Les investissements du secteur public seront à la base de l'expansion au Québec

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Divers,

Source: Banque Scotia

Les investissements du secteur public seront à la base de l'expansion au Québec

Ce sont les dépenses en immobilisation, particulièrement les mégaprojets du secteur public, qui règleront l'allure de l'économie québécoise cette année, selon les auteurs du rapport Provincial Trends d'Etudes économiques Scotia.

"On s'attend à ce que ce soient les dépenses dans la construction non résidentielle, dont un certain nombre de projets hydroélectriques dans le nord et l'agrandissement d'hôpitaux à Montréal, qui contribueront le plus à la croissance cette année", estime Adrienne Warren, économiste principale, Banque Scotia. "Les projets d'investissement du secteur privé, principalement des secteurs de l'énergie et des métaux et minerais, auront aussi un effet positif."

L'important secteur de la fabrication du Québec continuera de peser sur les perspectives économiques générales en 2007. Des problèmes persistants de concurrence et le ralentissement économique américain garderont la croissance du PIB sous la barre des deux pour cent. Tout de même, des économistes voient de beaux jours pour certains fabricants.

"Le secteur québécois de l'aérospatiale devrait bénéficier d'une reprise des affaires", ajoute Mme Warren. "En outre, une baisse du fardeau fiscal provincial entraînera une croissance des revenus en 2007, ce qui dopera les dépenses des ménages."

On s'attend à ce que la croissance de la production canadienne ralentisse pour la troisième année consécutive. Malgré les gains considérables enregistrés par les régions riches en ressources, le secteur de la fabrication subit toujours la pression de la concurrence étrangère, de la hausse du coût des intrants et de la vigueur du dollar canadien. Parallèlement, le fléchissement de l'abordabilité, qui s'explique principalement par les coûts élevés, devrait ralentir le marché de l'habitation.

Les dépenses en immobilisation permettront de combler l'écart et soutiendront l'économie. La construction non résidentielle, qui n'est pas restreinte aux provinces riches en ressources énergétiques et minières - comme l'Alberta avec ses sables bitumineux, la Saskatchewan avec ses mines d'uranium ou Terre-neuve-et-Labrador avec ses mines de nickel et ses champs pétrolifères en mer - restera une source importante de croissance dans des secteurs comme les infrastructures publiques, l'agrandissement des ports et des aéroports et la construction commerciale, pour n'en nommer que quelques-uns. L'effet d'entraînement des activités de construction devrait aussi se faire sentir dans d'autres secteurs. Le secteur des services devrait rester vigoureux et fournira une assise solide à la croissance de la production et à celle du nombre d'emplois.

Dans une perspective régionale, la croissance dans l'Ouest et dans les provinces atlantiques devrait être supérieure à la moyenne nationale en 2007 alors que celle du centre du Canada traînera de la patte. Avec la reprise de son secteur minier, on prévoit que Terre-Neuve-et-Labrador s'en tirera mieux que les autres provinces. Un ralentissement de la construction non résidentielle aura des incidences sur la croissance en Alberta et en Colombie-Britannique, bien que ces deux provinces resteront tout de même en tête de peloton. Le secteur de la fabrication en Ontario et au Québec continuera selon toute vraisemblance à battre de l'aile et poursuivra sa
restructuration.

Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie des facteurs qui façonnent l'avenir du Canada et de l'économie mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés de change et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie, ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et gouvernementales.

0 Réponse à “Les investissements du secteur public seront à la base de l'expansion au Québec”

Laisser un commentaire