Tendance des mises en chantier d’habitations stable au Canada en janvier

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Tendance des mises en chantier d’habitations stable au Canada en janvier

La tendance des mises en chantier d’habitations se chiffrait à 224 865 en janvier 2018, comparativement à 226 346 en décembre 2017, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé (DDA) de mises en chantier d’habitations.

« La tendance nationale des mises en chantier d’habitations est restée stable en janvier, pour le troisième mois de suite, et s’est ainsi maintenue près du sommet inégalé en dix ans atteint en décembre, a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. Cette situation s’explique par l’augmentation des logements collectifs commencés dans les centres urbains au cours des derniers mois, qui a compensé la baisse des mises en chantier de maisons individuelles. »

Faits saillants du mois janvier

Vancouver

Les mises en chantier d’habitations, toutes catégories confondues, affichaient une tendance à la hausse en janvier 2018 dans la RMR de Vancouver; leur niveau était presque deux fois supérieur à celui observé en janvier 2017. Les constructeurs ont commencé 2 599 logements dans la région durant ce mois, contre 1 334 un an plus tôt. L’activité était particulièrement vigoureuse dans le secteur North Shore en janvier, où les constructeurs ont commencé à bâtir un certain nombre de copropriétés et de logements collectifs destinés à la location.

Kelowna

Dans la RMR de Kelowna, les mises en chantier d’habitations ont augmenté en janvier 2018 pour se chiffrer à 87, alors qu’elles étaient à 51 en janvier 2017. Leur augmentation a été soutenue par les unités locatives, ce qui s’inscrit dans la tendance observée tout au long de 2017. La forte croissance démographique et la robustesse du marché du travail continuent de stimuler la construction résidentielle, surtout dans le segment des logements collectifs.

Edmonton

Les mises en chantier d’habitations sont à la baisse dans la RMR d’Edmonton depuis qu’elles ont atteint un sommet en juillet 2017. De décembre à janvier, le nombre désaisonnalisé de mises en chantier a augmenté de 2 % dans le segment des maisons individuelles et de 38 % dans celui des logements collectifs. Une bonne partie de la hausse d’activité observée du côté des logements collectifs est attribuable aux appartements, catégorie dans laquelle le niveau des stocks demeure élevé.

Lethbridge

Le total des mises en chantier d’habitations enregistré en janvier 2018 à Lethbridge a augmenté par rapport à celui de janvier 2017. Des gains ont été réalisés tant dans le segment des maisons individuelles que dans celui des logements collectifs. Malgré cette hausse, la tendance et le nombre désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier ont diminué en janvier par rapport au mois précédent. Le recul de l’emploi observé dans la région tout au long de 2017 a entraîné une baisse de la demande de logements et a influé sur le rythme de la construction résidentielle.

Guelph

En janvier 2018, le nombre de mises en chantier d’appartements a atteint son niveau le plus élevé depuis 1991 pour ce mois de l’année. La proportion des mises en chantier de maisons individuelles et de maisons en rangée diminue d’une année sur l’autre depuis 2012, car les constructeurs bâtissent plus d’appartements. La vigueur de la construction d’appartements dans les dernières années tient en partie à la hausse du coût de la possession d’une habitation, à l’augmentation du nombre de jeunes professionnels qui viennent s’installer dans la région et au dynamisme de l’emploi.  

Toronto

Pour un deuxième mois de suite, la tendance des mises en chantier d’habitations était légèrement à la baisse dans la RMR de Toronto. L’intensification de l’activité dans la catégorie des appartements a compensé en partie la baisse des mises en chantier de maisons individuelles. L’offre accrue de logements existants a entraîné une diminution de la demande de maisons individuelles neuves. Quant aux copropriétés neuves, elles restent très prisées, car les acheteurs se ruent sur les logements de prix relativement abordable et les investisseurs souhaitent tirer parti des faibles taux d’inoccupation et de la hausse des loyers.

Barrie

La tendance des mises en chantier d’habitations était à la hausse en janvier dans la région de Barrie, en raison surtout d’une augmentation subite de la construction de maisons en rangée tant dans la ville d’Innisfil que dans celle de Barrie. La rareté des terrains dans les secteurs populaires et les préoccupations quant à l’abordabilité ont encouragé la production de maisons en rangée, qui a atteint en 2017 un niveau inégalé depuis 1999. La vigueur du marché du travail et la croissance démographique continueront de soutenir la demande de logements neufs en 2018.

Kingston

La tendance des mises en chantier d’habitations dans la RMR de Kingston était en légère baisse pour un quatrième mois de suite, après avoir été tirée à la hausse par un nombre élevé de mises en chantier d’appartements locatifs en juin 2017. Ce recul est probablement temporaire, étant donné la forte demande de logements existants et la vigoureuse demande de logements locatifs qui indiquent la nécessité d’accroître l’offre de logements.

Gatineau

En janvier, le nombre de mises en chantier d’habitations a été plutôt élevé en regard des dernières années, et ce, grâce à la construction de nombreuses unités destinées au marché de la copropriété. Le raffermissement de la demande d’habitations et le resserrement du marché de la revente continuent ainsi de soutenir la construction résidentielle dans la région.

Étant donné la grande variabilité des chiffres estimatifs mensuels, la SCHL tient compte de la tendance, en plus du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, pour obtenir un portrait plus complet de l’état du marché de l’habitation canadien. Dans certaines situations, il pourrait être trompeur de n’analyser que les données désaisonnalisées annualisées (DDA), car les mises en chantier d’habitations sont alimentées surtout par le segment des logements collectifs, où l’activité peut varier beaucoup d’un mois à l’autre.

Au Canada, toutes régions confondues, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d’habitations se situait à 216 210 en janvier, soit presque au même niveau qu’en décembre, mois où il s’était établi à 216 275. Dans les centres urbains, ce nombre a légèrement augmenté en janvier, soit de 0,2 %, pour se chiffrer à 198 400. Il est demeuré essentiellement stable dans la catégorie des logements collectifs, pour se situer à 134 685, tandis qu’il a augmenté de 0,6 % du côté des maisons individuelles, où il s’est élevé à 63 715.

Dans les régions rurales, le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier d’habitations est estimé à 17 810.

0 Réponse à “Tendance des mises en chantier d’habitations stable au Canada en janvier”

Laisser un commentaire