Marché locatif au Québec : Le desserrement se poursuit

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier

Source: SCHL

Marché locatif au Québec : Le desserrement se poursuit

Selon les résultats de l'Enquête sur les logements locatifs, menée en octobre 2006 par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), le taux d'inoccupation moyen des immeubles d'initiative privée comprenant trois logements et plus s'établissait à 2,5 % dans les centres urbains du Québec comparativement à 2,0 %, l'an dernier, et à 1,7 %, lors de l'enquête de 2004. Cette poursuite du desserrement découle à la fois d'une demande plus faible de logements locatifs et d'une offre accrue.

"Plusieurs facteurs ont eu un impact négatif sur la demande de logements locatifs, notamment la perte d'emplois pour les jeunes et d'emplois dans le secteur manufacturier ainsi que le départ accru de travailleurs québécois vers l'ouest du pays. De plus, des conditions d'achat toujours favorables (disponibilité plus grande, croissance des prix plus faible, taux hypothécaires toujours bas, revenu disponible en hausse) ont vraisemblablement détourné certains ménages du marché locatif en 2006," commenta Kevin Hughes, économiste principal de la SCHL au Québec.

"Pour sa part, l'offre était encore en croissance. Bien que les mises en chantier aient diminué comparativement à l'an dernier, plusieurs milliers d'unités se sont ajoutées au parc locatif. Précisons cependant que les résidences pour aînés composent une partie importante de cet ajout," ajouta l'économiste Hughes.

La hausse du taux provincial est attribuable à celle observée pour l'ensemble des centres de 100 000 habitants et plus (2,5 % contre 1,9 %, en 2005), et ce, en raison de l'importance de leurs parcs locatifs. Mais alors qu'un desserrement était observé dans les régions de Montréal (2,7 % contre 2,0 %, en 2005) et de Gatineau (4,2 % contre 3,1 %, en 2005), les autres régions de cette catégorie ont enregistré peu de changements.

Quant aux autres agglomérations urbaines, l'enquête révèle une stabilité (2,3 %) pour l'ensemble des centres de 50 000 à 99 999 habitants et une baisse dans le cas des centres de 10 000 à 49 999 habitants (2,3 % contre 2,7 %, en 2005). Même si, globalement, la construction de logements locatifs y était en hausse, on comptait une proportion importante de résidences pour aînés qui n'ont pas été incluses dans l'enquête.

Améliorations : Appartements en copropriété en 2006 et nouvelle ELL au printemps

Cette année, la SCHL a élargi le champ d'observation de l'Enquête sur les logements locatifs pour y inclure les appartements en copropriété offerts en location dans les centres suivants : Vancouver, Calgary, Edmonton, Toronto, Ottawa, Montréal et Québec. En 2006, les taux d'inoccupation des appartements en copropriété offerts en location étaient inférieurs à 1 % dans cinq de ces sept centres. Les plus bas ont été enregistrés à Vancouver et Toronto (0,4 %), et les plus hauts, à Québec (1,2 %) et Montréal (2,8 %). Les résultats de l'Enquête révèlent que, cette année, les taux d'inoccupation des appartements en copropriété offerts en location étaient inférieurs à ceux des logements du marché locatif traditionnel et ce, dans tous les centres à l'étude sauf Montréal et Calgary. C'est à Toronto, Vancouver et Calgary que les appartements en copropriété de deux chambres se louaient le plus cher en moyenne (soit respectivement 1 487, 1 273 et 1 257 $ par mois). En 2006, dans tous les centres visés par l'enquête élargie, les loyers mensuels moyens des appartements de deux chambres étaient plus élevés dans le cas des copropriétés que dans celui des logements locatifs traditionnels d'initiative privée.

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) est l'organisme national responsable de l'habitation au Canada, et ce, depuis plus de 60 ans. Elle contribue à améliorer les conditions de vie et le bien-être des Canadiens par l'entremise de quatre secteurs d'activité : le financement de l'habitation, l'aide au logement, la recherche et la diffusion de l'information, et la promotion des exportations. La SCHL veille à ce que les Canadiens aient accès à un large éventail de logements de qualité, à coût abordable, et elle favorise la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site http://www.schl.ca/ ou composer le 1-800-668-2642.

(*) L'Enquête sur les logements locatifs, réalisée en octobre par la SCHL, vise les immeubles locatifs d'initiative privée comptant au moins trois logements en rangée ou appartements. Cette année, sa portée a été élargie pour que des informations soient recueillies sur les appartements en copropriété offerts en location.

0 Réponse à “Marché locatif au Québec : Le desserrement se poursuit”

Laisser un commentaire