Le marché résidentiel canadien chute de façon importante en février 2019

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Source: Association canadienne de l'immeuble

Le marché résidentiel canadien chute de façon importante en février 2019

Selon les statistiques publiées aujourd'hui par L'Association canadienne de l'immeuble (ACI), les ventes résidentielles ont connu une forte chute de janvier à février 2019.

Faits saillants :

  • Le marché résidentiel canadien s'effondre de 9,1 % d'un mois à l'autre en février.
  • Les ventes réelles (non désaisonnalisées) ont chuté de 4,4 % d'une année à l'autre.
  • Le nombre de maisons nouvellement inscrites a baissé de 3,2 % d'un mois à l'autre.
  • L'Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) était pratiquement inchangé (-0,1 %).
  • Le prix de vente moyen au Canada a affiché une baisse de 5,2 % d'une année à l'autre.

Les ventes résidentielles effectuées par l'entremise des systèmes MLS® canadiens ont dégringolé de 9,1 % d'un mois à l'autre en février 2019, pour atteindre leur niveau le plus bas depuis novembre 2012. La baisse d'un mois à l'autre a été la plus importante enregistrée depuis l'entrée en vigueur de la simulation de crise (« ligne directrice B-20 »), en janvier 2018.

Le nombre de maisons qui ont changé de mains a baissé par rapport au mois précédent, dans 75 % de tous les marchés locaux, même dans les grandes villes.

Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont diminué de 4,4 % pour atteindre leur niveau le plus bas en février depuis 2009. Elles se situaient aussi à 12 % en deçà de la moyenne sur 10 ans pour le mois de février. En Colombie-Britannique, en Alberta ainsi qu'à Terre-Neuve-et-Labrador, les ventes se situaient à plus de 20 % en deçà de leur moyenne sur 10 ans pour le mois.

« Pour les aspirants acheteurs, le fait d'être tenus à l'écart par la simulation de crise pour les prêts hypothécaires est une pilule difficile à avaler, alors que les responsables de la politique affirment qu'elle produit les effets prévus », mentionne Barb Sukkau. « Une réduction du nombre d'acheteurs admissibles touche aussi les propriétaires vendeurs. Les répercussions du resserrement des règles hypothécaires diffèrent selon le marché de l'habitation local. Les courtiers et agents membres de l'ACI demeurent donc votre meilleure source d'information et vos meilleurs guides, au moment de négocier l'achat ou la vente d'une propriété en cette période de transition », précise-t-elle.

« En février, les ventes résidentielles ont baissé dans plusieurs régions canadiennes constituées autant de grandes que de petites villes », mentionne Gregory Klump, économiste en chef de l'ACI. « Le secteur immobilier est en voie de ralentir davantage la croissance économique globale du Canada. Seul le temps nous dira si les changements successifs apportés aux règles hypothécaires ont été trop sévères, puisque les répercussions de décisions politiques ne se font sentir que bien après le fait. Il reste à espérer que les responsables des politiques trouvent une façon d'affiner les règlements afin de réussir à la fois à assurer l'abordabilité du logement et à maîtriser les risques liés aux prêts. »

Le nombre de maisons nouvellement inscrites a baissé de 3,2 % en février, particulièrement dans les municipalités régionales qui entourent la Ville de Toronto, puis à Hamilton-Burlington, Calgary, Edmonton et Winnipeg.

Puisque la chute des ventes a été plus importante que le nombre de nouvelles inscriptions en février, le ratio national des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions a reculé à 54,1 % comparativement au ratio de 57,6 % de janvier. Outre son instabilité mensuelle, cette mesure de l'équilibre du marché se maintient près de sa moyenne à long terme de 53,5 % depuis le début de 2018.

La meilleure façon d'évaluer si les conditions locales favorisent les acheteurs ou les propriétaires-vendeurs est de déterminer dans quelle mesure et pendant combien de temps l'équilibre du marché est supérieur ou inférieur à sa moyenne à long terme. Le résultat qui se situe à l'intérieur d'un écart type de la moyenne à long terme indique généralement un équilibre des conditions du marché.

La comparaison du ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions à la moyenne à long terme montre qu'environ 70 % de l'ensemble des marchés locaux étaient en équilibre en février 2019.

Par ailleurs, le nombre de mois d'inventaire est une autre mesure importante de l'équilibre entre l'offre et la demande. Il représente le temps qu'il faudrait compter pour vendre tout l'inventaire courant au taux de vente actuel.

À ce propos, on comptait 5,7 mois d'inventaire à l'échelle nationale à la fin de février 2019, soit le niveau le plus élevé en trois ans et demi, et légèrement supérieur à sa moyenne à long terme de 5,3 mois. Cela dit, il existe des différences considérables à l'échelle régionale. Le nombre de mois d'inventaire dépasse largement la moyenne à long terme dans les provinces des Prairies, ainsi qu'à Terre-Neuve-et-Labrador; par conséquent, les acheteurs dans ces régions ont beaucoup de choix parmi les inscriptions qui leur sont offertes. À titre comparatif, la mesure demeure bien en deçà de sa moyenne à long terme, en Ontario et dans les Maritimes.

L'Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) global et composé a très peu changé (-0,1 %) d'une année à l'autre en février 2019. Il s'agit toutefois de sa première baisse depuis presque 10 ans.

Les appartements, quant à eux, ont affiché une augmentation de prix de 2,4 % d'une année à l'autre en février, tandis que le prix des maisons en rangée augmentait de 1 %. En comparaison, le prix des maisons unifamiliales à un étage et à deux étages a baissé respectivement de 1,7 %, et de 1 % d'une année à l'autre, toujours en février.

Les tendances continuent de varier grandement au sein des 17 marchés immobiliers suivis par l'IPP MLS®. Les résultats d'une année à l'autre demeurent variés en Colombie-Britannique. Les prix sont en baisse dans le Grand Vancouver (-6,1 %) et dans la vallée du Fraser (-2,8 %). En revanche, les prix ont affiché une augmentation de 3 % à Victoria, et de 7,7 % ailleurs sur l'île de Vancouver.

Dans les marchés résidentiels du Grand Golden Horseshoe suivis par l'Indice, les prix des propriétés de référence étaient en hausse par rapport à l'année précédente à Guelph (+6,8 %), dans la région de Niagara (+6,5 %), à Hamilton-Burlington (+5 %) et dans le Grand Toronto (+2,3 %). Entre-temps, le prix des propriétés a peu changé d'une année à l'autre à Oakville-Milton (+0,2 %), tandis que les prix à Barrie & District demeurent bien en deçà de ceux d'il y a un an (-4,3 %).

Dans les Prairies, l'inventaire de propriétés à vendre est généralement plus élevé que la demande, et le prix des propriétés a baissé comparativement à l'année dernière. Les prix de référence ont baissé de 4,4 % à Calgary, de 4,5 % à Edmonton, de 5,1 % à Regina et de 3 % à Saskatoon. Le prix des propriétés demeurera vraisemblablement faible dans ces villes, jusqu'à ce qu'un équilibre entre l'offre et la demande soit atteint.

Le prix des propriétés a augmenté de 7,4 % d'une année à l'autre à Ottawa (poussé par une hausse de 10,8 % du prix des maisons en rangée), de 6,2 % dans le Grand Montréal (poussé par une hausse de 7,8 % du prix des appartements) et de 1,6 % dans le Grand Moncton (poussé par une hausse de 7,9 % du prix des maisons en rangée).

L'IPP MLS® est le meilleur moyen d'évaluer les tendances des prix, puisque les moyennes sont sujettes à de fortes distorsions occasionnées par les fluctuations qui surviennent dans la composition des ventes d'un mois à l'autre.

Le prix moyen réel (non désaisonnalisé) des propriétés vendues au pays en février 2019 était de 468 350 $, soit une baisse de 5,2 % comparativement à février 2018.

Le prix moyen national est largement faussé par les ventes dans le Grand Vancouver et le Grand Toronto, qui représentent les deux marchés les plus actifs et les plus chers au Canada. Si l'on exclut ces deux marchés du calcul, le prix moyen baisse de près de 100 000 $ par rapport à la moyenne nationale (à juste un peu moins de 371 000 $).

0 Réponse à “Le marché résidentiel canadien chute de façon importante en février 2019”

Laisser un commentaire