Les ventes résidentielles canadiennes ralentissent davantage en décembre

Publié le par Service des communications

Sujet(s):

Source: Association canadienne de l'immeuble

Les ventes résidentielles canadiennes ralentissent davantage en décembre

Selon les statistiques publiées par l'Association canadienne de l'immeuble (ACI), les ventes résidentielles ont affiché une baisse d'un mois à l'autre pour le troisième mois d'affilée, à l'échelle nationale, en décembre 2013.

Faits saillants :

  • Les ventes résidentielles nationales ont chuté de 1,8 % de novembre à décembre.
  • Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) étaient de 12,9 % supérieures aux niveaux rapportés en décembre 2012.
  • Le nombre de nouveaux mandats a baissé de 4,3 % de novembre à décembre.
  • Le marché de l'habitation canadien demeure en position d'équilibre.
  • Le prix de vente moyen au Canada a grimpé de 10,4 % d'une année à l'autre en décembre.
  • L'Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) a augmenté de 4,3 % d'une année à l'autre en décembre.

Le nombre de ventes de maisons conclues par le biais des systèmes MLS® des chambres et associations immobilières et d'autres systèmes d'inscription coopératifs au Canada était en baisse de 1,8 % d'un mois à l'autre en décembre 2013; cette baisse se poursuit depuis trois mois. L'activité du marché se situe maintenant à 5,2 % en dessous du sommet enregistré en septembre 2013.

En décembre, les ventes étaient en baisse d'un mois à l'autre dans près de 60 % de tous les marchés locaux; la baisse enregistrée par les marchés de Calgary, d'Edmonton et du Grand Toronto a plus que compensé les gains accusés dans le Grand Vancouver et la vallée du Fraser, ainsi qu'une reprise importante par rapport au marché inactif à St. Catherines en novembre.

« L'activité s'est progressivement atténuée par rapport aux niveaux plus forts que prévus atteints l'été dernier et elle est maintenant presque à égalité avec la moyenne mensuelle sur dix ans », affirme la présidente de l'ACI, Laura Leyser. « Il est fort probable que nous continuions à recevoir des renseignements contradictoires au cours des prochains mois; les comparaisons positives des ventes d'une année à l'autre masquent la modération notée récemment dans les tendances des ventes mensuelles. Comme toujours, les tendances des marchés immobiliers à l'échelle nationale et locale peuvent différer considérablement; par conséquent, votre courtier ou agent immobilier demeure toujours votre meilleure ressource pour comprendre le marché du logement où vous habitez ou souhaitez habiter. »

Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont monté de 12,9 % comparativement à décembre 2012. Des augmentations d'une année à l'autre ont été affichées dans environ 70 % des marchés locaux, notamment dans le Grand Vancouver, la vallée du Frazer, à Calgary, à Edmonton, dans le Grand Toronto et à Hamilton-Burlington.

Au total, 457 893 maisons ont changé de main au pays en 2013, par l'entremise des systèmes MLS® des chambres et associations immobilières et d'autres systèmes d'inscription coopératifs. Cela représente une hausse de 0,8 % par rapport à 2012.

« Les ventes mensuelles ont baissé récemment à l'échelle nationale et on s'attend à ce qu'elles demeurent modérées en 2014, par rapport aux niveaux atteints en septembre dernier », fait constater l'économiste en chef de l'ACI, Gregory Klump. « Cela dit, étant donné qu'aucune autre modification des règles hypothécaires n'est prévue cette année, il est possible qu'en 2014 les ventes surpassent le total annuel de 2013, si la demande se maintient près des niveaux actuels, tandis que l'économie se redresse et que la croissance de l'emploi compense les répercussions des hausses marginales des taux d'intérêt hypothécaires à venir. »

Le nombre de maisons nouvellement inscrites a connu une baisse de 4,3 % d'un mois à l'autre en décembre. L'inventaire de nouvelles inscriptions étaient en baisse dans deux tiers des marchés locaux, notamment à Calgary, dans le Grand Toronto et à Hamilton-Burlington.

Étant donné que le nombre de nouvelles inscriptions a baissé plus que les ventes, le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions à l'échelle nationale a augmenté de 55 % en décembre, comparativement à 53,6 % en novembre. Cela témoigne d'un marché de l'habitation légèrement plus vigoureux, mais il demeure tout à fait en territoire équilibré, entre 40 et 60 %, comme c'est le cas depuis le début de 2010. Un peu plus de la moitié des marchés locaux ont enregistré un ratio semblable des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions.

Le nombre de mois d'inventaire est une autre mesure importante de l'équilibre entre l'offre et la demande de logements. Il représente le nombre de mois qu'il faudrait compter pour vendre tout l'inventaire actuel au taux de ventes actuel.

Le nombre de mois d'inventaire s'élevait à 6,2 à l'échelle nationale à la fin de décembre, soit une hausse par rapport aux 6,1 mois enregistrés à la fin de novembre. Tout comme le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions, le nombre actuel de mois d'inventaire indique que le marché canadien de l'habitation demeure bien équilibré.

Le prix moyen réel (non corrigé des variations saisonnières) des maisons vendues au pays en décembre 2013 s'élevait à 389 119 $, ce qui représente une hausse de 10,4 % comparativement au même mois l'année dernière. L'importance des hausses du prix moyen d'une année à l'autre continue de refléter le recul des ventes auquel nous avons assisté l'année dernière dans certains des marchés les plus actifs et les plus coûteux au Canada, qui a entraîné une chute du prix moyen au pays durant cette période. En excluant le Grand Vancouver et le Grand Toronto du calcul du prix moyen au pays, la hausse d'une année à l'autre se voit réduite pour atteindre 4,6 %.

L'Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) est un meilleur indicateur des tendances du prix puisqu'il n'est pas touché par les fluctuations qui surviennent dans la composition des ventes, contrairement au prix moyen.

Les indices composés et globaux de l'IPP MLS® ont augmenté de 4,31 % d'une année à l'autre en décembre 2013; cela représente une hausse par rapport au gain de 4,11 % enregistré en novembre. La croissance annuelle des prix a repris dans toutes les catégories de maisons qui font l'objet du suivi par l'indice, à l'exception des maisons en rangée, où la croissance des prix est demeurée sensiblement la même depuis novembre.

On retrouve en tête des hausses d'une année à l'autre les maisons unifamiliales à un étage (+5,07 %), qui sont suivies de près par les maisons unifamiliales à deux étages (+4,93 %), les maisons en rangée (3,13 %) et les appartements (+2,87 %).

La croissance des prix d'une année à l'autre de l'IPP MLS® variait dans les marchés pris en compte par l'indice, notamment à Calgary (+8,74 %) et dans le Grand Toronto (+6,31 %). Dans le Grand Vancouver, on note une deuxième augmentation consécutive (+2,13 %) d'une année à l'autre, après les baisses enregistrées pendant plus d'un an entre la fin de 2012 et la fin de 2013.

0 Réponse à “Les ventes résidentielles canadiennes ralentissent davantage en décembre”

Laisser un commentaire