La COVID-19 complique les relations propriétaires locataires

Publié le par Martin A. Messier

Sujet(s): Mot de l'éditeur

La COVID-19 complique les relations propriétaires locataires

En effet, j’ai eu l’occasion de constater personnellement les effets de la COVID-19 sur les relations propriétaires et locataires.

Je peux constater aisément que les gens sont exacerbés, tristes ou fâchés. J’ai ouvert autant de dossiers pour des altercations qui peuvent avoir des implications de nature criminelle dans les deux derniers mois que j’en ouvre normalement dans une année au complet. Je vous recommande fortement dans vos relations avec les locataires qui peuvent être teintées de préoccupations qui sont reliées ou amplifiées par la pandémie actuelle de prendre un moment de réflexion avant d’agir.

En effet, dans plusieurs cas il est important de souligner que les propriétaires et les locataires entrent malheureusement en conflit de façon instantanée. Tout simplement dans une situation qui normalement n’aurait jamais généré de tel conflit. On parle de situations relatives à la visite du logement, à l’inspection du logement, au paiement du loyer, au renouvellement des baux, à des situations qui impliquent des bruits avec les autres locataires.

Nous sommes tous confinés plus ou moins à la maison et restreints dans nos activités. Cette situation a des impacts sur tous. Il est important de prendre en considération l’évolution de la pandémie dans nos relations avec nos locataires.

Naturellement les excuses des locataires qui sont fournies sont irritantes et souvent injustifiées : j’ai entendu certains locataires dire qu’ils n’avaient pas à payer le loyer puisqu’il y avait la COVID-19, d’autres dire qu’ils n’avaient pas à respecter les autres locataires puisque c’était la COVID-19 et qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, d’autres enfin dire qu’ils pouvaient demeurer dans le logement qu’ils n’avaient rien trouvé d’autre, encore une fois une excuse reliée à la COVID-19 alors que d’autres locataires attendent de rentrer dans le logement. Naturellement ces situations sont irritantes et inacceptables tant pour vous que pour les autres locataires de l’immeuble ou pour ceux qui doivent entrer dans le logement dans le cas d’un locataire qui refuse de quitter.

Je vous recommande cependant de prendre le temps d’analyser la situation et d’explorer la meilleure façon de communiquer avec le locataire, dans tous les cas je vous recommande de visualiser votre conversation ou votre interaction avec le locataire comme si elle était diffusée à la télévision. Visualisez cette image et consacrez vous à un objectif : seriez-vous fier de voir la communication ou la rencontre diffusée auprès de vos amis, de vos proches ou de parfaits inconnus? Si la réponse est non, revoyez vos processus afin de vous assurer que la réponse devienne oui.

Je sais que ce n’est pas facile. Nous sommes là pour vous appuyer et vous conseiller. Il faut bien vous assurer qu’une rencontre toute simple et normale ne devienne pas un cauchemar pour vous soit par la dure réalité d’une demande devant la Régie du logement, car vous ne pouvez pas continuer votre relation contractuelle avec votre locataire amplifiée possiblement d’un dossier criminel si une bousculade ou des paroles ont été prononcées qui ont une implication de nature pénale ou criminelle.

Communiquez avec nous : nous sommes là pour vous aider, vous conseiller, vous suggérer l’approche la plus appropriée. Encore une fois nous savons que la situation est extrêmement difficile, mais nous voulons vous aider à ce qu’elle ne devienne pas tout simplement un cauchemar où vous devrez être représenté tant au niveau civil qu’au niveau criminel.

Prenez le temps d’y penser et surtout de nous appeler. Nous sommes là pour vous.

0 Réponse à “La COVID-19 complique les relations propriétaires locataires”

Laisser un commentaire