Sujet: Immobilier

Nager sur place : Les effets des inondations catastrophiques sur le marché de l’habitation du Canada

Publié le par Service des communications

Nager sur place : Les effets des inondations catastrophiques sur le marché de l’habitation du Canada -

Nager sur place : Les effets des inondations catastrophiques sur le marché de l’habitation du Canada

Voici les répercussions nettes des inondations catastrophiques sur les habitations :

  • réduction de 8,2 % du prix de vente final des logements;
  • augmentation de 19,8 % du nombre de jours sur le marché pour vendre un logement;
  • réduction de 44,3 % du nombre de logements mis en vente.

L'accès à la propriété semble plus difficile maintenant qu'au plus fort de la pandémie, selon le sondage de la Banque Scotia sur le logement

Publié le par Service des communications

L'accès à la propriété semble plus difficile maintenant qu'au plus fort de la pandémie, selon le sondage de la Banque Scotia sur le logement -

L'accès à la propriété semble plus difficile maintenant qu'au plus fort de la pandémie, selon le sondage de la Banque Scotia sur le logement

Les Canadiens sont actuellement moins enclins à acheter une maison qu'ils ne l'étaient au plus fort de la pandémie, et les Québécois sont parmi ceux qui sont les moins susceptibles de devenir propriétaires (60 %), selon le dernier sondage de la Banque Scotia sur le logement.

Dans le contexte économique actuel, les Canadiens sont deux fois plus nombreux qu'en 2020, première année de la pandémie où l'incertitude était à son comble, à repousser leur plan d'achat d'une propriété. Parmi les Canadiens interrogés en 2022, 43 % ont dit avoir suspendu leur projet. Cette proportion était de 33 % en 2021 et de 20 % en 2020.

L'offre de propriétés demeure insuffisante pour satisfaire la demande des acheteurs

Publié le par Service des communications

L'offre de propriétés demeure insuffisante pour satisfaire la demande des acheteurs -

L'offre de propriétés demeure insuffisante pour satisfaire la demande des acheteurs

  • Le marché des propriétés récréatives du Québec devrait enregistrer les plus fortes hausses de prix en 2022, soit 15 %, ex aequo avec le Canada atlantique.
  • En 2021, le prix d'une maison unifamiliale dans les marchés récréatifs de la province a augmenté de 24,5 % par rapport à 2020, tandis que le prix d'une propriété située au bord de l'eau a grimpé de 26,4 % durant la même période
  • La région de Bromont est celle où le prix médian d'une maison unifamiliale a augmenté le plus, soit de 56,3 % en 2021 comparativement à 2020
  • La région de Papineau en Outaouais a observé la plus forte augmentation du prix médian des propriétés situées au bord de l'eau, grimpant de 34,6 % en 2021
  • À l'échelle nationale, le prix de l'agrégat d'une propriété unifamiliale au bord de l'eau a bondi de 21,5 % en 2021 comparativement à la même période en 2020

Sondage RBC : les intentions d'achat de maison reviennent à leur niveau d'avant la pandémie

Publié le par Service des communications

Sondage RBC : les intentions d'achat de maison reviennent à leur niveau d'avant la pandémie -

Sondage RBC : les intentions d'achat de maison reviennent à leur niveau d'avant la pandémie

  • 59 % des répondants affirment que l'emplacement d'une propriété est plus important que ses dimensions.
  • 22 % des emprunteurs hypothécaires n'ont pas évalué leur capacité en cas de hausse des taux d'intérêt.
  • À l'échelle nationale, le budget d'achat d'une maison a augmenté de plus de 50 000 $ depuis un an.

Les marchés locatifs continuent de se remettre des conséquences de la pandémie de COVID-19

Publié le par Service des communications

Les marchés locatifs continuent de se remettre des conséquences de la pandémie de COVID-19 -

Les marchés locatifs continuent de se remettre des conséquences de la pandémie de COVID-19

Après avoir atteint un sommet provoqué par la pandémie en 2020, le taux d'inoccupation national des appartements locatifs traditionnels est demeuré stable à 3,1 % en 2021, selon le dernier Rapport sur le marché locatif publié par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

En plus de la forte augmentation de l'offre sur le marché locatif en 2021, la stabilité du taux d'inoccupation à Montréal a joué un rôle clé dans l'évolution du taux d'inoccupation national, car ce marché représente environ 30 % du marché locatif primaire du pays. Le taux d'inoccupation stationnaire à Montréal a contrebalancé la hausse des taux d'inoccupation dans d'autres marchés, en particulier à Toronto.