Le marché immobilier résidentiel du Québec ralentit légèrement, selon les Services économiques RBC

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier,

Source: Groupe Financier RBC

Le marché immobilier résidentiel du Québec ralentit légèrement, selon les Services économiques RBC
L'accessibilité à la propriété immobilière résidentielle au Québec s'est érodée au quatrième trimestre de 2005 à la suite de la hausse des taux hypothécaires, d'une croissance plus faible des revenus et d'une augmentation des frais des services publics, selon le rapport sur l'Indice d'accessibilité à la propriété publié aujourd'hui par les Services économiques RBC.

"Le marché immobilier résidentiel du Québec avait déjà commencé à s'essouffler au dernier trimestre, dit Derek Holt, économiste en chef adjoint, RBC. La bonne nouvelle, c'est que l'offre et la demande ont ralenti simultanément sans affecter les prix. L'augmentation des prix des logements semble maintenant ralentir pour redescendre sous les 10 pour cent."L'Indice d'accessibilité à la propriété RBC pour le Québec - qui mesure la proportion du revenu des ménages avant impôts consacrée aux coûts de possession d'un bungalow individuel - s'est établi à 34,8 pour cent. Parmi les différentes catégories d'habitations, les maisons de deux étages standard restaient le moins abordables, à 42,6 pour cent. L'indice d'accessibilité d'une maison en rangée standard est monté à 30,5 pour cent et l'appartement en copropriété standard est resté le plus abordable, nécessitant 27,7 pour cent du revenu.

En 2005, le nombre de mises en chantier du Québec a reculé de près de 8 000 logements, en baisse d'environ 13 pour cent par rapport à 2004, marquant le plus fort recul au Canada en février dernier. Le nombre de permis de construire résidentiels a culminé en 2004 et a baissé considérablement depuis, ce qui est un autre signe de tassement du marché immobilier résidentiel du Québec. En outre, contrairement à beaucoup d'autres régions du pays, la tendance relativement faible de l'investissement du côté non résidentiel devrait continuer et compliquera la croissance de l'emploi, créant un obstacle de plus au marché immobilier résidentiel du Québec. Le marché immobilier résidentiel de Montréal connaît un ralentissement marqué, provoqué par un important recul des mises en chantier et des permis de construire résidentiels délivrés. Néanmoins, l'accessibilité à la propriété à Montréal s'est détériorée malgré la déflation des prix de presque toutes les catégories d'habitations, comparativement au trimestre précédent, à l'exception des appartements en copropriété. Les prix des maisons augmentent modestement, de l'ordre de cinq pour cent, par rapport à l'an dernier. La diminution de l'accessibilité s'étend à toutes les provinces et à toutes les grandes villes. A l'échelle provinciale, les plus fortes détériorations se sont produites en Colombie-Britannique, mais aussi au Manitoba et en Alberta. Les villes les plus touchées sont Vancouver et Calgary.

Dans les grandes villes canadiennes, l'indice d'accessibilité RBC à un bungalow individuel se situe aux niveaux suivants : 57,5 pour cent à Vancouver, 42,7 pour cent à Toronto, 34,1 pour cent à Montréal, 35,6 pour cent à Calgary et 33,1 pour cent à Ottawa. L'Indice d'accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est basé sur les coûts de propriété d'un bungalow individuel, un point de référence raisonnable sur le marché immobilier. D'autres genres de logements standard sont suivis par RBC, dont la maison de deux étages standard, la maison en rangée standard et l'appartement en copropriété standard. Plus l'indice est élevé, plus la propriété d'un logement coûte cher. Ainsi, si l'indice se situe à 50 pour cent, le coût de propriété d'un logement, comprenant les paiements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, représente 50 pour cent du revenu mensuel avant impôts d'un ménage type.

Tour d'horizon du Canada

- Colombie-Britannique : Même si l'indice d'accessibilité de la Colombie-Britannique reste le moins favorable de l'ensemble du pays en raison de la hausse vertigineuse des prix immobiliers, de la montée des taux d'intérêt et de l'augmentation des prix des services publics, l'essor de son marché immobilier se poursuit.

- Alberta : L'indice d'accessibilité de l'Alberta a continué de se détériorer au quatrième trimestre de 2005 où les prix des maisons ont augmenté régulièrement. L'effervescence du secteur de l'énergie de l'Alberta a eu un impact sur pratiquement toutes les branches de l'économie, mais a particulièrement dynamisé le marché immobilier résidentiel.

- Saskatchewan : Même avec une croissance plus lente des prix de l'immobilier résidentiel, la Saskatchewan a quand même connu une légère détérioration de l'accessibilité à la propriété en raison du ralentissement du rythme de croissance des revenus d'une année sur l'autre, de l'augmentation des prix des services publics et de la montée des taux hypothécaires.

- Manitoba : L'accessibilité à la propriété a fléchi un deuxième trimestre de suite au Manitoba, puisque la hausse des prix des maisons, des services publics et des taux hypothécaires a largement dépassé celle des revenus.

- Ontario : Le marché immobilier résidentiel de l'Ontario présente les signes d'un ralentissement maîtrisé. La diminution de la croissance des revenus des ménages, la montée des taux hypothécaires et un bond des prix des services publics ont contribué à réduire l'accessibilité.

- Région de l'Atlantique : La hausse des taux hypothécaires, une croissance plus modérée des revenus et des augmentations de prix antérieures continuent de diminuer l'accessibilité à la propriété un deuxième trimestre de suite dans la région de l'Atlantique.

Le rapport intégral de l'indice d'accessibilité à la propriété de RBC est disponible en ligne, à partir de 8 h HNE aujourd'hui, à l'adresse www.rbc.com/economie/marche/pdf/housef.pdf.

###

Renseignements : Pour tout renseignement complémentaire, prière de s'adresser à : Derek Holt, Services économiques RBC, (416) 974-6192; Raymond Chouinard, Relations avec les médias RBC, (514) 874-6556;

Pour obtenir un exemplaire gratuit du rapport annuel de cette entreprise, aller à l'adresse http://www.cnw.ca et cliquer sur Outils Pour Investisseurs.

0 Réponse à “Le marché immobilier résidentiel du Québec ralentit légèrement, selon les Services économiques RBC”

Laisser un commentaire