Des réalités différentes

Publié le par Martin A Messier

Sujet(s):

Des réalités différentes

Nos rencontres avec plusieurs élus, tous partis confondus, nous permettent de mieux comprendre les enjeux auxquels nous devons faire face dans la réalité politique quand vient le temps de soumettre les préoccupations des propriétaires d'immeubles locatifs.

Le propriétaire et sa contribution sociale

Plusieurs élus ont une vision du propriétaire d'immeuble qui diverge de ce que nous estimons être raisonnable quand vient le temps d'évaluer sa contribution sociale.

En effet, on demande souvent au propriétaire de contribuer bien au-delà de ce qui est demandé aux autres citoyens ou entreprises. On semble confondre le fait que nous fournissons un logement et les besoins aux plus démunis qui sont souvent nos clients.

Prenons par exemple les cas de la violence conjugale, le propriétaire doit renoncer à son bail à l'expiration du délai prévu dans l'avis. Ajoutons le cas de la personne âgée qui décide de quitter le logement pour un centre d'hébergement, le propriétaire doit renoncer à son bail à l'expiration du délai prévu dans l'avis. Terminons avec le locataire qui est admis dans un logement subventionné, le propriétaire doit renoncer à son bail à l'expiration du délai prévu dans l'avis.

Précisons d'abord que les situations décrites ci-dessus n'ont rien d'agréable pour la plupart et doivent attirer notre sympathie. Notre société se fait un devoir d'aider les gens dans le besoin, et c'est tout-à-fait louable.

Dans les cas précités cependant, le gouvernement impose au propriétaire une contribution différente à ce qui est demandée d'un contribuable normal, que ce soit une personne ou une entreprise.

Est-ce souhaitable ou même bénéfique tant pour les propriétaires que pour les locataires? Nous vous soumettons que non.

Le prix des aliments et le prix du loyer

Plusieurs élus se disent sensibles au fait que les locataires ont de la difficulté à équilibrer leur budget, et que cette situation doit primer dans l'évaluation des solutions proposées qui touchent les immeubles à logements. Le prix du loyer, les augmentations de loyer, la fixation du loyer par la Régie du Logement, la possibilité de demander un dépôt de garantie sont des exemples des occasions où les considérations économiques de certains locataires sont mise de l'avant, tel un bouclier empêchant toute modification au contexte actuel.

Est-ce vraiment la bonne façon de voir les choses? Nous croyons que non. Il faut encourager l'investissement dans les immeubles à logements. Certaines situations demandent l'aide de l'État, mais imposer que cette aide viennent des propriétaires est d'abord injuste mais aussi inefficace. Il faut stimuler le secteur des immeubles locatifs.

L'offre et la demande doivent régir le prix du loyer, comme le prix de la plupart des aliments. Ici, on décide d'imposer aux propriétaires une norme différente, de les taxer parce qu’ils sont propriétaires d'immeubles à logements. Imposer une norme différente de celle qui régit les autres fournisseurs de services est inapproprié. Est-ce qu'on demande aux épiciers de laisser certaines personnes sans payer? Est-ce que le propriétaire peut cesser de payer son compte de taxes municipales si le logement est vide en raison du seul fait de l'application de la loi?

Entre l'arbre et l'écorce

On place le propriétaire d'immeuble à revenu dans une situation impossible. Il doit composer avec un immeuble qui vieillit, les coûts des travaux de rénovation à la hausse et des taux d'augmentation de loyer qui ne permettent pas de récupérer l'investissement avec 35 ans!

On parle de sécurité, d'entretien des immeubles, d'améliorer l'efficacité énergétique des immeubles mais sans nous donner la capacité de le faire de façon viable économiquement.

Après tout cela, on se plaint du parc immobilier vieillissant et du peu d'investissement dans l'immeuble à logement quand on le compare aux investissements dans les condos.

Il faut que nos élus réalisent que la situation n'est pas aussi simple qu'on voudrait nous le faire croire.

Nous vous demandons votre appui. Joignez votre voix à la nôtre. Prenons tous le téléphone et parlons à notre député afin de lui exposer la réalité des propriétaires d'immeubles. Pour avoir les coordonnées de votre député, téléphonez-nous ou cliquez ici. Pour signer notre pétition cliquez ici.

Il faut s'unir pour faire comprendre à tous la réalité des propriétaires d'immeubles à logements.

0 Réponse à “Des réalités différentes”

Laisser un commentaire