Avant d’entreprendre des rénovations énergétiques

Publié le par Service des communications

Sujet(s):

Source: Société canadienne d’hypothèques et de logement

Avant d’entreprendre des rénovations énergétiques

Les rénovations énergétiques peuvent réduire votre consommation d’énergie et votre impact sur l’environnement, et vous faire économiser de l’argent. Cependant, s’ils sont mal exécutés, les travaux de remplacement des fenêtres, d’ajout d’isolant et de réduction des fuites d’air peuvent avoir des conséquences fâcheuses sur la qualité de l’air intérieur et la sécurité de votre famille. Avant d’entreprendre les rénovations, c’est une bonne idée de faire inspecter votre maison afin de détecter ce qui pourrait causer des problèmes plus tard : humidité élevée, fuites d’eau, moiteur, moisissure. Votre habitation pourrait également renfermer de l’air vicié, des odeurs persistantes, des gaz souterrains et des polluants émanant des produits ménagers. Quant aux murs, planchers et plafonds présentant un fléchissement, des fissures ou des déformations structurales, ils peuvent causer des problèmes qui doivent d’abord être réglés. Entreprendre d’améliorer la performance énergétique de l’enveloppe d’un bâtiment sans d’abord corriger les problèmes préexistants risque de les aggraver et de rendre inutiles le temps et l’argent investis.

Problèmes potentiels et solutions

L’étanchéisation à l’air peut améliorer le confort, réduire les coûts de chauffage et protéger les murs, les fenêtres et le vide sous toit en réduisant la quantité de fuites d’air entrant et sortant de la maison. Mais l’air intérieur risque alors de stagner et les odeurs de persister. Des odeurs jusque-là imperceptibles, dégagées notamment par les activités de loisir, les animaux de compagnie ou les articles remisés, peuvent se faire plus présentes. La réalisation de deux tests d’infiltrométrie mesurant le degré d’étanchéité de la maison, le premier avant les travaux et le second après ceux-ci, peut donner une idée de la quantité de fuites d’air en moins. Si cette quantité est importante, il pourrait être une bonne idée d’équiper la maison d’un ventilateur d’extraction dans les salles de bains, d’une hotte de cuisinière, d’un échangeur d’air ou, encore mieux, d’un ventilateur récupérateur de chaleur. Quand ils sont bien adaptés et bien installés, ces appareils sont plus éconergétiques et efficaces que la ventilation naturelle, non contrôlée.

Réduire les fuites d’air dans les maisons pourvues d'appareils à combustion (générateur de chaleur, chauffe-eau ou foyer) peut avoir pour effet de les priver de l’apport d’air nécessaire à un fonctionnement sûr et efficace. Et l’ajout de ventilateurs d’extraction puissants ou multiples peut faire augmenter encore plus le risque que les appareils à combustion n’évacuent pas convenablement les gaz de combustion, ceux-ci pouvant être refoulés à l’intérieur lorsque les ventilateurs sont en marche. Les travaux d’isolation de l’enveloppe doivent donc prévoir un moyen de fournir suffisamment d’air comburant aux installations de chauffage et un dispositif d’air d’appoint qui aspirera l’air dans la maison pour remplacer l’air extrait. La solution la plus simple consiste à remplacer les appareils à combustion par des appareils directement ventilés ou des appareils à combustion étanches. Souvent, le conseiller en efficacité énergétique peut évaluer le risque de refoulement. On peut consulter un entrepreneur en installation mécanique au sujet des dispositifs d’air d’appoint ainsi que du choix des générateurs d’air chaud, des chauffe-eau et des foyers directement ventilés ou étanches.

L’ajout d’isolant dans les murs extérieurs, le sous-sol ou le vide sous toit peut entraîner des dommages si les sources intérieures et extérieures d’humidité ne sont pas maîtrisées. À l’extérieur, diverses mesures permettent de réduire les problèmes causés par la pluie et la neige fondante. On doit s’assurer que le toit draine l’eau convenablement; que les avant-toits et les solins protègent bien les murs et les fenêtres situés en contrebas; que les murs extérieurs sont étanches à la pluie; que la pente du terrain éloigne l’eau de la maison et que les gouttières captent l’eau et l’évacuent en l’éloignant des fondations; et que les fondations sont protégées de l’humidité.

On maîtrise les sources d’humidité intérieures en recourant à la ventilation mécanique pour chasser l’humidité produite par les douches et la cuisine. L’installation d’un pare-vapeur (p. ex., film de polyéthylène ou peinture pare-vapeur) et, surtout, d’un pare-air pour réduire les fuites d’air, est une part essentielle des travaux d’amélioration de l’isolation des murs et du vide sous toit puisqu’ils empêchent l’humidité d’entrer.

Les travaux d’amélioration énergétique de l’enveloppe du bâtiment réduisent les besoins en chauffage et le générateur d’air chaud existant pourrait devenir surdimensionné pour la maison et son efficacité s’en trouver réduite. Si les installations de chauffage sont suffisamment vieilles pour que vous envisagiez leur remplacement dans le cadre des travaux de rénovation, vous pouvez demander à un entrepreneur qualifié de calculer les pertes de chaleur qui subsistent et de déterminer la puissance que doit avoir le nouvel appareil.

Certains matériaux ou produits de finition, surtout dans les maisons d’un certain âge, peuvent contenir des matières dangereuses comme l’amiante (dans l’isolant et le parement) ou le plomb (dans la peinture et la plomberie). Les déjections de rongeurs ou d’oiseaux peuvent également causer des problèmes. La vieille filerie électrique bouton et tube peut être une autre source de danger. Durant les travaux, prenez des précautions pour protéger les travailleurs et les occupants des matériaux dangereux.

Les rénovations visant à rendre votre maison plus efficace en énergie et à réduire vos coûts de chauffage et de climatisation sont toujours une bonne idée. En déterminant les problèmes potentiels associés à un projet et en réglant ceux-ci en amont des travaux, vous réduirez le risque que des difficultés ne surviennent plus tard. Consultez au préalable un conseiller en efficacité énergétique qualifié, un professionnel du bâtiment, un inspecteur ou un entrepreneur afin de repérer les problèmes préexistants et d’en tenir compte dans la planification pour éviter que les travaux ne les amplifient. Il est souvent possible de mettre en place des mesures correctives qui non seulement préviendront les problèmes, mais donneront également une valeur ajoutée au produit fini.

0 Réponse à “Avant d’entreprendre des rénovations énergétiques”

Laisser un commentaire