 points), et Sherbrooke (+3 points), il a reculé dans les régions de Trois-Rivières (-0,9 point) et de Saguenay (-0,5 point). La région de Québec, quant à elle, n'a pas affiché de changement (voir tableau 1). Pour ce qui est des autres
agglomérations urbaines (10 000 à 99 999 habitants), l'enquête révèle également des différences.

"Compte tenu des taux d'inoccupation actuels, du stock important en construction, du rythme des mises en chantier et des projets annoncés, nous estimons que la situation est toujours à surveiller car les prévisions démographiques annoncent une baisse temporaire de la demande. Rappelons qu'au cours des prochaines années, le rythme de croissance de la population des 75 ans et plus ralentira. En effet, les gens qui arriveront dans ce groupe d'âge sont nés durant la grande dépression des années 1930, moment où la natalité avait temporairement diminué" affirme Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL.

"Dans plusieurs cas, il est important d'aller au-delà des résultats globaux. Par exemple, les marchés de Montréal et de Québec sont toujours à surveiller car le stock en construction y est important et le taux de pénétration (la proportion des personnes âgées de 75 ans et plus qui pourrait potentiellement habiter en résidence) y est élevé dans certains secteurs. On remarque également dans ces marchés, des différences notables reliées aux segments de marchés (type de résidence, taille du bâtiment, loyer). Par exemple, les résidences de haut de gamme affichent toujours des taux d'inoccupation plus élevés. Il est donc crucial que l'industrie sache bien cibler et doser son produit," ajoute Kevin Hughes.

Montréal : Détente dans le haut de gamme

Pour une quatrième année de suite, le taux d'inoccupation des résidences pour personnes âgées a monté dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Le taux d'inoccupation des appartements s'élève à 5,9 % contre 4,7 % en 2006.

C'est sur l'île de Montréal que le pourcentage de logements inoccupés est le plus élevé et c'est d'ailleurs là qu'il a le plus augmenté entre 2006 et 2007. Il s'établit maintenant à 6,6 % (contre 5,1 % en 2006). Le taux d'inoccupation a aussi augmenté dans les secteurs de Laval et de la Rive-Nord (6,2 % en 2007 contre 5 % en 2006). Dans une moindre mesure, le taux d'inoccupation a aussi progressé sur

Le taux d'inoccupation s'est accru davantage dans le cas des logements d'une chambre à coucher (3,7 % en 2006 à 5,6 % en 2007). Après avoir passablement augmenté en 2006, le taux d'inoccupation des studios a continué de se relever (7,9 % en 2007). Pour sa part, le taux d'inoccupation dans des grands logements (2 chambres et plus) est demeurée stable (3,9 % en 2007 contre 4,1 % en 2006).

Toujours pour la RMR de Montréal, le desserrement du marché des appartements est en fait imputable au segment des résidences haut de gamme. Selon l'enquête de 2007, le taux a atteint 8,9 % en 2007 contre 6 % en 2006. Dans le segment des résidences de milieu de gamme, le taux d'inoccupation s'établit à 3,4 % (3,6 % en 2006) et, dans celles de bas de gamme, il est demeuré inférieur à 3 % (2,1 % en 2007 contre 2,4 % en 2006).

Le marché des chambres avec pension a aussi continué de se relâcher, quoique moins rapidement qu'en 2006. Le taux d'inoccupation est passé de 7,2 % en 2006 à 8,4 % en 2007. Le marché s'est surtout détendu sur l'île de Montréal, où le taux d'inoccupation, déjà élevé en 2006 (9,7 %), a continué de se redresser.

Québec : le taux d'inoccupation s'est stabilisé en 2007

La remontée du taux d'inoccupation des résidences pour personnes âgées, entamée en 2004 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, a fait une pause en 2007. En effet, 4,5 % des logements (chambres et appartements combinés) étaient vacants à l'automne 2007.

Bien que le taux d'inoccupation global soit stable, le marché des résidences pour personnes âgées connaît certains mouvements. En effet, alors que le taux d'inoccupation des appartements a légèrement diminué (3,3 % en 2006 contre 3,1 % en 2007), l'inverse s'est produit pour les chambres, puisque la proportion d'unités inoccupées est passée de 6,6 % à 7,5 %.

Le taux d'inoccupation des résidences composées d'appartements a diminué malgré un ajout de 486 unités. Le taux d'inoccupation selon la gamme de loyer témoigne toutefois d'une certaine saturation du marché haut de gamme alors que plusieurs résidences dans ce créneau arrivent sur le marché ces dernières années.

Dans les résidences de type chambres avec pension, la proportion d'unités vacantes a augmenté pour une quatrième année d'affilée, et elle a atteint 7,5 % à l'automne 2007, son plus haut niveau depuis 2001.

Gatineau : croissance importante du marché

Dans la région de Gatineau, le taux d'inoccupation est passé de 1,9 % en octobre 2006 à 8 % en octobre 2007. L'achèvement de nouvelles résidences a entraîné un accroissement de 21 % du stock qui s'élevait, en 2007, à 2 019 unités. Au cours des cinq dernières années, l'offre a doublé dans les résidences privées.

C'est dans le secteur de Gatineau que le taux d'inoccupation a la plus grimpé, puisqu'il atteignait 10,5 % en 2007 comparativement à 3,3 %, l'année précédente. Les secteurs de Hull et d'Aylmer réunis affichent la même tendance, mais la progression du taux y est plus lente (5,1% en 2007).

Dans les résidences de type chambres avec pension, le taux d'inoccupation a également augmenté en 2007 (6,7 % par rapport à 3,3 % un an plus tôt), mais il demeure inférieur à celui des appartements.

Forte hausse dans la RMR de Sherbrooke

Le taux global d'inoccupation des résidences a connu une autre forte hausse dans la RMR de Sherbrooke. Après une progression en 2006, le taux d'inoccupation a continué d'augmenter dans la région de Sherbrooke et il est passé de 4,5 % à 7,5 % en 2007. Il s'agit de sa quatrième hausse de suite et de la plus importante depuis que la SCHL mène cette enquête.

La hausse du taux d'inoccupation dans la région de Sherbrooke est principalement attribuable au desserrement du segment des appartements, pour lequel le taux d'inoccupation a progressé de 4 points de pourcentage entre 2006 et 2007 pour atteindre 8,8 %.

L'enquête révèle un bond de 7 points dans le quartier Est, le statu quo dans le quartier Ouest, et un recul (le seul) du taux dans la banlieue.

Resserrement à Saguenay

Le marché des résidences s'est resserré dans la RMR de Saguenay en 2007, et ce, malgré l'ajout d'environ une centaine d'unités entre les enquêtes. En effet, le taux d'inoccupation est passé de 3,1 % en octobre 2006 à 2,6 % en octobre 2007, en baisse de 0,5 point de pourcentage.

Lors de l'enquête d'octobre 2007, les résidences composées d'appartements affichaient un taux d'inoccupation de 1,6 % comparativement à 3,5 % pour celles de type chambres avec pension.

C'est dans l'arrondissement de Chicoutimi que le marché est le plus serré (0,3 %). A Jonquière, le taux d'inoccupation était de 5,1 % en octobre 2007 alors qu'il s'établissait à 1,4 % dans l'arrondissement de La Baie.

Autre recul à Trois-Rivières

Pour une troisième année de suite, le taux d'inoccupation global des résidences destinées aux personnes âgées a reculé dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Trois-Rivières. En effet, la proportion d'unités inoccupées s'est établie à 2,0 % à l'automne 2007 comparativement à 2,9 %, un an plus tôt, et à 3,7 %, en octobre 2005.

Le resserrement du segment des chambres avec pension, qui représente près de 40 % du marché, est à lui seul responsable de la baisse du taux d'inoccupation global. En effet, alors que le taux d'inoccupation des appartements est demeuré stable (0,8 %) entre l'automne 2006 et l'automne 2007, celui des chambres avec pension a chuté de 5,4 % en 2006 à 3,7 % l'automne dernier.

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) est l'organisme national responsable de l'habitation au Canada, et ce, depuis plus de 60 ans. Elle contribue à améliorer les conditions de vie et le bien-être des Canadiens par l'entremise de quatre secteurs d'activité : le financement de l'habitation, l'aide au logement, la recherche et la diffusion de l'information, et la promotion des exportations. La SCHL veille à ce que les Canadiens aient accès à un large éventail de logements de qualité, à coût abordable, et elle favorise la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site http://www.schl.ca/ ou composer le 1-800-668-2642.

0 Réponse à “Enquête SCHL sur les résidences pour aînés - Résultats variés en 2007 ”

Laisser un commentaire