Une politique de l'habitation qui se fait toujours attendre

Publié le par Berthold Lévesque

Sujet(s): Divers

Source: Journal Le Propriétaire

Une politique de l'habitation qui se fait toujours attendre

Alors qu'elle participait à la journée mondiale de l'habitat dans un Hôtel du centre-ville de Montréal, Mme Nathalie Normandeau, Ministre des affaires municipales et des régions, a mentionné que son gouvernement avait toujours l'intention d'adopter une politique globale de l'habitation pour le Québec, mais sans annoncer d'échéancier.

''Ce n'est pas un exercice nécessairement facile, parce qu'il y a plusieurs visions'', devait préciser la ministre, tout en souhaitant la collaboration de tous les milieux intéressés à la démarche.

Elle a tenu à rappeler que pas moins de 245 000 ménages québécois étaient soutenus par le gouvernement au niveau de l'habitation avec plusieurs programmes. La ministre en profitait pour procéder au lancement ''Des rendez-vous de l'habitation'', et à compter de 2007, c'est la SHQ qui assurera la promotion de ce thème qu'on veut rassembleur.

Ces rendez-vous de l'habitation permettront de faire connaître les percées de l'industrie québécoise de la construction sur la scène internationale, les innovations technologiques, les initiatives novatrices d'étudiants ou de chercheurs dans l'une ou l'autre des disciplines reliées à l'habitation. Lors de cette journée, il pourra y avoir des activités du type portes ouvertes de logements, de maisons modèles, etc. ''Je souhaite que cette journée marque le début d'une belle tradition, fondée sur l'échange et la collaboration pour promouvoir la qualité de l'habitat au Québec,'' a mentionné Mme Normandeau.

Sondage

La rencontre qui s'est faite avec la participation entre autres du président-directeur général de la Société d'habitation du Québec (SHQ), M. Pierre Cliche, permettait de rendre officiel un sondage sur les priorités des Québécoises et Québécois en matière d'habitation, avec une projection pour les cinq prochaines années.

Ce sondage de Léger Marketing, commandé par la SHQ, permet de constater certaines priorités qui peuvent différer entre propriétaires et locataires, mais une majorité des répondants apprécient leur habitation, vraiment considérée comme un lieu de repos.

D'ici les 5 prochaines années, 73 % des Québécoises et des Québécois passeront plus de temps à la maison. Le sondage permet de constater que 87 % des personnes interrogées seraient prêtes à payer plus cher pour une maison consommant moins d'énergie.

Le sondage n'apprend pas tellement d'éléments significatifs, si ce n'est que les répondants (propriétaires) s'intéresseront de plus en plus à la rénovation, chercheront à être toujours plus près des services, de leur lieu de travail et de la nature, même s'ils préfèreront s'établir en campagne (35 %) ou en banlieue (24 %).

L'APQ était représentée sur les lieux par son président Me Martin Messier.

0 Réponse à “Une politique de l'habitation qui se fait toujours attendre”

Laisser un commentaire