Vendre ou ne pas vendre? Selon un sondage de la Banque CIBC, de nombreux Canadiens sont confrontés à un choix difficile

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Source: CIBC

Vendre ou ne pas vendre? Selon un sondage de la Banque CIBC, de nombreux Canadiens sont confrontés à un choix difficile

Bon nombre de propriétaires âgés de 55 ans et plus veulent vendre, tandis que des propriétaires de la génération du millénaire regrettent leur achat

Un nouveau sondage de la Banque CIBC (CM:TSX) (CM:NYSE) indique que, même si deux propriétaires canadiens ayant l'intention de vendre sont enclins à le faire pour empocher un profit, jusqu'à deux tiers (62 %) hésitent à vendre en raison du prix élevé de l'achat d'une autre propriété.

« Dans le contexte actuel, les propriétaires sont confrontés à un dilemme, c'est-à-dire acheter, vendre ou ne pas bouger », a déclaré David Nicholson, vice-président, Service Impérial CIBC. « Acheter ou vendre une maison représente une des plus grandes décisions que vous allez prendre. C'est pourquoi il est important que vous preniez cette décision en tenant compte des bonnes raisons personnelles et financières et que vous parveniez à voir au-delà de l'agitation que connaît le marché. Évaluer les avantages et les inconvénients dans le cadre d'un plan financier global peut vous aider à décider de ce qui vous convient le mieux. »

Principales conclusions du sondage :

  • 41 % des propriétaires canadiens qui planifient vendre affirment qu'ils sont plus portés « à vendre afin d'empocher un profit ».

  • 62 % de ceux qui planifient vendre soutiennent qu'ils « hésitent à vendre » leur propriété actuelle en raison du prix élevé de l'achat d'une autre propriété.

  • 54 % de tous les Canadiens interrogés s'attendent à ce que les prix des habitations continuent d'augmenter, et 40 % pensent qu'ils vont fléchir dans les cinq prochaines années.

  • 73 % des propriétaires vont vendre leur propriété un jour, dont 25 % planifient la vendre dans les cinq prochaines années.

  • Près de la moitié (48 %) des propriétaires qui planifient vendre craignent que les taxes gouvernementales et les changements de politique abaissent les prix des habitations, et 28 % croient que la location constitue une « meilleure option » compte tenu des prix actuels des maisons.

 

Les baby-boomers veulent des propriétés plus petites

Le sondage a aussi révélé que jusqu'à deux tiers (67 %) des baby-boomers (âgés de 55 ans et plus) planifient vendre leurs propriétés et que la principale raison invoquée pour vendre est qu'ils veulent acheter une propriété plus petite, une copropriété, ou déménager dans une maison de soins infirmiers ou de retraite (63 %). Financièrement, les baby-boomers affirment qu'ils sont décidés à vendre afin d'augmenter leur épargne-retraite ou de profiter des prix élevés des habitations, mais qu'ils hésitent à vendre leur propriété actuelle en raison du coût élevé que représente l'achat d'une autre propriété.

« Vous n'êtes jamais aussi bien que chez vous, mais votre propriété représente probablement votre actif financier le plus important, donc il y a beaucoup de facteurs à considérer qui pourraient influencer votre décision de vendre ou de ne pas vendre alors que vous êtes à la retraite ou que vous en approchez », a poursuivi M.  Nicholson. « Il est essentiel de déterminer le revenu dont vous aurez besoin à la retraite pour profiter de la vie comme vous l'entendez et vous prémunir contre les imprévus. »

Pour certains, le rêve de prendre une retraite au bord de l'eau peut être éclipsé par la réalité, soit la nécessité pour eux d'être plus près de leur famille ou de services médicaux, une situation qui engage des dépenses plus élevées dans le marché actuel, a-t-il ajouté.

Les remords de l'acheteur pour les membres de la génération du millénaire en manque de liquidités

Le sondage a aussi permis de constater que plus d'un tiers (39 %) des membres de la génération du millénaire (âgés de 18 à 34 ans) ont fait le saut et sont devenus propriétaires. Le reste d'entre eux (61 %) sont locataires ou vivent avec leurs parents ou d'autres membres de la famille, et jusqu'à 23 % croient qu'ils ne seront jamais propriétaires et ils sont presque aussi nombreux (29 %) à douter qu'ils seront propriétaires un jour.

Parmi les membres de la génération du millénaire possédant une propriété, la vaste majorité d'entre eux (81 %) envisagent de vendre, invoquant les raisons suivantes :

  • 63 % affirment qu'ils manquent de liquidités en raison du montant du prêt hypothécaire et des coûts de logement.
  • 57 % ont peur que l'augmentation des taux d'intérêt affaiblisse leur capacité à assumer leurs versements hypothécaires.
  • 36 % ont l'impression que la location constitue la « meilleure option ».

 

Pourtant, jusqu'à deux propriétaires de la génération du millénaire sur cinq planifiant vendre (43 %) vont acheter une maison plus grande.

« Il est important de choisir la maison et le prêt hypothécaire que vous êtes en mesure de payer pour que vous puissiez gérer vos liquidités et ne pas regretter votre achat », a indiqué M. Nicholson. « Une maison peut représenter tant de choses - un nouveau départ, l'autonomie, l'établissement de racines, la fondation d'une famille ou la constitution d'un patrimoine. Il est cependant essentiel d'évaluer les avantages et les inconvénients et de faire des calculs afin qu'il s'agisse de la bonne décision pour aujourd'hui et demain. »

Conseils pour vendre votre maison :

  1. N'essayez pas d'anticiper sur les mouvements des marchés.
  2. Estimez les dépenses que représente la vente de votre propriété.
  3. Faites une estimation des coûts associés a la vente de votre maison, comme les honoraires immobiliers et les frais juridiques.
  4. Tentez de vendre au prix le plus fort en effectuant les réparations nécessaires et en veillant à ce que l'espace ne soit pas encombré.
  5. Parlez à un expert en services financiers et ayez un plan pour investir les profits de la vente.

0 Réponse à “Vendre ou ne pas vendre? Selon un sondage de la Banque CIBC, de nombreux Canadiens sont confrontés à un choix difficile”

Laisser un commentaire