Investissement en construction de bâtiments non résidentiels, premier trimestre de 2015

Publié le par Service des communications

Sujet(s):

Source: Statistique Canada

Investissement en construction de bâtiments non résidentiels, premier trimestre de 2015

L'investissement en construction de bâtiments non résidentiels a diminué de 1,2 % pour s'établir à 12,9 milliards de dollars au premier trimestre, après trois trimestres consécutifs de croissance. Ce recul a été surtout attribuable à une baisse des dépenses dans la construction d'immeubles commerciaux.

Dans l'ensemble, l'investissement a diminué dans huit provinces au premier trimestre. La baisse la plus importante a été enregistrée en Ontario, où l'investissement a reculé de 2,0 % pour s'établir à 4,9 milliards de dollars en raison de la diminution des dépenses en construction d'immeubles commerciaux.

L'Alberta et la Colombie-Britannique ont été les seules provinces à afficher une hausse. En Alberta, l'augmentation était attribuable à une progression dans les composantes institutionnelle et industrielle, tandis qu'en Colombie-Britannique, elle était le résultat d'une hausse des dépenses au chapitre des immeubles institutionnels.

Régions métropolitaines de recensement

L'investissement a fléchi dans 20 des 34 régions métropolitaines de recensement au premier trimestre. La plus forte baisse a été notée à Ottawa, suivie de Saskatoon. À Ottawa, le recul était attribuable aux dépenses en construction d'immeubles commerciaux, tandis qu'à Saskatoon, celui-ci provenait principalement d'une diminution des dépenses en construction d'immeubles commerciaux et institutionnels.

En revanche, les plus fortes hausses ont été enregistrées à Edmonton et à Vancouver. À Edmonton, la hausse provenait de la croissance de l'investissement en construction d'immeubles à vocation institutionnelle et commerciale, tandis qu'à Vancouver, l'investissement a progressé dans les trois composantes, principalement dans les immeubles institutionnels.

Composante commerciale

L'investissement dans la composante commerciale a reculé de 1,9 % pour s'établir à 7,7 milliards de dollars. Cette deuxième diminution trimestrielle consécutive de la composante était principalement attribuable à la baisse des dépenses en construction de magasins de détail et de gros et d'installations de loisirs.

L'Ontario a affiché le recul le plus prononcé, l'investissement ayant diminué de 4,0 % pour s'établir à 2,9 milliards de dollars. Il s'agissait d'une troisième diminution trimestrielle consécutive. Le recul était principalement attribuable à une baisse des dépenses en construction de magasins de détail et de gros, d'installations de loisirs et d'entrepôts.

Le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador ont enregistré une progression en raison de la hausse des dépenses, laquelle était répartie entre plusieurs catégories d'immeubles commerciaux.

Composante industrielle

L'investissement dans les projets industriels a reculé dans six provinces au premier trimestre, en baisse de 0,7 % pour atteindre 1,6 milliard de dollars, et ce, à la suite de deux trimestres consécutifs de croissance. Le recul était principalement le résultat d'une baisse des dépenses en construction de bâtiments rattachés au secteur primaire et, dans une moindre mesure, de bâtiments rattachés aux services publics.

Le Québec a le plus contribué à la diminution enregistrée au premier trimestre, l'investissement ayant fléchi de 5,4 % pour se fixer à 263 millions de dollars, ce qui représentait une sixième baisse trimestrielle consécutive. Ce recul était le résultat d'une diminution des dépenses en construction d'usines de fabrication, de bâtiments liés à l'entretien et de bâtiments rattachés au secteur primaire.

L'augmentation la plus prononcée a eu lieu en Alberta, où les dépenses en construction de bâtiments industriels ont enregistré une croissance de 4,0 % pour se chiffrer à 374 millions de dollars, principalement en raison d'une hausse de l'investissement dans les bâtiments rattachés à l'entretien et, dans une certaine mesure, dans les usines de fabrication et les bâtiments rattachés aux services publics.

Composante institutionnelle

Dans la composante institutionnelle, l'investissement a connu une légère progression de 0,1 % pour s'établir à 3,5 milliards de dollars, ce qui représentait une quatrième augmentation trimestrielle consécutive. La croissance observée dans plusieurs catégories d'immeubles institutionnels, y compris les immeubles à vocation médicale, les établissements de soins infirmiers et les maisons de retraite, a plus que compensé la baisse enregistrée du côté des établissements d'enseignement.

L'Alberta et la Colombie-Britannique ont le plus contribué à la hausse de l'investissement en construction d'immeubles institutionnels. La progression en Alberta était principalement attribuable à la hausse des dépenses en construction d'établissements d'enseignement et de centres culturels, tandis qu'en Colombie-Britannique, elle était surtout le résultat d'une augmentation des dépenses liées aux établissements de soins de santé.

En revanche, la baisse la plus marquée a été enregistrée au Québec, où les dépenses en construction d'immeubles institutionnels ont reculé de 2,0 % pour se fixer à 941 millions de dollars, et ce, après six trimestres consécutifs de croissance. La baisse dans cette composante était le résultat d'une diminution des dépenses en construction d'établissements d'enseignement.

0 Réponse à “Investissement en construction de bâtiments non résidentiels, premier trimestre de 2015”

Laisser un commentaire