Le marché immobilier résidentiel québécois poursuit son élan au deuxième trimestre de 2016

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Le marché immobilier résidentiel québécois poursuit son élan au deuxième trimestre de 2016

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec établies d'après la base de données provinciale Centris®des courtiers immobiliers. Ainsi, 24 605 ventes ont été réalisées au cours du deuxième trimestre de 2016, ce qui représente une hausse de 4 % par rapport au même trimestre l'an dernier et une huitième augmentation consécutive. Il s'agit également du meilleur résultat pour un deuxième trimestre à ce chapitre depuis quatre ans.

Cliquez ici pour consulter les principales statistiques résidentielles de la province de Québec.

Parmi les régions métropolitaines de recensement (RMR) de la province, c'est celle de Gatineau qui a connu la plus forte croissance des ventes (+12 %) pour un deuxième trimestre consécutif. La RMR de Trois-Rivières a pour sa part enregistré une hausse de 5 % et un nouveau record d'activité pour cette période de l'année. Les RMR de Montréal et de Québec ont toutes deux affiché des augmentations de 2 % du nombre de transactions au deuxième trimestre de 2016, tandis que les résultats à ce chapitre ont été légèrement inférieurs en comparaison avec la même période l'an dernier dans les RMR de Sherbrooke (-1 %) et de Saguenay (-2 %).

Ailleurs dans la province, deux agglomérations de la région de Lanaudière, soit Joliette et Saint-Lin-Laurentides, se sont démarquées avec des bonds spectaculaires de leurs ventes de 47 % et de 37 % respectivement. Les résultats à ce chapitre des agglomérations de Saint-Georges (+42 %), de Mont-Tremblant (+33 %) et de Rimouski (+22 %) sont certes dignes de mention eux aussi. À l'inverse, les diminutions de ventes les plus notables ont été observées dans les agglomérations de Baie-Comeau (-19 %), de Thetford Mines (-24 %) et de Sept-Îles (-40 %).

On ne note toujours pas d'accélération de la croissance des prix. Au cours de la période d'avril à juin 2016, le prix médian des maisons unifamiliales au Québec a atteint 237 500 $, soit seulement 1 % de plus qu'un an auparavant. Aucune croissance de prix n'a été enregistrée dans les RMR de Sherbrooke (0 %) et de Saguenay (0 %). En ce qui a trait à la RMR de Québec, les maisons unifamiliales ne se transigeaient que 1 % plus cher qu'au deuxième trimestre de 2015. Les RMR de Montréal (+2 %), de Trois-Rivières (+3 %) et de Gatineau (+3 %) ont quant à elles vu le prix médian de leurs unifamiliales progresser de manière un peu plus convaincante.

« Du côté de l'offre de propriétés à vendre, la tendance à la baisse se confirme », souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ. « Le nombre de propriétés inscrites sur le système provincial Centris® des courtiers immobiliers a diminué de 5 % au deuxième trimestre, enregistrant une seconde baisse consécutive. Qui plus est, cette diminution de l'offre touche maintenant une majorité de régions », ajoute M. Cardinal.

0 Réponse à “Le marché immobilier résidentiel québécois poursuit son élan au deuxième trimestre de 2016”

Laisser un commentaire