Augmentation de 11,1 % du revenu familial médian (avant impôt) entre 1980 et 2005

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Divers

Source: Statistique Canada

Augmentation de 11,1 % du revenu familial médian (avant impôt) entre 1980 et 2005

Les données du recensement diffusées le 1er mai ont montré une augmentation de 11,1 % du revenu familial médian (avant impôt) entre 1980 et 2005. À la suite de l'essor économique important favorisé par l'accroissement de l'emploi, une hausse additionnelle de 2,1 % a été observée entre 2005 et 2006, selon les nouvelles données provenant de l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu. Durant la même période, les transferts gouvernementaux ont aussi augmenté, menant à un accroissement similaire du revenu familial après impôt.

Le revenu médian après impôt des familles était estimé à 58 300 $ en 2006, en hausse de 2,1 %, en termes réels, par rapport à 2005. Il s'agit d'une troisième augmentation annuelle consécutive. En 2006, cette croissance était le résultat d'une progression du revenu du marché et des transferts gouvernementaux.

L'accroissement du revenu après impôt a été partagé par la plupart des types de familles, y compris les familles d'aînés, soit celles dont le soutien économique principal avait 65 ans ou plus, et les familles plus jeunes en âge de travailler. Les familles d'aînés avaient un revenu médian après impôt de 42 400 $, en hausse de 2,9 %, alors que les familles en âge de travailler avaient un revenu médian de 62 000 $, en hausse de 1,8 %.

Le revenu médian après impôt des familles âgées et des familles en âge de travailler a augmenté d'environ 18 %, en termes réels, depuis 1996.

Les personnes seules avaient un revenu médian après impôt de 22 800 $ en 2006, en hausse de 4,6 % par rapport à 2005.

Deux des trois principales composantes du revenu après impôt (le revenu du marché et les transferts gouvernementaux) ont augmenté en 2006, tandis que la médiane des impôts sur le revenu des particuliers est demeurée pratiquement inchangée.

Pour une troisième année consécutive, les familles albertaines ont enregistré le revenu médian le plus élevé après impôt, soit 70 500 $. Elles étaient suivies des familles de l'Ontario et de la Colombie-Britannique.


Note aux lecteurs

Le présent communiqué offre une analyse du revenu des personnes seules et des familles, ainsi que des renseignements sur la situation du faible revenu. L'analyse du revenu est faite séparément pour les familles et les personnes seules et met l'accent sur les comparaisons entre les années 2005 et 2006.

Puisque les familles excluent les personnes seules, le revenu familial ne donne qu'une vue partielle de l'état du revenu et de son évolution. Pour l'analyse des distributions, en particulier pour l'étude des tendances à long terme, les analyses devraient être faites en ajustant le revenu familial selon la taille de la famille. Cela permet de tenir compte de l'augmentation du nombre de personnes vivant seules ainsi que de la diminution à long terme de la taille des familles. De telles analyses ne sont pas comprises dans le présent rapport, mais feront l'objet d'études à venir.

Il est à noter que le présent rapport analyse le revenu familial en fonction des médianes. La médiane est le point où la moitié de toutes les familles ont un revenu supérieur au reste, et l'autre moitié, un revenu inférieur. Toutes les estimations de revenu tiennent compte de l'inflation, étant exprimées en dollars constants de 2006; elles sont donc comparables dans le temps, en termes réels.

Le revenu du marché est la somme des gains d'emploi, du revenu net provenant d'un travail autonome, du revenu de placements (sans les gains en capital) et du revenu de retraite d'un régime privé. Il s'appelle aussi «revenu avant impôt et transferts». Les composantes du revenu du marché ne sont pas analysées séparément. Le revenu après impôt est la somme du revenu du marché et des transferts gouvernementaux, moins l'impôt sur le revenu.

La famille est définie comme un groupe de deux personnes ou plus qui vivent dans le même logement et qui sont liées les unes aux autres par le sang, le mariage, l'union libre ou l'adoption. Une personne seule est une personne qui vit seule ou avec d'autres personnes qui n'ont pas de lien de parenté avec elle, comme un colocataire ou un pensionnaire.

Le taux de faible revenu de Statistique Canada mesure le pourcentage de personnes seules et de familles qui se trouvent en deçà du seuil de faible revenu (SFR). Le SFR est le revenu après impôt en deçà duquel la plupart des Canadiens consacrent au moins 20 points de pourcentage de plus que la moyenne à l'alimentation, l'habitation et l'habillement.

Ce rapport est fondé sur les données de l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu. L'enquête vise les personnes vivant dans des ménages privés dans les 10 provinces à l'exception des personnes vivant dans des réserves indiennes et dans des casernes militaires.

Pour obtenir plus de renseignements, consultez le document À propos de la pauvreté et du faible revenu (13F0027XIF, gratuit) offert en ligne.


La situation du faible revenu au Canada est demeurée relativement stable en 2006. On estime à 633 000 (7,0 % du total) le nombre de familles qui étaient en deçà du seuil de faible revenu après impôt de Statistique Canada. Environ 760 000 enfants de 18 ans et moins, soit 11,3 % du total, vivaient dans des familles à faible revenu.

Revenu du marché : augmentations pour les familles en âge de travailler

Les familles en âge de travailler, soit celles dont le soutien économique principal était de 64 ans ou moins, avaient un revenu médian du marché de 66 800 $, en hausse de 1,8 % par rapport à 2005.

Le revenu du marché des familles d'aînés et des familles monoparentales ayant une femme à leur tête est demeuré inchangé en 2006. Cependant, au cours des 10 dernières années, les deux groupes ont connu des augmentations importantes, qui reflètent les hausses de leurs niveaux d'emploi et de leurs gains.

Les familles d'aînés avaient un revenu médian du marché de 23 300 $ en 2006, en hausse de 40 % par rapport à 1996, après correction pour tenir compte de l'inflation. Les mères seules avaient un revenu médian du marché de 23 100 $ comparativement à 8 700 $ en 1996, laquelle avait été la plus faible valeur observée en 30 ans.

Les familles et les personnes seules ont tiré la plus grande part de leur revenu total du revenu du marché. Pour chaque tranche de 100 $ de revenu total, les familles en âge de travailler ont reçu 93 $ en revenu du marché et 7 $ en transferts gouvernementaux. Par comparaison, les familles d'aînés ont reçu 39 $ de transferts gouvernementaux et 61 $ de revenu du marché pour chaque tranche de 100 $ de revenu total en 2006.

Augmentation des transferts gouvernementaux, pas de changement d'impôts

Les familles de même que les personnes seules ont vu leurs transferts gouvernementaux augmenter en 2006, en raison de l'introduction de nouveaux programmes. En même temps, les impôts payés sont demeurés à peu près inchangés.

Les transferts gouvernementaux médians des familles ont été de 4 500 $ en 2006, en hausse de 500 $ par rapport à 2005. Par contre, la médiane des impôts payés a été de 9 000 $, soit un niveau similaire à celui enregistré en 2005.

Les transferts gouvernementaux aux familles d'aînés sont demeurés inchangés, s'étant fixés à 22 600 $; toutefois, ces derniers ont néanmoins constitué le montant de transferts le plus élevé parmi tous les types de familles.

Les familles biparentales avec enfants ont profité d'une augmentation du montant des transferts gouvernementaux qu'elles ont reçus. Ceux-ci sont passés de 2 800 $ en 2005 à 3 300 $ en 2006, en partie en raison de modifications apportées aux programmes, telles que l'ajout de la Prestation universelle pour la garde d'enfants. Le nombre de familles qui ont touché une prestation fiscale pour enfants en 2006 s'est accru de 3,6 % comparativement à l'année précédente.

Pour les personnes seules, les transferts gouvernementaux médians sont passés d'environ 500 $ à 600 $; ces personnes ont payé 2 100 $ d'impôts.

Selon les estimations de l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu, 78,2 milliards de dollars ont été transférés aux familles en 2006, en hausse de 5,9 % comparativement à 2005. Une somme estimée à 25,3 milliards de dollars a été distribuée aux personnes vivant seules, en hausse de 2,8 %.

Amélioration du revenu total après impôt pour presque toutes les classes de revenu

Aux fins de notre analyse, les familles ont été réparties également en cinq groupes, selon leur revenu après impôt, chaque groupe représentant 20 % de l'ensemble des familles.

Le revenu après impôt s'est amélioré pour les familles des cinq groupes de revenu, sauf pour celles du groupe supérieur, où le revenu après impôt est demeuré stable.

Le revenu moyen après impôt du cinquième des familles ayant les plus faibles revenus a crû de 5,6 % par rapport à 2005 pour atteindre 24 600 $ en 2006. À l'opposé, le revenu moyen après impôt en 2006 pour les 20 % de familles ayant les revenus les plus élevés était pratiquement inchangé, s'étant établi à 133 900 $ (en termes réels).

Néanmoins, la différence (en dollars) entre la moyenne du revenu après impôt du cinquième des familles dans le niveau le plus élevé et celle des familles dans le plus bas niveau de revenu est demeurée stable en 2006.

Les taux de faible revenu sont stables mais l'écart de faible revenu familial diminue

La situation du faible revenu au Canada est demeurée relativement stable en 2006. On estime que 3,4 millions de Canadiens (ou 10,5 %) étaient en situation de faible revenu (après impôt) en 2006.

Environ 760 000 enfants de moins de 18 ans, ou 11,3 %, vivaient dans des familles à faible revenu en 2006, soit une proportion qui est également inchangée. Quelque 307 000, ou 40 %, de ces enfants vivaient dans une famille monoparentale dirigée par une femme. De fait, environ un enfant sur trois vivant avec une mère seule était en situation de faible revenu.

Environ 633 000 familles canadiennes, c'est-à-dire 7,0 % du total, étaient en deçà du seuil de faible revenu, ce qui constitue une proportion inchangée par rapport à celle affichée en 2005. Les familles en situation de faible revenu avaient besoin, en moyenne, de 7 000 $ pour franchir le seuil de faible revenu. Cela représente une amélioration par rapport à l'écart de faible revenu de 8 000 $ observé en 2005.

Les familles d'aînés, qui ont affiché le plus faible taux de situation de faible revenu en 2006, ont vu leur taux demeurer relativement stable, celui-ci s'étant établi à 2,3 %.

Environ 29 % des personnes seules vivaient en deçà du seuil de faible revenu. Ce taux variait selon l'âge des personnes; 34 % des personnes non aînées étaient dans cette situation contre 16 % des aînés.

Les provinces : les familles de l'Alberta ont un revenu médian nettement supérieur à celles des autres provinces

Pour une troisième année consécutive, les familles vivant en Alberta avaient le revenu médian après impôt le plus élevé (70 500 $), suivies de celles de l'Ontario (62 400 $) et de la Colombie-Britannique (60 300 $).

L'Alberta et la Saskatchewan étaient les deux seules provinces où la variation annuelle du revenu familial après impôt était statistiquement significative. La médiane a augmenté de 7,0 % en Alberta et de 6,3 % en Saskatchewan.

Les transferts gouvernementaux médians pour les familles ont progressé dans trois provinces : le Nouveau-Brunswick, l'Ontario et l'Alberta.

En Alberta, les transferts gouvernementaux médians ont doublé pour atteindre 3 000 $ en 2006, comparativement à 1 500 $ en 2005. Cette forte augmentation a été générée par un programme spécifique à l'année 2006 de remises liées à l'énergie. Selon les estimations de l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu, cette remise de 400 $ à chaque déclarant a été distribuée à quelques 910 000 familles et s'est élevée à environ 1,1 milliard de dollars. De même, approximativement 454 000 personnes seules ont bénéficié de ce programme en se partageant 182 millions de dollars.

Données stockées dans CANSIM : tableaux 202-0101 à 202-0107, 202-0201 à 202-0203, 202-0301, 202-0401 à 202-0411, 202-0501, 202-0601 à 202-0605, 202-0701 à 202-0706 et 202-0801 à 202-0807.

Définitions, source de données et méthodes : numéros d'enquête, y compris ceux des enquêtes connexes, 3502 et 3889.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec le Service à la clientèle au 613-951-7355 ou composez sans frais le 1-888-297-7355 (revenu@statcan.ca), Division de la statistique du revenu.

Un rapport plus détaillé, Le revenu au Canada, 2006 (75-202-XWF, gratuit), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web. Il contient une analyse ainsi que 15 tableaux aux échelons national et provincial. La publication Tendances du revenu au Canada, 2006 (13F0022XIF, gratuite), est également offerte. Elle contient 40 tableaux aux échelons national et provincial, ainsi que certaines données à l'échelon des régions métropolitaines de recensement.

Certains concepts de revenu, selon les principaux types de familles
  2005 2006
  Revenu du marché Transferts gouvernementaux Impôts sur le revenu Revenu après impôt Revenu du marché Transferts gouvernementaux Impôts sur le revenu Revenu après impôt
  médiane ($ constants de 2006)
Familles économiques de deux personnes ou plus 58 800 4 000 8 700 57 100 59 600 4 500 9 000 58 300
Familles de personnes âgées 22 600 22 400 3 000 41 200 23 300 22 600 2 800 42 400
Couples autres que de personnes âgées, sans enfants 65 000 200 10 600 56 800 65 400 700 10 500 57 900
Familles biparentales avec enfants 74 200 2 800 11 800 67 000 74 900 3 300 12 000 67 900
Familles monoparentales ayant une femme à leur tête 22 600 6 900 500 30 900 23 100 7 400 700 31 700
Personnes seules 18 400 500 2 000 21 800 18 900 600 2 100 22 800

Taux de faible revenu (SFR1 fondé sur le revenu après impôt sur la base de 1992), selon les principaux types de familles
  1996 1998 2000 2002 2004 2005 2006
  %
Familles économiques de deux personnes ou plus 12,1 10,1 9,0 8,6 8,0 7,4 7,0
Familles de personnes âgées 3,3 3,9 3,1 2,9 2,1 1,6 2,3
Couples autres que de personnes âgées, sans enfants 8,4 6,7 6,9 7,1 6,4 6,4 5,7
Familles biparentales avec enfants 10,8 8,6 8,3 6,6 6,9 6,7 6,6
Familles monoparentales ayant une femme à leur tête 52,7 42,9 36,3 39,4 36,0 29,1 28,2
Personnes seules 37,2 35,2 32,9 29,5 30,1 30,4 29,2
1. (SFR) seuil de faible revenu.

Pourcentage de personnes sous le seuil de faible revenu (SFR1 fondé sur le revenu après impôt sur la base de 1992)
  1996 1998 2000 2002 2004 2005 2006
  %
Personnes de moins de 18 ans 18,5 15,5 13,8 12,3 13,0 11,7 11,3
Vivant dans des familles biparentales 12,4 9,9 9,5 7,4 8,4 7,8 7,7
Vivant dans des familles monoparentales ayant une femme à leur tête 55,8 46,1 40,1 43,0 40,4 33,4 32,3
Personnes âgées entre 18 et 64 ans 15,7 14,0 12,9 12,1 11,9 11,4 11,3
Personnes de 65 ans et plus 9,8 8,6 7,6 7,6 5,6 6,1 5,4
1. (SFR) seuil de faible revenu.

Certains concepts de revenu pour les familles économiques de deux personnes ou plus, selon la province, 2006 
  Revenu du marché Transferts gouvernementaux Impôts sur le revenu Revenu après impôt Taux de faible revenu après impôt
  médiane ($ constants de 2006) %
Canada 59 600 4 500 9 000 58 300 7,0
Terre-Neuve-et-Labrador 38 700 12 300 6 300 45 800 4,9
Île-du-Prince-Édouard 46 500 9 400 7 100 50 000 2,9
Nouvelle-Écosse 52 300 5 500 8 200 51 600 4,5
Nouveau-Brunswick 43 700 7 400 6 200 47 600 6,4
Québec 51 800 6 700 8 200 51 500 7,1
Ontario 64 600 4 000 9 700 62 400 7,7
Manitoba 56 800 3 500 8 600 53 900 7,9
Saskatchewan 59 100 3 100 8 900 55 900 7,0
Alberta 76 300 3 000 11 400 70 500 4,0
Colombie-Britannique 61 700 3 300 8 000 60 300 8,4

0 Réponse à “Augmentation de 11,1 % du revenu familial médian (avant impôt) entre 1980 et 2005”

Laisser un commentaire