L'Association des Propriétaires du Québec (APQ) a rencontré la député péquiste Carole Poirier le 25 août dernier à son bureau de Montréal

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Mot de l'éditeur

L'Association des Propriétaires du Québec (APQ) a rencontré la député péquiste Carole Poirier le 25 août dernier à son bureau de Montréal

Cette rencontre avait pour but de discuter de l'habitation, de partager notre expertise et nos visions sur les modifications plus que nécessaires au domaine de l'habitation. Nous avons, à travers nos échanges, pu exprimer nos revendications.

La question du dépôt de garantie et sa mise en application fut l'un des sujets majeurs de la rencontre avec la méthode de fixation des loyers désuète.

Madame Poirier est préoccupée par la capacité de payer des locataires les plus à risques et l'APQ a démontré lors de cette rencontre que de permettre la libre concurrence, en faisant en sorte que le prix soit régi pour les conditions du marché en laissant le jeu de l'offre et de la demande, permettrait de résoudre plusieurs conflits et problématiques : logements rénovés, entente de paiement sur les augmentations de loyer, stimuler la construction de logements neufs.

Depuis trop longtemps déjà nous avons plongé les immeubles à logements dans le noir système de contrôle de loyer. Nous en connaissons maintenant les effets pervers et destructifs sur l'offre de logements locatifs résidentiels. L'APQ fait porter le blâme au gouvernement, tant actuel que passé, relativement au fait que les condos soient pratiquement le seul type d'immeuble d'habitation à logements multiples que nous voyons être construits. Pour redonner une vie à la construction des immeubles à logements il faut donner un peu d'air à ce marché, étouffé depuis trop longtemps par un système de fixation des loyers complètement inadéquat.

L'APQ reproche également au gouvernement de mêler la notion de capacité de payer des locataires au système de fixation des loyers au Québec. Il faut plutôt voir que l'incapacité de rénover nos logements résulte de la trop grande implication de l'État. Les coûts de rénovation ne sont pas l'objet des contraintes et fixations gouvernementales ce qui place le propriétaire dans une situation intenable. En voulant maintenir les loyers dans l'étau de la contrainte, l'État nuit aux locataires tant qu'aux propriétaires.

La proposition de l'APQ de demander un dépôt de garantie permettrait de conscientiser les locataires et à tous les locataires de pouvoir le payer. Il est important de pouvoir éviter que des logements soient laissés dans un état lamentable comme nous pouvons malheureusement le voir trop souvent au départ d'un locataire.

Nous avons eu une écoute attentive de Madame Poirier et espérons que cette rencontre n'est que le début et qu'autant les gouvernements libéraux que péquistes décideront de réformer le dossier de l'habitation.

L'APQ poursuit sans relâche, les missions d'informer les élus de la situation et ses revendications!

0 Réponse à “L'Association des Propriétaires du Québec (APQ) a rencontré la député péquiste Carole Poirier le 25 août dernier à son bureau de Montréal”

Laisser un commentaire