Les Canadiens ne pensent pas que les taux hypothécaires vont monter, mais ils s'attendent à ce que les prix des maisons grimpent

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier,

Source: Groupe financier RBC

Les Canadiens ne pensent pas que les taux hypothécaires vont monter, mais ils s'attendent à ce que les prix des maisons grimpent

Les Canadiens semblent moins préoccupés par une hausse possible des taux d'intérêt en 2007, selon le 14e sondage annuel de RBC sur l'accès à la propriété. En fait, plus de la moitié (57 pour cent) croient que les taux vont baisser ou rester les mêmes, comparativement à 31 pour cent l'an dernier. Le sondage de RBC indique que les Canadiens s'inquiètent moins des hausses de taux d'intérêt (49 pour cent contre 44 en 2006).

"L'image qui émerge de notre analyse des résultats du sondage est celle de Canadiens confiants, qui évaluent leurs options d'achat avec un réalisme positif", dit Catherine Adams, vice-présidente, Financement sur valeur nette immobilière, RBC.

Parallèlement, si plus de la moitié des Canadiens (59 pour cent) croient que les prix des maisons augmenteront en 2007, les intentions d'achat se maintiennent puisque trois Canadiens sur dix (28 pour cent) ont l'intention d'acheter une maison au cours des deux prochaines années.

Quant à la valeur que les Canadiens accordent à la propriété d'une maison, la très grande majorité (90 pour cent) pensent qu'acheter une maison est un bon investissement. Le pourcentage de Canadiens qui estiment que la valeur marchande de leur maison a augmenté d'au moins 50 pour cent au cours des deux dernières années a doublé depuis le sondage de l'an dernier (11 pour cent comparativement à 6 pour cent).

"Il est clair que pour la très grande majorité des Canadiens, acheter une maison est un bon investissement. Le Canadien moyen estime que la valeur de sa maison a augmenté de 22 pour cent au cours des deux dernières années, souligne Mme Adams, et l'opinion des acheteurs potentiels est claire et nette, dans tous les groupes d'âge, de 25 à 55 ans et plus : acheter maintenant."

Parmi les Canadiens qui ont l'intention d'acheter une maison d'ici deux ans, un nombre croissant veut le faire plus vite. Plus de la moitié (58 pour cent) de tous les Canadiens disent qu'il faut acheter aujourd'hui, ne pas remettre à l'an prochain. Quarante-quatre pour cent (comparativement à 37 pour cent en 2006) espèrent acheter dans les 12 à 18 prochains mois.

Sondage RBC sur l'accès à la propriété 2007 - Détails
    -----------------------------------------------------

Différences régionales

Le nombre des répondants qui disent qu'ils achèteront très probablement une maison s'est maintenu par rapport à l'an dernier en Colombie-Britannique, en Ontario et dans les Prairies, mais leur nombre a légèrement baissé dans d'autres régions. La proportion est passée de 18 à 12 pour cent en Alberta et de 14 à 10 pour cent dans les provinces de l'Atlantique.

Locataires et propriétaires

Parmi les Canadiens qui ont l'intention d'acheter une maison dans les 18 à 24 prochains mois, 62 pour cent sont locataires et 48 pour cent propriétaires. Les propriétaires sont plus nombreux (27 pour cent) que les locataires (18 pour cent) à avoir l'intention d'acheter une maison dans les 12 prochains mois.

Genres de maisons préférés

Pour 72 pour cent des Canadiens qui achèteront probablement une maison au cours des deux prochaines années, la maison isolée reste le premier choix. Les condominiums ont la préférence de 10 pour cent, comparativement à 12 pour cent l'an dernier. La maison jumelée a été citée par 7 pour cent, en hausse par rapport à 4 pour cent en 2006. La maison en rangée est le dernier choix et n'intéresse plus que 6 pour cent des Canadiens qui achèteront probablement une maison au cours des deux prochaines années, comparativement à 8 pour cent l'an dernier.

Plus de Canadiens choisiront une maison plus petite lors que leur prochain achat

Parmi les propriétaires canadiens qui changeront de maison dans les deux prochaines années, 48 pour cent citent encore comme raison principale le désir d'avoir une maison plus grande. Mais ils sont de plus en plus nombreux à dire qu'ils chercheront une maison plus petite - 33 pour cent comparativement à 20 pour cent en 2006. Enfin, 18 pour cent chercheront une maison de la même grandeur que celle qu'ils possèdent déjà.

Les maisons privées à vendre préférées aux maisons neuves

Parmi les Canadiens ayant l'intention d'acheter une maison dans les deux prochaines années, la plupart achèteront probablement une maison déjà existante (77 pour cent) plutôt qu'une maison neuve (23 pour cent). En 2006, ils étaient 74 pour cent à préférer une maison privée à vendre et 26 pour cent à porter leur choix sur une maison neuve.

RBC est le plus grand prêteur hypothécaire du Canada avec plus de 109 milliards de dollars de prêts en cours en 2005 et plus de 15,5 pour cent du marché canadien des hypothèques. Etant la première source de conseils financiers pour l'achat de maisons au Canada, RBC effectue des études auprès des consommateurs pour renseigner les Canadiens sur leurs marchés locaux.

Ces conclusions sont tirées d'un sondage RBC effectué par Ipsos-Reid entre le 12 et le 22 janvier 2007. Le sondage est basé sur des entretiens téléphoniques avec un échantillon de 2 404 Canadiens adultes, sélectionnés au hasard. Avec un échantillon de cette taille, les résultats sont considérés comme précis à +/-2,0 points de pourcentage près, 19 fois sur 20, comparativement à ce qu'ils auraient été si toute la population adulte canadienne avait été consultée. La marge d'erreur est plus grande par région ou sous-groupes de la population sondée. Ces données ont été pondérées statistiquement pour assurer que la composition de l'échantillon par région et par âge et sexe reflète celle de la population canadienne réelle d'après les
données du recensement de 2001.

Pour les résultats chiffrés complets, prière de consulter le site Web d'Ipsos Reid à l'adresse www.ipsos.ca.

0 Réponse à “Les Canadiens ne pensent pas que les taux hypothécaires vont monter, mais ils s'attendent à ce que les prix des maisons grimpent”

Laisser un commentaire