La nouvelle année verra un ralentissement de la croissance économique mondiale

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier,

Source: Banque Scotia

La nouvelle année verra un ralentissement de la croissance économique mondiale

Les ajustements en cours pour pallier les effets macroéconomiques de l'excès de crédit seront la tendance en 2008, selon le dernier rapport International Views de l'équipe de recherche sur l'économie mondiale du Groupe Banque Scotia.

"La nouvelle année verra un ralentissement de la croissance économique mondiale, car l'onde de choc de la crise des prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis se répercute sur les marchés financiers", a déclaré Pablo Bréard, vice-président et directeur, Recherche internationale, Banque Scotia. "L'élan énergique auquel on assiste dans les économies des marchés émergents clés tels que la Chine, l'Inde et la Russie contrebalancera en partie le ralentissement de croissance des pays du G7, contribuant à corriger des déséquilibres mondiaux de longue date. Le prochain resserrement du crédit à l'échelle mondiale pourrait aussi déclencher un processus sain, bien que volatil, de révision des prix du risque, à la fois sur les marchés de premier ordre et sur les marchés lucratifs".

Amérique latine : Une meilleure gouvernance, le développement des secteurs financiers locaux et une croissance cyclique renforcent la résistance de l'Amérique latine au choc économique et financier provenant des Etats-Unis

En Amérique latine, la soutenabilité accrue de la dette, des réserves internationales appréciables et le développement continu des secteurs financiers offrent une protection contre les ondes de choc de la crise des prêts hypothécaires à risque amenée par les Etats-Unis. Une forte demande intérieure renforce également un sens de la résistance à des chocs économiques issus des Etats-Unis. Le Mexique sera soutenu par l'amélioration d'éléments fondamentaux - en ce qui a trait à un leadership fort, à l'approfondissement des réformes fiscales et au développement du marché local du crédit -, de même que par la hausse de l'investissement direct étranger et les prix élevés du pétrole.

L'influence des marchés émergents sur la durée du cycle économique mondial s'accroît. Certains pays en développement des Amériques jouent un rôle en influençant le changement institutionnel et le développement économique dans la région. Le Brésil est désormais une force importante de l'hémisphère, jouissant d'une réputation internationale dans le domaine de la fabrication et sur le plan diplomatique. Le Mexique continue de renforcer son intégration sur une large assise dans une zone économique nord-américaine élargie. Le Chili est devenu un modèle institutionnel fort dans la région et une porte d'entrée commerciale fiable vers la région Asie du Sud / Pacifique. L'Argentine, destination touristique de plus en plus prisée, mettra probablement fin à son isolement des marchés financiers mondiaux dès que sa nouvelle administration entrera en fonction. L'influence du Venezuela dans les pays du centre de l'Amérique latine s'amenuise.

Europe : Elle est confrontée au double défi de l'appréciation de sa devise et du ralentissement économique alors que le cycle de resserrement monétaire atteint sont apogée

L'arrivée d'un leadership fort dans des pays importants comme l'Allemagne et la France laisse présager une unité régionale plus solide dans l'élaboration de la politique économique et de la politique étrangère. La sécurité de l'approvisionnement énergétique restera une question névralgique en raison du fait que la Russie intensifie son contrôle sur le secteur de l'énergie. La France jouera sans doute un rôle plus actif et peut-être plus conflictuel dans les affaires mondiales sous le leadership de Nicolas Sarkozy. L'expansion de la zone Euro se poursuivra avec l'entrée de Chypre et de Malte en 2008. Le conflit de la Turquie au nord de l'Iraq pourrait élever le risque politique mais ne devrait pas entraver la mise en oeuvre des réformes structurelles. Parmi les principales économies européennes en développement, la Russie - le plus grand producteur mondial de pétrole et de gaz naturel -, continuera de tirer profit de la vigueur récente du prix de l'énergie, maintenant une croissance similaire aux pays d'Asie orientale.

Asie : L'Asie en émergence continuera de donner le ton en 2008

Menée par la Chine, l'Asie émergente continuera de donner le ton au cours de l'année 2008, malgré l'évidence d'un ralentissement modéré. En général, la transition d'une croissance axée sur les exportations à une croissance domestique se fait graduellement. Les larges surplus commerciaux dans la majeure partie de la région ont contribué à limiter l'effet perturbateur des prix élevés du pétrole. La Chine renforcera son leadership économique dans la région malgré sa vulnérabilité à la correction financière du marché. Les Jeux olympiques, prévus en août 2008, mettront en évidence l'influence de ce pays dans le monde; toutefois, l'Inde et le Japon demeurent des forces régionales clés contribuant à stimuler une zone économique panasiatique mieux intégrée. Le développement du secteur financier et du marché des valeurs chinois se poursuivra, bien que la crainte de voir des bulles d'actif puisse survenir, entraînées par des ajustements de prix des actifs dans les pays développés. Ensemble, les réserves asiatiques de devises totalisent environ 4 billions de dollars américains, ce qui donne à la région une énorme influence sur les marchés mondiaux des devises et des valeurs. Les incertitudes liées aux élections en Inde et au Japon, les luttes de pouvoir en Thailande et au Pakistan ainsi que l'aggravation des conditions de sécurité en Afghanistan pourraient modifier sensiblement le profil de risque régional au cours de 2008.

International Views est un rapport périodique, publié quatre fois par an par l'équipe de recherche sur l'économie mondiale du Groupe Banque Scotia. Offrant des perspectives uniques sur les contextes économiques et politiques de quelque 34 pays, représentant 90 % du PIB mondial, International Views est l'un des nombreux rapports de recherche à l'échelle mondiale préparés par l'équipe Recherche internationale du Groupe Banque Scotia. La version intégrale du rapport peut être consultée en ligne à www.scotiabank.com.

L'équipe de recherche sur l'économie mondiale du Groupe Banque Scotia offre à ses clients des études sur les facteurs qui façonnent l'économie mondiale, incluant les développements macroéconomiques, les tendances des devises et des marchés financiers ainsi que les enjeux monétaires, fiscaux et de politique publique.

0 Réponse à “La nouvelle année verra un ralentissement de la croissance économique mondiale”

Laisser un commentaire