Mégots de cigarette : des incendies qui auraient pu être évités

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Divers

Mégots de cigarette : des incendies qui auraient pu être évités

Cette semaine encore, un incendie a ravagé un immeuble au centre-ville de Montréal. Selon les premiers constats, l'origine serait un mégot de cigarette.

Même si les détecteurs de fumée et gicleurs dans certains cas sont présents dans l'immeuble, le feu peut très rapidement se propager.

Plusieurs déclencheurs existent, mais souvent la cause est un article de fumeur ou un feu de cuisson.

Le fait que des articles de fumeurs soient la cause d'incendie incite de nombreux propriétaires a interdire de fumer dans l'immeuble et sur les balcons.
La nuisance causée par l'odeur de fumée est également un facteur dans ce choix de rendre un immeuble sans fumée.

Clauses d'interdiction de fumée et de barbecue

Dans le règlement d'immeuble de l'APQ, vous avez accès aux clauses qui interdisent l'utilisation de barbecue, mais aussi de fumer dans le logement.

Pour mettre en place un règlement d'immeuble, vous devez l'ajouter aux conditions de modifications du bail lors du renouvellement pour un bail existant.

Pour un nouveau bail, dès l'annonce du logement, vos potentiels locataires doivent en être avisés et le règlement d'immeuble doit être remis avant la signature du bail.


Rappel : Ville de Montréal, avez vous le bon avertisseur de fumée?

Voici un rappel des modifications concernant l’avertisseur de fumée :

  • Tous les bâtiments résidentiels construits avant 1985 et qui ne sont pas munis d’avertisseur de fumée de type électrique doivent maintenant être dotés d’avertisseurs de fumée avec pile au lithium inamovible longue durée de 10 ans.
  • Tous les logements doivent être munis d’au moins un avertisseur de fumée par étage, incluant le sous-sol. Si l’étage comporte des chambres, l’avertisseur de fumée doit être installé dans le centre du corridor.
  • L’article du règlement concernant le maintien et le bon état des avertisseurs de fumée dans certaines occupations spécifiques (bâtiment hébergeant des personnes nécessitant de l’aide à l’évacuation) est modifié. Toute chambre devra désormais être munie d’un avertisseur de fumée relié à un circuit électrique et ils doivent tous être interconnectés afin de se déclencher simultanément.
  • Pour les bâtiments construits après juin 2015, un avertisseur de type électrique doit également être installé dans chaque pièce où l’on dort ainsi que dans les corridors.

0 Réponse à “Mégots de cigarette : des incendies qui auraient pu être évités”

Laisser un commentaire