Une caution bien informée, double protection

Article verrouillé Publié le par Martin A. Messier

Dans certaines situations, les conditions financières d'un candidat à la location ne permettent pas qu'on lui attribue un logement. Une des solutions possible est le recours au cautionnement du bail.

La signature du bail à titre de caution s’éteint au renouvellement du bail. Nous pouvons cependant la prolonger, les dispositions du Code civil du Québec n’étant pas obligatoires. L’APQ fournit un modèle de cautionnement qui prévoit une durée fixe qui peut être plus longue que le bail initial, normalement nous utilisons une durée de cinq années et pouvons également prévoir que la caution sera responsable pour les dommages résultant du comportement du locataire en plus de son obligation de payer le loyer.

Nous vous recommandons cependant la prudence dans vos communications avec la caution. Souvent, la caution est oubliée, elle ne reçoit plus aucune communication une fois le bail signé.

Nous vous recommandons de communiquer avec la caution l’informant des situations qui ont un impact pour elle. Cette communication pourrait vous éviter que la caution ne tente de s’opposer à votre réclamation sous le prétexte que vous ne l’avez pas tenue informée.

Naturellement, elle n’a pas besoin de recevoir l’avis concernant le lavage du garage ! Par contre, les renouvellements des baux, les avis de retards ou non paiements de loyer seraient des éléments pertinents. Au-delà des avantages légaux, la caution pourrait contribuer à rétablir une situation pour le bénéfice de toutes les parties.

0 Réponse à “Une caution bien informée, double protection”

Laisser un commentaire