Les mois gratuits ne sont pas la solution

Article verrouillé Publié le par Me Martin A. Messier

Sujet(s): Juridique,

Les mois gratuits ne sont pas la solution
Eh oui, qui aurait cru qu’on discuterait d’un tel sujet en 2006! Le taux d’inoccupation grimpe lentement mais sûrement dans les différentes régions du Québec. Vous l’avez constaté, la liste d’attente dans la location de vos logements s’est rétrécie considérablement et certains propriétaires doivent recevoir beaucoup d’appels suite aux annonces inscrites dans les journaux, pour réussir à dénicher un candidat pour le loyer offert.

Si vous vérifiez les annonces classées dans les journaux, vous constaterez rapidement que les mois gratuits sont revenus, malheureusement.

Nous croyons qu’il faut résister autant que faire se peut, à cette tendance. En effet, donner des mois gratuits aux locataires, pour les attirer et les intéresser à signer vos baux est certe une solution efficace. Toutefois, vous risquez d’affecter vos revenus puisque le locataire a rapidement le réflexe de vouloir conserver cette diminution après la première année, dans votre logement, ou dans un autre.

Il ne faut pas oublier les difficultés légales reliées à cette façon de faire. A moins de faire preuve de prudence, vous risquez de devoir offrir cette gratuité, non seulement pour le premier bail, mais aussi pour les renouvellements de ce dernier. En effet, dans certaines circonstances, lorsque vous donnez un mois gratuit, le locataire pourrait vouloir l’obtenir au renouvellement du bail et si vous devez vous retrouver devant la Régie du logement, vous pourriez apprendre que le loyer réel du locataire sera la moyenne de ses onze mois de loyer sur une période de …douze mois.

Il vous faut user d’originalité et il est souvent préférable d’investir dans le logement. Dans certains cas, les solutions qui consistent rafraîchir le logement, nouvelle peinture, tapis, rajeunir la salle de bain seront toutes aussi efficaces et vous permettront d’investir dans votre logement au lieu de donner un rabais à votre locataire. D’autres vont offrir des rabais, des électroménagers, qui même s’ils ne profitent pas à votre immeuble, éviteront d’affecter le montant que le locataire paie pour le loyer, à condition, naturellement, que la clause soit bien rédigée.

Il faut être attentif à votre candidat locataire et écouter ses besoins, ses préférences, pour pouvoir poser des gestes qui favoriseront une transaction, évidemment, si vous l’acceptez après avoir vérifié son crédit et son comportement avec ses anciens propriétaires.

Par contre, au-delà de toutes ces stratégies de commercialisation, il faut conserver notre vigilance et bien choisir les futurs locataires. Avec un taux d’inoccupation qui devrait continuer de grimper en 2006, il faut éviter la panique en louant à n’importe qui. Le vieux dicton qui dit qu’il vaut mieux garder un logement vide que de le louer à un mauvais locataire, est toujours d’actualité.

Je tiens à vous rappeler notre nouveau logiciel pour les membres, un logiciel tout à fait intelligent, sans frais d’installation, et qui peut vous permettre d’obtenir instantanément une fiche de crédit, compléter votre offre de location, la faire signer, et si tout va bien pour vous, signer le bail avec votre nouveau locataire. Nous sommes fiers de cette nouvelle technologie qui a exigé des efforts importants, pour un outil tout à faire génial, comme vous pourrez le constater à son utilisation.

Naturellement, notre service juridique gratuit pour les membres vous permet toujours de contacter un avocat qui pourra vous indiquer la marche à suivre dans la rédaction de clauses, en fonction de votre propre situation, et qui pourront vous aider de façon efficace à l’attribution d’avantages liés à la commercialisation de votre logement.

N’hésitez pas à vous en servir.

0 Réponse à “Les mois gratuits ne sont pas la solution”

Laisser un commentaire