Les taux d'intérêt faibles et stables constituent une assise solide à un développement soutenu

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Immobilier,

Source: APCHQ

Les taux d'intérêt faibles et stables constituent une assise solide à un développement soutenu

Selon l'APCHQ, les taux d'intérêt faibles et stables constituent une assise solide, qui devrait assurer au marché de la construction résidentielle un développement soutenu, et ce, malgré certains signes d'essoufflement.

À l'échelle provinciale, l'APCHQ prévoit 47 300 mises en chantier en 2011 et 45 600 en 2012. « En 2010, la performance de l'industrie en a surpris plusieurs », affirme François Bernier, directeur du Service économique et affaires publiques de l'APCHQ. Comme plusieurs facteurs fondamentaux demeurent favorables, nous retenons un scénario optimiste pour 2011 et 2012. »

Les facteurs de croissance
Parmi les éléments qui justifient cette prévision, l'APCHQ souligne les faits suivants : l'arrivée dans le marché de nouveaux jeunes ménages, dont le nombre moyen sera supérieur à 40 000 par année d'ici 2015 selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ); les inventaires d'habitations neuves, dont l'écoulement s'effectue de façon très convenable (à l'intérieur d'un délai de cinq mois, selon les dernières données); l'emploi qui continue de progresser et le chômage de baisser; ainsi que la situation financière des gouvernements, qui semble sous contrôle, ce qui évite un accroissement non prévu du fardeau fiscal.

Hausse de la TVQ et abordabilité
L'APCHQ mentionne toutefois que les éléments suivants sont moins encourageants : la hausse de la TVQ en janvier 2012, les premiers signes de ralentissement des ventes de maisons existantes ainsi que la diminution progressive de l'abordabilité, conséquence de l'augmentation rapide des prix au cours de la dernière décennie.

Longtemps considéré comme l'un des plus abordables au Canada, le marché québécois de l'habitation se compare en effet de plus en plus à ce que l'on retrouve dans d'autres provinces, ce que confirment les rapports de grandes institutions financières, notamment ceux de la Banque Royale du Canada et de Desjardins. « Au cours de la dernière décennie, la rareté des terrains et une demande soutenue ont contribué à faire doubler les prix, et même plus, dans différents marchés du Québec, soutient M. Bernier. Maintenant, plus que jamais, les éléments qui risquent d'affecter l'abordabilité - dont un changement des taux d'intérêt et les différentes politiques gouvernementales - pourraient avoir des répercussions importantes dans l'industrie. »

La copropriété plus populaire que la maison unifamiliale
En 2012, la copropriété dans les centres de 10 000 habitants et plus atteindra environ 12 000 unités, soit 1 000 de plus que celle des maisons unifamiliales. Il s'agit de la manifestation concrète d'une tendance lourde du marché, selon l'APCHQ.

Les maisons jumelées et en rangée occuperont une part importante du marché, avec 7 000 unités, soit autant que ce qui sera produit dans le domaine multifamilial locatif. Il faut cependant souligner que l'importance relative de ce dernier secteur s'explique en grande partie par la production de logements pour personnes âgées. En fait, le secteur locatif traditionnel demeure léthargique. « Le développement de logements multifamiliaux locatifs étant peu rentable, la quasi-pénurie de ce type de logements a peu de chances de se résorber », souligne M. Bernier.

Croissance de 5 % du marché de la rénovation
Depuis plusieurs années, les dépenses en rénovation, incluant celles qui touchent l'entretien et les réparations, dépassent les dépenses consacrées à la maison neuve. On observe un rythme annuel d'augmentation de 5 % à 9 %, selon les années. Dans cette industrie en croissance, 36 % des ménages affirment faire effectuer leurs travaux par un entrepreneur, ce qui se traduit nécessairement par une augmentation du chiffre d'affaires des entreprises de rénovation. Compte tenu de l'augmentation de la TVQ, qui exerce un effet négatif sur le marché, l'APCHQ estime que la croissance se situera dans la partie inférieure de la fourchette, et qu'elle sera de 5 % par année en 2011 et 2012. Selon les dernières évaluations, la valeur moyenne des contrats de rénovation était de 10 590 $.

 

0 Réponse à “Les taux d'intérêt faibles et stables constituent une assise solide à un développement soutenu”

Laisser un commentaire