Publireportage : LA PROTECTION INCENDIE DES IMMEUBLES D’HABITATION

Publié le par Service des communications

Sujet(s):

Source: La Personnelle

Publireportage : LA PROTECTION INCENDIE DES IMMEUBLES D’HABITATION

Cette capsule concerne principalement la protection incendie d’immeubles abritant des logements résidentiels multiples tels les immeubles d’appartements, les immeubles en copropriété et les résidences pour personnes âgées.


INSTALLATION DE GICLEURS AUTOMATIQUES
Une installation de gicleurs automatiques complète et conforme, alimentée par une source d’eau sûre et suffisante, constitue certes LA meilleure méthode de protection incendie pour tout bâtiment, en plus de prévenir les blessures corporelles et les dommages matériels. Une telle protection est l’exception plutôt que la règle en ce qui a trait aux immeubles d’habitation, alors que ce sont surtout les bâtiments haut de gamme et de construction résistante au feu qui en sont munis. Il est rare que les immeubles les plus vulnérables à l’incendie, habituellement de construction combustible, soient giclés. Notons que de plus en plus de municipalités adoptent une réglementation exigeant l’installation de gicleurs dans certains nouveaux bâtiments, comme les immeubles d’habitation, et édifices existants selon leur affectation telle que les résidences pour personnes âgées.

RÉSEAU D’ALARME INCENDIE
À défaut d’être protégé par une installation de gicleurs automatiques, l’immeuble doit être muni d’un réseau d’alarme incendie approuvé comportant des détecteurs de fumée ou de chaleur ainsi que des déclencheurs manuels. Ces dispositifs doivent être reliés à un panneau annonciateur (panneau d’alarme) situé dans un endroit approprié (entrée principale, vestibule, etc.). Tout dispositif ou composant, incluant le panneau, doit être homologué par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC). Les alarmes du réseau doivent pouvoir se faire entendre dans tous les locaux ou logements et le signal sonore doit être suffisamment fort pour être audible. Lorsque des personnes ont des troubles auditifs, on doit avoir recours à des dispositifs d’alarme alternatifs munis de stroboscopes ou d’un autre moyen pour attirer leur attention. Tout réseau d’alarme incendie doit être vérifié annuellement par un entrepreneur qualifié.

CANALISATION D’INCENDIE
Une canalisation d’incendie est une canalisation d’eau sous pression qui est alimentée par le service d’eau domestique ou par un raccordement distinct. On y retrouve des robinets d’incendie avec des raccords de 63,5 mm de diamètre disponibles à l’usage du service d’incendie. Souvent, ils sont armés de tuyaux souples de 38 mm de diamètre avec lance qui sont à la disponibilité des occupants de l’immeuble afin de combattre un début d’incendie jusqu’à l’arrivée des pompiers. L’ensemble des tuyaux doit être homologué par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC) et vérifié annuellement par un entrepreneur qualifié qui fixera une étiquette indiquant la date de vérification.




EXTINCTEURS PORTATIFS
Un immeuble d’habitation est classifié comme une affectation à risque faible. A priori, des extincteurs portatifs de cote minimale 2A10BC sont nécessaires. À cet effet, on doit retrouver un extincteur à chaque 300 m2 de superficie de plancher, et la distance entre chaque extincteur ne doit pas dépasser plus de 25 mètres.
Notons que certains locaux peuvent être classifiés comme des affectations à risque moyen. Par exemple, il peut s’agir d’une cuisine de type commercial, d’une salle à manger publique, d’un garage de stationnement intérieur, d’une boutique, d’un atelier, d’un local technique ou d’un local d’entreposage. Dans de tels cas, des extincteurs portatifs de cote minimale 2A10BC sont indiqués, et ce, à raison d’un extincteur par 150 m2 de superficie de plancher, avec une distance d’au plus 25 mètres à parcourir pour atteindre l’extincteur le plus près.
Tout extincteur doit être homologué par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC) et vérifié annuellement par un entrepreneur qualifié qui fixera une étiquette indiquant la date de vérification. Chaque extincteur doit être facile d’accès et bien fixé à un mur.

En collaboration avec
JEAN-JACQUES FOURNEL, expert-préventionniste
Mise en garde
L’information contenue dans cette capsule est d’ordre général et est fournie à titre informatif seulement. Elle n’est pas exhaustive. Toute action prise à la suite de la lecture de cette capsule devra être effectuée en toute sécurité et, au besoin, être exécutée par une personne expérimentée et habilitée à le faire.

Cette capsule concerne principalement la protection incendie d’immeubles abritant des logements résidentiels multiples tels les immeubles d’appartements, les immeubles en copropriété et les résidences pour personnes âgées.

INSTALLATION DE GICLEURS AUTOMATIQUES

Une installation de gicleurs automatiques complète et conforme, alimentée par une source d’eau sûre et suffisante, constitue certes LA meilleure méthode de protection incendie pour tout bâtiment, en plus de prévenir les blessures corporelles et les dommages matériels. Une telle protection est l’exception plutôt que la règle en ce qui a trait aux immeubles d’habitation, alors que ce sont surtout les bâtiments haut de gamme et de construction résistante au feu qui en sont munis. Il est rare que les immeubles les plus vulnérables à l’incendie, habituellement de construction combustible, soient giclés. Notons que de plus en plus de municipalités adoptent une réglementation exigeant l’installation de gicleurs dans certains nouveaux bâtiments, comme les immeubles d’habitation, et édifices existants selon leur affectation telle que les résidences pour personnes âgées.



RÉSEAU D’ALARME INCENDIE

À défaut d’être protégé par une installation de gicleurs automatiques, l’immeuble doit être muni d’un réseau d’alarme incendie approuvé comportant des détecteurs de fumée ou de chaleur ainsi que des déclencheurs manuels. Ces dispositifs doivent être reliés à un panneau annonciateur (panneau d’alarme) situé dans un endroit approprié (entrée principale, vestibule, etc.). Tout dispositif ou composant, incluant le panneau, doit être homologué par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC). Les alarmes du réseau doivent pouvoir se faire entendre dans tous les locaux ou logements et le signal sonore doit être suffisamment fort pour être audible. Lorsque des personnes ont des troubles auditifs, on doit avoir recours à des dispositifs d’alarme alternatifs munis de stroboscopes ou d’un autre moyen pour attirer leur attention. Tout réseau d’alarme incendie doit être vérifié annuellement par un entrepreneur qualifié.



CANALISATION D’INCENDIE

Une canalisation d’incendie est une canalisation d’eau sous pression qui est alimentée par le service d’eau domestique ou par un raccordement distinct. On y retrouve des robinets d’incendie avec des raccords de 63,5 mm de diamètre disponibles à l’usage du service d’incendie. Souvent, ils sont armés de tuyaux souples de 38 mm de diamètre avec lance qui sont à la disponibilité des occupants de l’immeuble afin de combattre un début d’incendie jusqu’à l’arrivée des pompiers. L’ensemble des tuyaux doit être homologué par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC) et vérifié annuellement par un entrepreneur qualifié qui fixera une étiquette indiquant la date de vérification.

 

 

 

 

EXTINCTEURS PORTATIFS

Un immeuble d’habitation est classifié comme une affectation à risque faible. A priori, des extincteurs portatifs de cote minimale 2A10BC sont nécessaires. À cet effet, on doit retrouver un extincteur à chaque 300 m2 de superficie de plancher, et la distance entre chaque extincteur ne doit pas dépasser plus de 25 mètres.

Notons que certains locaux peuvent être classifiés comme des affectations à risque moyen. Par exemple, il peut s’agir d’une cuisine de type commercial, d’une salle à manger publique, d’un garage de stationnement intérieur, d’une boutique, d’un atelier, d’un local technique ou d’un local d’entreposage. Dans de tels cas, des extincteurs portatifs de cote minimale 2A10BC sont indiqués, et ce, à raison d’un extincteur par 150 m2 de superficie de plancher, avec une distance d’au plus 25 mètres à parcourir pour atteindre l’extincteur le plus près.

Tout extincteur doit être homologué par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC) et vérifié annuellement par un entrepreneur qualifié qui fixera une étiquette indiquant la date de vérification. Chaque extincteur doit être facile d’accès et bien fixé à un mur.



En collaboration avec
JEAN-JACQUES FOURNEL, expert-préventionniste

Mise en garde

L’information contenue dans cette capsule est d’ordre général et est fournie à titre informatif seulement. Elle n’est pas exhaustive. Toute action prise à la suite de la lecture de cette capsule devra être effectuée en toute sécurité et, au besoin, être exécutée par une personne expérimentée et habilitée à le faire.

 

0 Réponse à “Publireportage : LA PROTECTION INCENDIE DES IMMEUBLES D’HABITATION”

Laisser un commentaire