Proprio en solo? Pourquoi pas! Au Québec plus d'une sur quatre envisage de le faire seule

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Source: Banque TD

Proprio en solo? Pourquoi pas! Au Québec plus d'une sur quatre envisage de le faire seule

Selon un nouveau sondage de la TD, le quart (26 %) des Québécois qui achètent une maison ou envisagent d'acheter une maison le feront seuls. En grande partie, cette tendance est attribuable à des circonstances imprévues, puisque les acheteurs canadiens qui sont divorcés (69 %) ou veufs (35 %) affirment être plus susceptibles d'acheter une propriété seuls, ainsi qu'à un nombre croissant de Canadiens célibataires qui pensent entreprendre les démarches seuls (67 %).

« L'achat d'une propriété peut être intimidant pour les personnes qui souhaitent le faire en solo, mais il peut en être autrement, dit Jean-François Laurin, Directeur régional, Est du Canada, Spécialiste hypothécaire mobile,  TD Canada Trust. Qu'acheter seul résulte d'un imprévu ou d'un choix, il existe des façons d'y parvenir. Demander les conseils d'un spécialiste hypothécaire et se doter d'un plan solide, qui touche notamment à la façon dont on pourra se permettre d'être propriétaire à long terme, est la meilleure approche pour se sentir en confiance quand on cherche une propriété, un prêt hypothécaire, une assurance ou même, un nouveau divan. »

Parmi les Québécois qui ont l'intention d'acheter en solo (1 sur 4), 90 % disent qu'ils sont convaincus de pouvoir se permettre sans problème les coûts d'occupation et d'entretien d'une propriété. Ce n'est pas surprenant puisque les Québécois qui prévoient acheter une propriété seuls ont déjà bien réfléchi aux coûts connexes. En effet, 7 Québécois célibataires sur 10 disent avoir pris en compte les taxes foncières (70 %), l'assurance habitation (76 %) et l'entretien (66 %) avant d'acheter une propriété, et plus de la moitié (52 %) ont pris en considération le coût des services publics. À peine 9 % n'ont pas songé aux coûts associés à la propriété avant de commencer le processus d'achat.

« Que vous achetiez seul ou en couple, le marché est difficile dans tout le pays et vous pourriez ne pas obtenir tout ce que vous voulez, rappelle M. Laurin. Donc, consultez un professionnel des prêts hypothécaires pour trouver des façons de rendre le processus plus abordable et accessible et, en fin de compte, atteindre votre objectif de devenir propriétaire. »

Pour aider à faire du rêve d'achat en solo une réalité, la TD offre des solutions créatives qui peuvent permettre à un acheteur seul d'effectuer l'un des plus gros achats de sa vie.

  • Acheter en solo ne veut pas forcément dire habiter seul : Parmi les Québécois célibataires qui ont acheté une maison seuls ou prévoient le faire, près du quart (23 %) ont dit qu'ils ont envisagé ou envisageraient de trouver un locataire pour rendre l'achat plus abordable, alors que seulement 15 % d'entre eux ont dit qu'ils ont envisagé ou envisageraient d'avoir un colocataire. Avoir un revenu de location peut aider à rembourser plus rapidement le capital d'un prêt hypothécaire. Par contre, assurez-vous de pouvoir obtenir votre prêt hypothécaire même sans ce revenu - vous aurez ainsi des options si jamais la location ou la colocation ne vous convient plus.

  • Pensez plus loin que le bout de votre cour : Avant de prendre tout engagement, faites vos recherches et demandez l'avis d'un professionnel des services financiers pour savoir ce que vous pouvez vous permettre. Par exemple, vous pouvez utiliser le Calculateur d'admissibilité - Prêt hypothécaire en ligne pour vérifier quel budget convient le mieux à votre situation. N'oubliez pas : vous n'aurez pas seulement à couvrir les versements hypothécaires, mais aussi d'autres coûts, comme les taxes foncières, l'assurance et l'entretien, qui s'additionnent vite. Vos versements hypothécaires doivent être assez bas pour que vous puissiez payer toutes vos dépenses mensuelles, atteindre vos objectifs d'épargne et garder tout de même une marge de manœuvre. Il est aussi important de mettre de côté une petite caisse ou des fonds d'urgence pour parer aux imprévus ou payer l'entretien de la propriété.

  • Protégez votre investissement : En tant que nouveau propriétaire ou locateur, il est important de protéger un investissement si important. Faites des recherches pour savoir quelle protection d'assurance correspond le mieux à vos besoins et peut vous apporter la tranquillité d'esprit. Par exemple, les gens pensent souvent à se doter d'une protection pour remplacement des biens en cas de feu, mais selon l'endroit où vous habitez, une protection en cas de refoulement d'égout ou de dommages causés par une digue de glace pourrait s'avérer judicieuse. Même les quartiers plus récents peuvent être touchés par des problèmes de refoulement d'eau dans le sous-sol si le nivellement et le drainage ne sont pas bien effectués. Enfin, n'oubliez pas d'informer votre assureur si vous louez une partie de votre propriété, faites des rénovations ou apportez tout autre changement qui aura des répercussions sur votre protection.

  • Demandez à quelqu'un de vous accompagner : Si vous êtes seul, il est important de vous doter d'un réseau de soutien, comme un ami ou un membre de votre famille en qui vous avez confiance. Cette personne pourra vous accompagner pendant le processus d'achat d'une propriété. Elle vous aidera à respecter votre plan d'achat et pourra apporter un point de vue objectif quand vous visiterez des propriétés, négocierez l'achat ou conclurez une entente, de même que quand vous vous installerez dans votre nouvelle propriété.

 

« Par expérience, je sais qu'être créatif et réaliste dans ses démarches pour acheter une propriété peut permettre de devenir plus rapidement propriétaire, explique M. Laurin. Si vous pensez à prendre la grande décision, parlez à un spécialiste hypothécaire de vos besoins et dressez un solide plan d'achat avant même de faire votre première visite. »

0 Réponse à “Proprio en solo? Pourquoi pas! Au Québec plus d'une sur quatre envisage de le faire seule”

Laisser un commentaire