Modération de l'activité sur le marché de l'habitation prévue en 2019 et 2020 : rapport de la SCHL

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Modération de l'activité sur le marché de l'habitation prévue en 2019 et 2020 : rapport de la SCHL

Sur les marchés canadiens de l'habitation, les mises en chantier et les ventes devraient se modérer, tandis que les prix devraient s'établir à des niveaux plus en phase avec les facteurs économiques fondamentaux, comme la croissance du revenu, de l'emploi et de la population. Ces prévisions pour 2019 et 2020 sont tirées du rapport 2018 des Perspectives du marché de l'habitationdiffusé aujourd'hui par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Selon les perspectives établies par la SCHL, les mises en chantier d'habitations au Canada se chiffreront entre 193 700 et 204 500 en 2019, suivant ainsi une tendance à la baisse qui touchera à la fois les maisons individuelles et les logements collectifs. Les ventes MLS® devraient s'établir entre 478 400 et 497 400, et les prix MLS®, entre 501 400 et 521 600 $.  

Faits saillants pour les régions

Colombie-Britannique
Les mises en chantier et les ventes MLS® d'habitations en Colombie-Britannique devraient se modérer, en raison du ralentissement de la croissance économique et démographique. La croissance des prix MLS® moyens devrait quant à elle stagner jusqu'en 2020.

Prairies
Le marché de l'habitation, qui favorise les acheteurs en Alberta et en Saskatchewan, devrait peu à peu évoluer vers l'équilibre, sous l'effet de l'amélioration graduelle des facteurs économiques et démographiques fondamentaux. Au Manitoba, le marché devrait rester équilibré.

Ontario
L'activité sur le marché ontarien de l'habitation a connu un ralentissement en 2018. Les reventes et les mises en chantier devraient se redresser partiellement en 2019, car les niveaux meilleurs que prévu de la croissance de l'emploi et de la migration encourageront les acheteurs à revenir sur le marché. En 2020, les ventes et les mises en chantier ralentiront à nouveau.

Québec
Les mises en chantier d'habitations et les ventes de logements existants seront soutenues, mais le ralentissement de la croissance économique et la hausse des coûts d'emprunt modéreront l'activité jusqu'en 2020. Les mises en chantier d'appartements continueront de prédominer, tandis que la demande de maisons individuelles existantes restera relativement forte.

Atlantique
L'activité sera soutenue dans la région de l'Atlantique, surtout en Nouvelle-Écosse. Dans cette province, les ventes et les prix moyens des logements existants devraient augmenter, tandis que la demande de logements locatifs fera croître la construction d'appartements.

Faits saillants pour quelques régions métropolitaines de recensement

Grand Vancouver
Pendant les deux prochaines années, le marché de la revente du Grand Vancouver sera caractérisé par une diminution des transactions, une hausse des stocks de logements à vendre et des prix, en moyenne, inférieurs aux sommets récents. En 2018, la demande et les prix des habitations ont diminué dans tous les segments du marché et dans tous les secteurs de l'agglomération.

Calgary
Divers facteurs feront tour à tour augmenter et baisser la demande de logements à Calgary en 2019 et 2020. L'économie de Calgary bénéficiera d'une croissance accrue de la population et de l'emploi. Cette conjoncture soutiendra la demande et haussera les ventes MLS® en 2019 et 2020. Par contre, des pressions à la baisse continueront de s'exercer sur le prix MLS® moyen, qui devrait se stabiliser en 2019, puis augmenter légèrement en 2020.

Toronto
Le marché étant équilibré dans le Grand Toronto, nous prévoyons une modeste hausse des ventes et une croissance des prix des habitations équivalant à l'inflation durant la période à l'étude. La demande de logements locatifs sera vigoureuse en raison de la hausse des coûts de propriété, tandis que l'offre de logements neufs exercera une certaine pression à la hausse sur les taux d'inoccupation. Les acheteurs de Toronto devraient bénéficier d'un choix accru de logements, car les constructeurs se concentreront sur la production de nouvelles tours d'habitation.

Montréal
En 2018 et 2019, la demande augmentera un peu plus vite que l'offre sur le marché locatif de Montréal, ce qui exercera une certaine pression à la baisse sur le taux d'inoccupation. La demande sera soutenue sur l'horizon prévisionnel par la hausse du solde migratoire.

Les rapports régionaux des Perspectives du marché de l'habitation fournissent de l'information sur un bon nombre de régions métropolitaines de recensement. Vous pouvez les télécharger sur notre site Web.

 

Citation :

« Ce que nous retenons surtout de nos perspectives cette année, c'est la modération de l'activité qui s'annonce sur les marchés de l'habitation du Canada en 2019 et 2020. Les mises en chantier d'habitations devraient diminuer par rapport aux niveaux plus élevés que nous avons observés récemment. Selon nos prévisions pour 2019 et 2020, les ventes de logements existants resteront inférieures au sommet récent, tandis que les prix s'établiront à des niveaux plus en phase avec les facteurs économiques fondamentaux comme la croissance du revenu, de l'emploi et de la population. »

0 Réponse à “Modération de l'activité sur le marché de l'habitation prévue en 2019 et 2020 : rapport de la SCHL”

Laisser un commentaire