Permis de bâtir (Aout 2010)

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier,

Source: Statistique Canada

Permis de bâtir (Aout 2010)
Les entrepreneurs ont pris pour 5,7 milliards de dollars de permis de bâtir en août, soit 9,2 % de moins qu'en juillet, mais 11,4 % de plus qu'août 2009. La baisse enregistrée en août est attribuable à un repli dans le secteur non résidentiel, lequel a été plus important que l'augmentation observée dans le secteur résidentiel.

Dans le secteur non résidentiel, les municipalités ont délivré pour 2,2 milliards de dollars de permis de bâtir, en baisse de 22,9 % par rapport à juillet. Ce recul est principalement attribuable aux diminutions enregistrées en Ontario, en Colombie-Britannique et au Québec.

Après quatre mois de repli, la valeur du secteur résidentiel a augmenté de 2,0 % pour s'établir à 3,5 milliards de dollars, en raison d'une forte hausse du nombre de permis de construction de logements multifamiliaux, principalement en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec.

La valeur totale des intentions de construction a augmenté dans cinq provinces, soit au Nouveau-Brunswick, en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve-et-Labrador, au Manitoba et en Saskatchewan.

Secteur résidentiel : augmentation des intentions de construction de logements multifamiliaux

Les municipalités ont délivré pour 1,5 milliard de dollars de permis de construction de logements multifamiliaux en août, en hausse de 12,9 % par rapport à juillet. Il s'agit du niveau le plus élevé noté depuis juillet 2008. La Colombie-Britannique est à l'origine de la majeure partie de cette hausse, mais cinq autres provinces ont également enregistré une augmentation des intentions de construction d'immeubles à logements multifamiliaux. En revanche, l'Alberta a enregistré la diminution la plus marquée.

La valeur des permis de construction de logements unifamiliaux s'est repliée de 4,9 % pour s'établir à 2,0 milliards de dollars. Les intentions relatives à cette composante sont en baisse depuis cinq mois. L'Alberta et l'Ontario sont à l'origine de la majeure partie de la diminution survenue à l'échelle nationale en août.

Les municipalités ont approuvé la construction de 16 764 nouveaux logements en août, en baisse de 0,3 % par rapport à juillet. La diminution de 10,8 % du nombre de logements unifamiliaux, qui se situait à 6 488, a plus que neutralisé l'augmentation de 7,7 % du nombre de logements multifamiliaux, qui se situait à 10 276.

Secteur non résidentiel : baisse dans chacune des trois composantes

Les intentions de construction ont diminué dans chacune des trois composantes du secteur non résidentiel en août.

Après deux augmentations mensuelles consécutives ayant permis d'atteindre un nouveau sommet, la valeur des permis de la composante institutionnelle a diminué de 38,9 % pour s'établir à 705 millions de dollars en août. L'Ontario a enregistré la diminution la plus marquée, en raison d'un recul des intentions de construction des établissements de soins de santé. Au Québec, le recul provenait surtout d'une baisse des intentions pour des établissements d'enseignement.

Dans la composante commerciale, les municipalités ont délivré pour 1,1 milliard de dollars de permis, en baisse de 12,2 % par rapport à juillet. La diminution des intentions de construction a visé une grande variété d'immeubles, notamment des immeubles à bureaux, des laboratoires et des hôtels. Les intentions de construction d'immeubles à vocation commerciale ont diminué dans six provinces.

En ce qui a trait à la composante industrielle, les intentions ont diminué de 11,5 % pour s'établir à 369 millions de dollars, soit la troisième diminution mensuelle consécutive. La baisse observée en août est principalement attribuable aux usines de fabrication en Ontario et aux immeubles de services publics en Alberta. Les intentions de construction industrielle ont diminué dans sept provinces.

Les baisses les plus marquées se manifestent en Ontario et en Alberta

La valeur des permis de bâtir a diminué dans cinq provinces en août.

Les baisses les plus marquées se sont produites en Ontario et en Alberta. En Ontario, la diminution était le résultat d'un fléchissement des intentions de construction dans le secteur non résidentiel et des permis de construction de logements unifamiliaux. En Alberta, la diminution était attribuable au secteur résidentiel et à la composante industrielle.

Le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique ont affiché les hausses les plus importantes. Au Nouveau-Brunswick, l'augmentation de la valeur des permis provenait principalement des permis de construction institutionnelle et industrielle. En Colombie-Britannique, l'augmentation était attribuable au secteur résidentiel.

La valeur des permis baisse dans plus de la moitié des régions métropolitaines de recensement

La valeur totale des permis a diminué dans 19 des 34 régions métropolitaines de recensement.

Les baisses les plus marquées ont été enregistrées à St. Catharines–Niagara, à Trois-Rivières et à Montréal. À St. Catharines–Niagara et à Montréal, le recul provenait du secteur non résidentiel et faisait suite à une forte hausse enregistrée le mois précédent. À Trois-Rivières, la diminution était imputable aux secteurs résidentiel et non résidentiel.

En revanche, les hausses les plus importantes se sont produites à Vancouver et à Saint John. À Vancouver, la hausse était attribuable à une augmentation des intentions de construction de logements multifamiliaux. À Saint John, la hausse était principalement attribuable à une augmentation du nombre de permis de construction institutionnelle.


0 Réponse à “Permis de bâtir (Aout 2010)”

Laisser un commentaire