Tendance des mises en chantier d'habitations stable au Canada en mars

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Tendance des mises en chantier d'habitations stable au Canada en mars

La tendance des mises en chantier d'habitations se chiffrait à 226 842 en mars 2018, comparativement à 225 804 le mois précédent, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé (DDA) de mises en chantier d'habitations.

« En mars, la tendance nationale des mises en chantier d'habitations est restée stable pour le cinquième mois de suite, car les tendances divergentes observées dans les segments des logements collectifs et des maisons individuelles continuent de s'annuler, a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. Durant cette période, la tendance des mises en chantier a évolué à la hausse sur le marché des logements collectifs de la plupart des grands centres urbains, tandis qu'elle a été à la baisse du côté des maisons individuelles. »

Faits saillants du mois de mars

Vancouver
Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Vancouver, un premier trimestre vigoureux a été couronné par une hausse des mises en chantier au mois de mars. Les mises en chantier de logements collectifs en copropriété et de logements locatifs ont mené à cette hausse, et l'activité du premier trimestre a été concentrée dans les quartiers centraux de la RMR, soit la ville de Vancouver, Richmond et North Vancouver. La demande sur le marché du neuf continue d'être soutenue par une forte migration, la formation de ménages et la croissance de l'emploi dans la région.

Victoria
Dans la région métropolitaine de Victoria, les mises en chantier d'habitations suivent des directions opposées du côté des maisons individuelles et des appartements. Dans l'ensemble, la tendance globale des mises en chantier est à la baisse, après avoir culminé à la fin de 2017. Les mises en chantier d'appartements dépassaient de 77 % leur cumul annuel de mars 2017, tandis que sur la même période, les maisons individuelles ont reculé de 32 %. Les stocks de maisons individuelles s'accumulent, mais sont encore sous leur moyenne.

Edmonton
Dans la RMR d'Edmonton, la tendance des mises en chantier demeurait à la baisse en mars, en raison notamment d'un recul de la tendance de la construction de logements collectifs, dont les stocks sont toujours élevés. Cette faiblesse a contribué à la diminution en mars du nombre réel de mises en chantier d'habitations, en baisse de 44 % par rapport à mars 2017.

Toronto
Dans la RMR de Toronto, grâce au segment des appartements en copropriété, le nombre total de mises en chantier affichait une tendance à la hausse en mars et a atteint son plus haut niveau en sept mois. Les prix relativement abordables des appartements en copropriété ont continué d'attirer les acheteurs préoccupés par les prix vers les logements vendus sur plan, particulièrement dans la ville de Toronto, ce qui a fait augmenter le nombre de mises en chantier pour ce type de logement. Les prix élevés des maisons et le resserrement des conditions d'emprunt ont pesé sur la demande de maisons individuelles et de jumelés, qui ont ainsi vu leur nombre de mises en chantier suivre une tendance à la baisse.

St. Catharines-Niagara
En mars, 165 logements ont été mis en chantier dans la RMR de St. Catharines-Niagara, du jamais vu depuis 1992 pour ce mois de l'année. La tendance à la construction de logements de forte densité, relativement plus abordables, s'est poursuivie : les logements collectifs représentaient 73 % de toutes les unités mises en chantier, comparativement à 41 % en mars 2017. Des conditions d'emploi moins favorables et la hausse des prix des logements ont continué à favoriser la demande vers les logements plus abordables, qui alimente les mises en chantier de logements collectifs.

Brantford
La tendance des mises en chantier a été à la hausse à Brantford, en raison des mises en chantier de maisons individuelles, lesquelles étaient déjà élevées en janvier et février. L'accélération des mises en chantier en mars a permis à Brantford de connaître son meilleur premier trimestre en plus de 10 ans. Les acheteurs de la région du Grand Toronto et de Hamilton à la recherche d'options de logement plus abordables ont été l'un des principaux moteurs de cette hausse de la demande de maisons individuelles neuves à Brantford.

Province de Québec
Le bilan des mises en chantier pour l'ensemble des centres urbains du Québec est demeuré stable au premier trimestre, et ce, tant du côté des maisons individuelles que du côté des logements collectifs. Par ailleurs, on observe que dans le segment des appartements, les mises en chantier étaient en baisse dans toutes les régions métropolitaines de recensement (RMR) sauf dans celle de Québec, où une hausse a été enregistrée au premier trimestre. La hausse dans ce segment pour la RMR de Québec a compensé les baisses dans les autres régions de la province.

Halifax
À Halifax, le marché des logements individuels poursuit son expansion au premier trimestre, soit 42 % de plus qu'à pareille période l'an dernier. Le nombre d'inscriptions courantes étant toujours bas sur le marché de la revente, les ménages envisagent donc de plus en plus l'achat d'un logement neuf, et ce, malgré l'écart observé dans les prix. Par contre, du côté des logements collectifs, un segment habituellement actif, la construction a ralenti de 37 % d'une année sur l'autre au premier trimestre.

Étant donné la grande variabilité des chiffres estimatifs mensuels, la SCHL tient compte de la tendance, en plus du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, pour obtenir un portrait plus complet de l'état du marché de l'habitation canadien. Dans certaines situations, il pourrait être trompeur de n'analyser que les DDA, car les mises en chantier d'habitations sont alimentées surtout par le segment des logements collectifs, où l'activité peut varier beaucoup d'un mois à l'autre.

Au Canada, toutes régions confondues, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations est descendu de 231 026 en février à 225 213 en mars. Dans les centres urbains, ce nombre a diminué de 2,8 % en mars, pour se chiffrer à 208 237. Il a baissé de 7,3 % dans la catégorie des logements collectifs, mais augmenté de 9,5 % dans celle des maisons individuelles, pour s'établir respectivement à 144 578 et à 63 659.

Dans les régions rurales, le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier d'habitations est estimé à 16 976.

0 Réponse à “Tendance des mises en chantier d'habitations stable au Canada en mars”

Laisser un commentaire