Mérule pleureuse : le rapport du comité interministériel est déposé

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Divers

Depuis le printemps de nombreux cas de Mérule pleureuse ont été déclarés.
Rappelons qu'en février 2016, le député de Rimouski, Harold Lebel, a déposé une pétition "Création d'un programme d’aide aux sinistrés de résidences affectées par la moisissure ou les champignons et révision des programmes d’accès à la justice" à l'Assemblée nationale réclamant un programme de soutien financier aux propriétaires touchés.

Le 8 février 2018, la ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Mme Lise Thériault, a déposé, à l'Assemblée nationale, le rapport du comité interministériel sur la mérule pleureuse. Ce comité avait principalement pour mandat de documenter la situation des bâtiments contaminés par ce champignon et de formuler des recommandations au gouvernement du Québec.

Selon le communiqué émis par la Société d'Habitation du Québec (SHQ), les cinq recommandations du rapport sont :
- Informer adéquatement la population afin qu'elle soit en mesure de prévenir la contamination ou de prendre des décisions éclairées en cas de contamination;
- Mettre en place des méthodes reconnues pour identifier la mérule et formuler des directives pour encadrer les travaux de décontamination et d'élimination des matériaux;
- Former les professionnels du bâtiment pour qu'ils puissent identifier la mérule et proposer les travaux de décontamination et de réhabilitation appropriés;
- Étudier les effets psychosociaux chez les personnes aux prises avec un cas de contamination;
- Suivre la situation sur la présence de la mérule au Québec et poursuivre l'acquisition des connaissances.


Mais qu'est-ce que la Mérule pleureuse?

La mérule pleureuse est un champignon qui se nourrit du bois humide et entraîne sa détérioration. Elle peut causer des dommages importants aux structures en bois des bâtiments et contaminer la maçonnerie si les conditions sont favorables à son développement.

La mérule pleureuse est un champignon sans pied visible à l’œil nu. Au début de sa croissance, elle ressemble à un voile blanc ou gris comme du coton et elle peut être confondue avec d’autres champignons. Au cours de son développement, elle peut prendre la forme d’une crêpe de couleur grisâtre, brun fauve ou ocre rougeâtre avec un contour blanc.

Conditions de développement
La mérule pleureuse peut se développer lorsque la présence d’eau dans les matériaux de bois (ex. : une poutre dans le vide sanitaire) est élevée. Ce taux d’humidité peut être causé, notamment par :
- une présence d’eau stagnante;
- une infiltration d’eau chronique par le toit, par une fenêtre ou par la fondation;
- un dégât d’eau non corrigé rapidement;
- un vide sanitaire humide, sombre et mal ventilé.

Mesures de prévention
Pour prévenir le développement de la mérule pleureuse, il faut procéder régulièrement à l’inspection du bâtiment, particulièrement du vide sanitaire, et s’assurer qu’il est à l’abri des conditions favorables à son développement. Il faut, notamment :
- s’assurer que le bâtiment soit bien ventilé;
- faire en sorte que les structures de bois ne soient pas en contact avec la terre ou le sol;
- réparer les sources d’infiltrations d'eau;
- porter une attention particulière aux endroits où le taux d'humidité peut être élevé;
- respecter les bonnes pratiques de rénovation et de construction;
- faire appel à des professionnels du bâtiment membres d’un ordre professionnel;
- avoir recours à un entrepreneur titulaire d’une licence pour effectuer des travaux de rénovation.

Mesures correctives
S’il y a présence de champignons, il faut tout d’abord déterminer la cause du problème en recourant à un spécialiste du bâtiment tel qu’un architecte, un ingénieur, un technologue, un inspecteur en bâtiment ou un entrepreneur.

Par la suite, il est nécessaire de vérifier s’il s’agit bien de mérule pleureuse et de déterminer l’étendue de la contamination, les méthodes de décontamination et les coûts associés. Ce diagnostic peut être effectué par un expert ou un entrepreneur spécialisé qui offre des services de décontamination.

Il est recommandé de faire appel à un expert ou une entreprise spécialisée qui :
- est membre d’un ordre, d’une association ou d’une corporation professionnelle;
- possède une assurance responsabilité civile ou une assurance professionnelle pour erreurs ou omissions;
- possède de l’expérience ou une formation spécialisée dans la résolution de problèmes de qualité de l’air intérieur ou d’insalubrité (ex. : amiante, radon, moisissures);
- possède, dans le cas d’un entrepreneur, une licence valide délivrée par la Régie du bâtiment du Québec;
- a donné suite rapidement aux plaintes ou aux litiges dont il aurait pu faire l’objet.

Dans certains cas, les citoyens peuvent entreprendre des poursuites judiciaires pour vices cachés.

Effets sur la santé
Selon une étude de l'Institut national de santé publique du Québec, la mérule pleureuse n’est pas considérée comme un champignon qui peut causer des maladies ou des infections ou qui peut avoir des effets nuisibles sur la santé. Par contre, les conditions favorables à son développement peuvent favoriser la croissance d’autres organismes, comme les moisissures, qui peuvent causer des problèmes de santé.


L'APQ suivra l'évolution du dépôt du rapport afin de vous informer et vous en faire bénéficier si malheureusement vous en êtes victime.


Source : Société d'habitation du Québec

0 Réponse à “Mérule pleureuse : le rapport du comité interministériel est déposé”

Laisser un commentaire