Forum Banque Scotia sur les perspectives du marché immobilier du Québec

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier,

Source: Banque Scotia

Forum Banque Scotia sur les perspectives du marché immobilier du Québec

L'état du marché immobilier du Québec a été examiné aujourd'hui lors des débats animés par Diane Giard, première vice-présidente, Région Québec et est de l'Ontario de la Banque Scotia. Alex Koustas, économiste de la Banque Scotia, Vincent Delisle, directeur, Stratégie de portefeuille de Scotia Capitaux et Dominic St-Pierre, directeur, Développement du réseau des Services immobiliers Royal LePage ont donné un aperçu de l'économie et du marché immobilier du Québec.

Lors du Forum présenté à Montréal, M. St-Pierre, conférencier principal, a examiné les principales différences qui existent entre le marché immobilier du Québec et celui du reste du pays. «Bien que plusieurs facteurs mondiaux influencent les deux marchés, chacun possède ses propres caractéristiques et diffère de l'autre, tant en ce qui concerne la pratique du courtage immobilier que la performance du marché elle-même», a-t-il affirmé. M. St-Pierre a également démontré au cours de sa présentation que :

  • le marché immobilier québécois s'est mieux porté que le marché canadien durant la récente crise économique;

  • l'augmentation du nombre de logements invendus, principalement occasionnée par le resserrement des règles en matière de prêts hypothécaires et la hausse attendue des taux d'intérêt, devrait permettre au marché de retrouver son équilibre;

  • les nouvelles tendances démographiques joueront un rôle important dans le marché immobilier québécois de demain.

M. Koustas a présenté un aperçu des économies canadienne et québécoise ainsi que les perspectives du marché immobilier résidentiel du Québec pour 2011. Il a aussi parlé des principales tendances économiques, sectorielles et démographiques qui caractériseront la prochaine année. «Le marché immobilier du Québec a connu un début de printemps relativement dynamique. La demande est soutenue par les faibles coûts d'emprunt, les gains réguliers de l'emploi et la hausse de l'immigration, a souligné M. Koustas. Cependant, plusieurs facteurs donnent à entendre que les volumes de ventes pourraient diminuer quelque peu cette année, notamment l'augmentation des taux d'intérêt, la réduction de l'accessibilité et l'absence de demande comprimée.»

M. Koustas a mentionné plusieurs facteurs qui influenceront l'orientation du marché immobilier du Québec cette année :

  • Les conditions devraient rester bien équilibrées, ce qui limitera les hausses de prix futures. L'économie et le marché immobilier du Québec n'ont pas connu une volatilité aussi prononcée que ceux des autres régions du Canada.

  • Les prix élevés des logements, la hausse des taux hypothécaires et le resserrement des règles en matière de prêts hypothécaires réduiront l'accessibilité, en particulier pour les primo-accédants.

  • Les segments plus accessibles, notamment les copropriétés, seront probablement plus actifs que le segment haut de gamme du marché.

Dans son exposé, M. Delisle a présenté une rétrospective de milieu d'année des événements qui ont marqué les marchés financiers mondiaux et évoqué ce qui attend les actions au cours des prochains mois.

«La performance des marchés boursiers en avril a subi l'influence des deux thèmes dominants de 2011 : l'affaiblissement du dollar US et la politique monétaire divergente de la Fed. Compte tenu des sommets atteints par les monnaies sensibles au risque et de la déconnexion des mouvements des prix des produits de base, la performance des marchés boursiers a été inégale en avril. L'Europe et les États-Unis ont facilement surclassé le reste du monde en monnaie locale.»

Plusieurs grandes lignes se dégagent de l'exposé de M. Delisle :

  • La croissance des bénéfices offre un soutien solide, dépassant 10 % dans toutes les régions du monde depuis le début de 2011.

  • Le Canada et le Mexique comptent parmi les grands gagnants (du point de vue des rendements en dollars US) des 12 derniers mois, l'exposition à la reprise américaine et la politique monétaire neutre ayant donné aux indices de référence nord-américains un avantage sur les locomotives émergentes comme le Brésil, l'Inde et la Chine.

  • Du point de vue de la répartition d'actif et des actions mondiales, nous privilégions stratégiquement (sur les 12 prochains mois) les actions par rapport aux obligations, mais notre point de vue tactique à court terme reste plus prudent.

Le débat d'aujourd'hui sera accessible jusqu'au 1er juin 2011 à l'adresse www.snwebcastcenter.com/custom_events/scotiabank-20110414-fr/site/.

À propos d'Études économiques Scotia

Études économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie des facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l'économie mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés des changes et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, budgétaire et gouvernementales.

0 Réponse à “Forum Banque Scotia sur les perspectives du marché immobilier du Québec”

Laisser un commentaire