Les propriétaires sont malmenés dans les médias par les temps qui courent

Publié le par Martin A. Messier

Sujet(s): Mot de l'éditeur

Les propriétaires sont malmenés dans les médias par les temps qui courent

Nous pouvons lire plusieurs journaux diffuser des titres qui laissent entendre que les propriétaires abusent de la situation, qu’ils font des évictions reliées à des travaux de rénovation, qu’ils trouvent des motifs pour demander à leurs locataires de quitter.

Les raisons semblent pousser les propriétaires à agir de la sorte sont pourtant bien claires et dénoncées depuis de nombreuses années. Notre système de fixation des loyers est désuet. L’inadéquation patente entre la réalité des propriétaires et les taux qui sont proposés lorsqu’on applique la méthode créé des enjeux réels pour les propriétaires d’immeubles au Québec.

En effet, un propriétaire qui respecterait à la lettre ces taux en y étant confiné par des locataires qui refusent systématiquement les hausses de loyer sont projetés dans une situation intenable.
Comment en sommes-nous arrivés là?
Comment expliquer qu’on demande à un propriétaire de logement au Québec de maintenir son logement en bon état d’habitabilité et qu’on lui propose deux dollars d’augmentation de loyer par tranche de 1000$ de travaux investis?
Comment expliquer que nos élus ne prennent pas action pour éviter la dégradation du parc immobilier et l’augmentation des tensions entre propriétaires et locataires?

La réponse semble pourtant simple : en empêchant les loyers de croître normalement. L’impact à court terme est de maintenir le prix d’un logement plus bas que ce qu’il devrait être. L’impact à long terme, nous commençons à peine à le vivre, est cependant selon nous bien plus grave que ce qu’une augmentation de loyer raisonnable aurait comme conséquence.

Devant l’absurdité d’un rendement de plus de 40 ans afin de rentabiliser un investissement qui a une durée de vie de moins de 20 ans, plusieurs propriétaires font des réparations mineures. Au fil des ans, cette absence d’entretien préventif et l’abondance des réparations de nature curative dégrade l’immeuble et la qualité de vie des gens qui y résident.

Curieusement, la seule réaction de nos élus a été de permette aux municipalités de poursuivre plus facilement les propriétaires de logement et de pouvoir exécuter certains travaux en les tenants responsables.

Devant cette situation, il n’est pas étonnant que plusieurs propriétaires cherchent à négocier la fin du bail avec leurs locataires en leur demandant de consentir à une résiliation bien souvent moyennant des sommes importantes.

Dans un marché avec un système de fixation des loyers équilibré, cet argent devrait plutôt être investi dans l’immeuble moyennant contrepartie raisonnable en augmentation de loyer.

Comment justifier un amortissement de plus de 40 ans pour des travaux qui ont une durée de vie de loin inférieure à la durée de l’amortissement. Il est temps pour notre gouvernement d’apporter des réponses à ces questions.

Il est temps pour nos élus d’agir pour rétablir l’équilibre et avoir le courage de dire tout haut ce qu’ils comprennent certainement et se chuchote tout bas : il est normal que les loyers augmentent. Il est sain d’avoir des prix de logements qui augmentent de façon raisonnable pour favoriser l’entretien de l’immeuble.

Les sommes investies stimuleront non seulement l’économie permettant ainsi des revenus supplémentaires tant pour les villes que pour le gouvernement et l’argent ainsi gagné pourra être redistribué aux locataires qui ont besoin d’un apport financier pour bien se loger.

Il est temps que notre gouvernement agisse et réalise que les propriétaires sont des entrepreneurs qui doivent s’assurer d’avoir une entreprise en bonne santé financière pour donner des services de qualité.

0 Réponse à “Les propriétaires sont malmenés dans les médias par les temps qui courent”

Laisser un commentaire