La Ville de Montréal adopte une réglementation visant à réduire le nombre grandissant d'alarmes-incendies non fondées

Publié le par Association des Propriétaires du Québec

Sujet(s): Réglementation,

La Ville de Montréal adopte une réglementation visant à réduire le nombre grandissant d'alarmes-incendies non fondées

Comme dans plusieurs autres villes du Québec et du Canada, la Ville de Montréal vient de passer à l'action pour diminuer le nombre grandissant d'alarmes-incendies non fondées sur son territoire, et encourager les propriétaires à entretenir leur système. Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) mettra en application le nouveau règlement.

« L'objectif visé par ces nouvelles mesures est d'abord et avant tout de sensibiliser les citoyens qui réagissent de moins en moins au son d'une alarme-incendie. Conséquemment, ce programme devrait aussi inciter les propriétaires de bâtiments à entretenir adéquatement leur système d'alarme et permettre au Service de sécurité incendie de Montréal d'assurer la disponibilité des effectifs qui auront à répondre aux urgences et aux appels premiers répondants, » a déclaré Claude Dauphin, le président du comité exécutif et responsable de la sécurité publique de la Ville de Montréal.

Pour sa part, Serge Tremblay, directeur du Service de sécurité incendie de Montréal a mentionné : « Les nouvelles mesures nous donneront l'occasion de sensibiliser davantage les propriétaires de bâtiments quant à l'importance d'avoir un système d'alarme-incendie en bon état. Rappelons qu'un système qui se déclenche fréquemment sans raison a pour effet de réduire la vigilance des occupants qui, ne se sentant plus concernés, hésitent à évacuer les lieux et mettent, par le fait même, leur sécurité en danger. »

Les propriétaires et les locataires seront informés de la nouvelle réglementation, entre le 1er octobre et le 30 novembre 2008, qui entrera en vigueur le 1er décembre 2008. Ainsi, un propriétaire dont le système d'alarme-incendie se déclenchera en raison d'une défectuosité ou d'une erreur d'utilisation pour une deuxième fois sur une période de 12 mois, recevra une facture en provenance de la Ville de Montréal.

Le nombre de ces alarmes-incendies non fondées est passé de 13 717 à 15 077 entre 2004 et 2007, représentant 29 % des déplacements des pompiers.

Tarification

Le nouveau règlement prévoit une tarification selon les genres de bâtiments. Pour les catégories 1 (bâtiments résidentiels d'un ou deux étages/risques faibles) et 2 (bâtiments résidentiels d'au plus trois étages/risques moyens), aucuns frais ne seront exigés pour une première intervention sans fondement, mais à compter d'une deuxième, les frais imposés seront de 100 $, de 250 $ pour une troisième et de 500 $ pour une quatrième intervention et plus.

Pour la catégorie 3 (bâtiments résidentiels, commerciaux et industriels d'au plus six étages/risques élevés), toujours aucuns frais pour une première intervention sans fondement, mais les suivantes seront de 250 $ pour une deuxième, 750 $ pour une troisième, et 2 200 $ pour une quatrième intervention et plus.

Enfin, il y a la catégorie 4 (bâtiments résidentiels, commerciaux, industriels et institutionnels/risques très élevés, exemple : centres commerciaux), aucuns frais pour la première intervention sans fondement, mais à compter de la deuxième, les frais seront de 250 $, 750 $ pour une troisième, et 2 700 $ pour une quatrième intervention et plus.

La Ville de Montréal signale qu'elle prévoit rembourser une partie des frais encourus par des propriétaires qui décident d'investir dans l'installation de nouveaux systèmes d'alarmes-incendies, après avoir reçu une ou plusieurs factures pour des interventions sans fondement.

0 Réponse à “La Ville de Montréal adopte une réglementation visant à réduire le nombre grandissant d'alarmes-incendies non fondées”

Laisser un commentaire