Selon l'APQ, le gouvernement offre peu aux propriétaires avec son énoncé économique, c'est mieux que rien, mais ça reste des miettes

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Mot de l'éditeur,

Selon l'APQ, le gouvernement offre peu aux propriétaires avec son énoncé économique, c'est mieux que rien, mais ça reste des miettes

Avec son récent énoncé politique qui a pour but de pallier aux difficultés de l'économie du Québec, la Ministre des Finances et ministre responsable des infrastructures, Mme Monique Jérôme-Forget, a annoncé l'instauration d'un crédit d'impôt remboursable pour la rénovation et l'amélioration résidentielles.

Ce crédit d'impôt s'adresse aux propriétaires d'une résidence principale ou d'un immeuble de 2 ou 3 logements dont le propriétaire occupe les lieux. Au taux de 20 % et d'un montant maximal de 2 500 $, il permettra de soutenir des dépenses de rénovation excédant 7 500 $. Environ 170 000 ménages pourraient en principe bénéficier d'un allégement fiscal de 250 millions de dollars en 2009-2010, soit un crédit d'impôt de 1 470 $ par ménage.

Les dépenses admissibles seront celles engagées à partir du 1er janvier 2009 et avant le 1er janvier 2010 pour des travaux reconnus d'amélioration et de rénovation résidentielles dont la réalisation sera confiée à des entrepreneurs qualifiés.

Le gouvernement croit que cette mesure aura pour effet de stimuler l'industrie de la construction, en permettant de soutenir l'emploi en période de ralentissement économique.

« Il est difficile de ne pas être perplexe face à cette mesure du gouvernement du Québec qui pense ainsi relancer l'économie et la construction en prévoyant tout simplement des miettes avec un tel programme, pour les propriétaires de maison unifamilale, ou propriétaires-occupants de 2 et 3 logements. Une mesure, qui, avec les conditions d'admissibilité et les montants accordés, ne feront pas de vagues pour stimuler la construction, » de commenter le président de l'Association des propriétaires du Québec (APQ), M. Martin A. Messier.

« Nous demandons au gouvernement du Québec d'élargir la portée de cette mesure à tous les propriétaires d'immeubles à revenus locatifs ».

« Nous croyons cependant que cette mesure temporaire doit s'accompagner d'une réforme en profondeur de notre système de fixation de loyer. Tant et aussi longtemps que le système actuel demeurera en place, nous ne pourrons pas intervenir sur l'entretien et la rénovation des immeubles tout en maintenant la rentabilité économique de nos investissements », conclut M. Messier.

Notre photo : Martin A. Messier, président de l'APQ.

0 Réponse à “Selon l'APQ, le gouvernement offre peu aux propriétaires avec son énoncé économique, c'est mieux que rien, mais ça reste des miettes”

Laisser un commentaire