Le contrôle étranger dans l'économie canadienne

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Divers,

Source: Statistiques Canada

Le contrôle étranger dans l'économie canadienne

L'actif, les revenus et les bénéfices des sociétés sous contrôle canadien ont tous augmenté plus rapidement que ceux des sociétés sous contrôle étranger en 2008. Par conséquent, la part du contrôle étranger dans l'économie canadienne a diminué dans le cas de ces trois mesures.

L'actif des sociétés sous contrôle étranger a augmenté de 5,0 % par rapport à 2007, soit à un taux inférieur à la moitié du taux de croissance de 13,7 % affiché par les entreprises sous contrôle canadien. Par conséquent, les entreprises sous contrôle étranger ont représenté 20,3 % de l'actif en 2008, en baisse comparativement à 21,6 % l'année précédente.

Les mesures fondées sur l'actif donnent une perspective à plus long terme du contrôle étranger. Il est également possible de mesurer le contrôle étranger en se basant sur les revenus et les bénéfices d'exploitation des entreprises menant des activités au Canada qui sont contrôlées par des intérêts étrangers ou des non-résidents.

La part des revenus d'exploitation des entreprises sous contrôle étranger a diminué, passant de 29,6 % en 2007 à 29,0 % en 2008, tandis que leur proportion des bénéfices d'exploitation est passée de 26,5 % à 24,9 %.

Dans le secteur non financier, la part de l'actif sous contrôle étranger est demeurée inchangée par rapport à 2007, s'étant établie à 27,6 %, tandis que la part correspondante des revenus est passée de 30,5 % à 29,9 %. La part des bénéfices sous contrôle étranger a également diminué, passant de 28,7 % à 26,9 %.

Dans les secteurs de la finance et des assurances, les entreprises sous contrôle étranger ont représenté 13,5 % de l'actif en 2008, en baisse par rapport à 15,7 % en 2007. En outre, ces entreprises ont détenu 21,2 % des revenus et 19,5 % des bénéfices en 2008, proportions inférieures à celles de 21,8 % et de 21,4 %, respectivement, atteintes l'année précédente.

Secteur non financier

Pour une deuxième année consécutive, les entreprises sous contrôle étranger ont été à l'origine de plus de la moitié de l'activité manufacturière au Canada. Elles détenaient 56,4 % de l'ensemble de l'actif, 53,1 % de l'ensemble des revenus d'exploitation et 50,2 % des bénéfices d'exploitation dans le secteur canadien de la fabrication.

Note aux lecteurs

Sous l'autorité du ministre de l'Industrie, Statistique Canada administre la Loi sur les déclarations des personnes morales, laquelle requiert la cueillette d'information sur la situation financière et la propriété des sociétés exerçant une activité au Canada. Cette information sert à évaluer l'étendue du contrôle de l'économie des sociétés canadiennes par des non-résidents.

En vertu de la Loi sur les déclarations des personnes morales, un rapport résumant l'étendue du contrôle étranger dans l'économie canadienne doit être présenté chaque année au Parlement. Le document diffusé aujourd'hui est le rapport pour l'année de référence 2008.

L'actif, les revenus d'exploitation et les bénéfices d'exploitation sont les trois composantes utilisées pour mesurer le contrôle étranger.

Les mesures du contrôle étranger fondées sur l'actif donnent une perspective à plus long terme. L'actif est un élément de stock qui reflète les décisions économiques et les conditions du marché dont l'évolution est généralement plus lente.

Les mesures fondées sur les revenus, par ailleurs, correspondent à un élément de flux et sont étroitement liées au cycle commercial. Les revenus ont tendance à refléter la situation actuelle des entreprises et de ce fait, elles sont plus instables que les mesures fondées sur l'actif.

Les bénéfices constituent une mesure de la santé financière et du bien-être d'une économie et peuvent être utilisés pour évaluer le rendement et la durabilité de cette dernière.

En 2008, l'actif sous contrôle étranger dans le secteur de la fabrication a augmenté de 14,6 %, soit plus du double du taux de croissance de 6,4 % affiché par les fabricants sous contrôle canadien. La plus grande partie de la hausse de l'actif du secteur de la fabrication sous contrôle étranger a été attribuable aux secteurs des métaux de première transformation et des produits du pétrole et du charbon.

Parallèlement, les revenus ainsi que les bénéfices d'exploitation des entreprises sous contrôle étranger ont diminué. La plus grande partie de la baisse des bénéfices manufacturiers sous contrôle étranger a été attribuable aux secteurs de la fabrication de véhicules automobiles et de pièces, de la transformation du bois et de la fabrication de papier, qui sont fortement axés sur les exportations.

Dans le secteur de l'extraction de pétrole et de gaz, l'actif, les revenus et les bénéfices des entreprises sous contrôle étranger ont tous augmenté à un rythme plus lent que dans le cas de leurs homologues sous contrôle canadien.

Par conséquent, de 2007 à 2008, les parts des entreprises pétrolières et gazières sous contrôle étranger ont diminué, passant de 37,9 % à 36,7 % dans le cas de l'actif, de 48,3 % à 44,7 % pour les revenus et de 45,0 % à 42,6 % en ce qui concerne les bénéfices.

Secteur de la finance et des assurances

L'actif sous contrôle canadien des entreprises menant des activités dans le secteur financier au Canada a augmenté de 18,0 % en 2008, tandis que l'actif des entreprises sous contrôle étranger a diminué de 1,2 %. Par conséquent, la proportion de l'actif sous contrôle étranger est passée de 15,7 % en 2007 à 13,5 % en 2008.

Les revenus et les bénéfices tant des entreprises sous contrôle étranger que de celles sous contrôle canadien ont diminué en 2008, mais la baisse a été plus marquée dans le cas des entreprises sous contrôle étranger.

Par conséquent, les entreprises sous contrôle étranger ont représenté 21,2 % des revenus et 19,5 % des bénéfices en 2008, parts inférieures à celles de 21,8 % et de 21,4 %, respectivement, atteintes l'année précédente.

Contrôle étranger selon le pays de contrôle

Les entreprises sous contrôle américain ont continué à détenir les parts les plus importantes de l'actif, des revenus et des bénéfices sous contrôle étranger. La part des bénéfices d'exploitation de ces entreprises est passée de 54,3 % à 55,7 %, hausse principalement attribuable aux bénéfices pétroliers et gaziers.

Toutefois, la part de l'actif sous contrôle américain a diminué, passant de 55,5 % à 53,5 %, recul attribuable à la diminution de l'actif dans les secteurs de la fabrication de véhicules automobiles et de pièces, de la transformation du bois et de la fabrication de papier. La part des revenus sous contrôle américain a légèrement diminué, passant de 58,9 % à 58,7 %.

Les entreprises sous contrôle américain ont perdu une part de l'actif au profit des entreprises sous le contrôle du Royaume-Uni, des Pays-Bas et du Japon, dont la part collective est passée de 23,2 % à 26,2 %.

L'augmentation de 18,3 % de l'actif sous le contrôle du Royaume-Uni a été attribuable à la fabrication de métaux de première transformation. L'actif sous contrôle hollandais a augmenté de 23,8 % en raison de hausses dans la fabrication de produits du pétrole et du charbon. L'augmentation de 10,9 % de l'actif sous le contrôle du Japon a été principalement attribuable au secteur de l'intermédiation financière non faite par le biais de dépôts.

0 Réponse à “Le contrôle étranger dans l'économie canadienne ”

Laisser un commentaire